[RP] Lanthanis Empire's Origins

Discussion dans 'Roleplay' créé par Alphajim, 23 Juin 2014.

  1. Alphajim

    Alphajim Akksul Barram, leader du Concordat d'Iyssada

    [​IMG]

    Lanthanis Empire's Origins
    va vous faire vivre les aventures du mystérieux "Khael" avant la création de l'Empire Lanthanis

    Index des chapitres:
    .The beginning
    .Lanthanians
    .Pirates?
    .Revelations
    .Decisions
    .Determination
    .CELESTUS



    Bonne lecture ;)

    Commentaires du Rp sur ce topic:

    http://www.starmade.fr/threads/commentaires-rp-lanthanis-empires-origins.3046/#post-71976
    Veuillez ne pas répondre sur ce topic :p


    PS: L'image de présentation n'est pas de moi, je l'ai prise sur google images et ai rajouté le titre :D
    pr4xiss, Teddy_Ben et Pikayoda aiment ça.
  2. Alphajim

    Alphajim Akksul Barram, leader du Concordat d'Iyssada

    The beginning

    Tout a commencé le jour où moi et mes collègues scientifiques découvrîmes ce bâtiment. Une grande structure faite dans un alliage inconnu, et émettant de fortes interférences radio. Durant les jours qui suivirent notre arrivée nous avions exploré la totalité du bâtiment et de ses générateurs surdimensionnés. Aucune défense n'était visible, ce qui nous paraissait bizarre du fait que ce bâtiment se trouvait parfaitement camouflé sur une lune déserte et perdue dans les confins de la galaxie d'Amatens. Seules les interférences nous avaient guidées.

    En fouillant ce qui devait être les dortoirs, nous trouvâmes une vieille tablette électronique (plus couverte de poussière que dépassée d'ailleurs). Étant le spécialiste en artéfacts, je l'ai examiné des jours durant, avant d'en trouver finalement le code d'accès. Il était rédigé en Lanthanien, la langue du peuple qui était le plus ancien et avancé de la galaxie. Cette civilisation avait malheureusement disparu il y a plusieurs milliers d'années, suite au phénomène nommé "Ophélia". Ils nous ont cependant laissé comme héritages de nombreuses choses incroyables, telles que la photopile ou la porte spatiale.

    De toute évidence, cette tablette datait de l'Empire Lanthanien. En la déchiffrant, je compris qu'il s'agissait d'une sorte de journal relatant les derniers jours des hommes sur cette lune. Le phénomène ayant détruit "Ophélia" les avait atteints, ils s'étaient donc retrouvés sans renouvellement d'air et communications. Heureusement, la lune avait été récemment terraformée par un jeune Empereur comme tant d'autres, et abandonnée à cause de sa distance des régions habitées.
    Quelques jours plus tard, je découvris qu'un fichier traitait du fonctionnement de ce bâtiment, ou plutôt de cette immense machine. Le but de la machine avait été effacé de la mémoire de la tablette, mais pas les instructions de mise en marche.
    La machine s'appelait le GMS, Générateur de Micro-Singularité. Autrement dit, elle utilisait la même énergie que la satomisation pour créer un trou noir, mais à plus petite échelle. Elle nécessitait une centaine de photopiles pour l'activer durant quelques heures.

    La tentation était trop grande, aussi avions-nous pris la décision de tester le GMS. Le temps de mettre en route les générateurs et d'attendre la charge complète de la machine, nous eûmes parfaitement le temps d'installer la centaine de photopiles nécessaires à l'utilisation.
    Quel était son but, au point de consommer cent photopiles et plusieurs dizaines de GW? Créait-elle un Celestus? Ou était-ce un projet expérimental de déplacement par singularité? Je voulais à tout prix savoir ce pour quoi elle avait été construite et camouflée avec soin, et la tester (même si je jugerais ça idiot plus tard).

    Avec Joris, collègue et mon meilleur ami, nous nous plaçâmes dans une zone circulaire dédiée. L'autre partie de mon équipe m'avait assuré qu'ils n'avaient pas modifié les derniers paramètres de la console. Il le valait mieux ainsi, car ces paramètres étaient incompréhensibles, même pour un chercheur spécialisé en Lanthanien comme moi.
    Ils firent signe que le GMS était chargé. Nous leur rendions leur signal et la machine fut enclenchée. Un bruit d'énergie pure, d'une concentration intense et croissante, se fit entendre. Il devint presque alarmant. Puis une onde sphérique bleutée enveloppa toute cette zone spéciale en quelques secondes, suivie d'éclairs d'énergie hautement chargés, qui traversèrent la bulle.

    Lorsque la vue nous revint, la bulle disparaissait. Nous tombâmes à genoux jusqu'à ce que notre malaise cesse, puis nous nous relevâmes avec effort. La salle était identique, toujours aussi vide, mais elle paraissait plus propre. Les lumières étaient toujours allumées, le silence toujours aussi pesant. Nous nous rejoignîmes. J'appelais notre équipe de chercheurs, mais personne ne nous répondit. Joris tenta lui aussi, mais qu'importe à qui nous nous adressions, il y avait toujours ce silence. Nous contactâmes alors la mission d'exploration nous ayant amenés sur la planète. Silence radio.
    Joris changea la fréquence radio et répéta sur toutes les fréquences possibles. Sur la dernière, il reçut enfin une réponse. Il ne la comprenait pas, ce n'était ni du Zetran, ni du Thelios, ni même du Leanth ou du RCA. Il me fit écouter une autre réponse, puis le silence s'installa de nouveau.
    Là, je n'y comprit plus rien.

    - Cette langue, dis-je, ce n'est pas possible... non...
    - Qu'y a-t-il?
    - On dirait du...

    Un homme armé d'un fusil nous mis en joue et nous gronda des ordres. Aucun de nous deux ne put reconnaitre son arme, pourtant nous étions de sacrés connaisseurs. Joris ne le comprit pas plus le soldat que la réponse radio, mais j'étais blême et j'avais parfaitement compris.

    - ...du Lanthanien, murmurais-je.
    Teddy_Ben, Balth The Cat et Lamalas aiment ça.
  3. Alphajim

    Alphajim Akksul Barram, leader du Concordat d'Iyssada

    Lanthanians
    On nous avait enfermés dans une cellule très sécurisée. L'ouverture n'était possible que par une interface à l'entrée de la pièce. Deux gardes étaient constamment en faction devant celle-ci et étaient relevés toutes les heures. Une caméra reliée à une alarme nous surveillait de même. Autrement dit, nous nous étions mis dans les problèmes jusqu'au cou, sans même le vouloir.

    Un général nous avait visité le premier jour. Il nous avait demandé d'où nous venions, de quelle nation, si nous avions des intentions hostiles, ce genre de choses. Il se nommait Nal. Son physique imposait d'office le respect: il était grand, les épaules carrées, la voix grave, le visage dur. Néanmoins il était compréhensif et un homme respectueux.
    Il avait tenté d'interroger Joris, mais comprit vite que ce dernier ne parlait pas le Lanthanien. Il se concentra donc sur moi, me posant des questions sur mes origines et mon passé. J'ai dû jouer l'interprète lorsque ce fut à Joris de conter son histoire. Une fois l'interrogatoire fini, il se contenta de nous dire ceci:

    "Ce n'est pas à moi de décider de votre sort, messieurs. Ce sera la tâche du Chancelier Ahlael. Lui seul possède la juridiction sur le GMS."

    Une semaine s'était écoulée depuis. Lorsque le général Nal revint enfin nous voir, en précisant qu'Ahlael nous attendait dans son bureau, notre inquiétude redoubla. Pourquoi ne nous recevait-il qu'une semaine après notre mystérieuse aventure? Avait-il passé la dernière semaine à nous juger? Ou bien peut-être était-il absent?
    Pour ma part, le fait de rencontrer un chancelier Lanthanien me fascinait. Ils étaient sensés avoir disparu il y a plus de deux mille ans! C'était presque comme si le GMS était une sorte de machine à remonter le temps...ce qui était impossible. Les physiciens les plus brillants avaient clairement démontré que les voyages temporels n'étaient possibles que dans un seul sens: le futur. Nombreux étaient les fous ayant tenté dans l'autre sens, mais cela s'était toujours mal fini pour eux.

    Nous étions sortis du GMS. Le spectacle était magnifique: une cité Lanthanienne s'étendait sur des dizaines de kilomètres à la ronde. Son centre semblait être la machine. Selon Nal, la cité s'appelait Aeron. La nuit rendait la cité irréelle. Une cinquantaine de technocités étaient visibles, à peine identifiables. Un chantier spatial s'étirait sur tout l'horizon, fine structure linéaire ponctuée régulièrement de lumières. Une porte spatiale était en orbite non loin des chantiers. Chose bizarre, elle n'avait pas de connecteur. Des transporteurs sillonnaient le ciel et assuraient la liaison entre le sol et les structures spatiales.

    Nous entrâmes dans une grande tour étroite, culminant à un bon kilomètre de haut. Nous prîmes un ascenseur gravitationnel qui nous emmena pas loin du sommet de la bâtisse. Un couloir nous mena devant le bureau du conseiller. Nal nous fit entrer, puis s'adressa au personnage, qui regardait la cité en nous tournant le dos. Il soupira et se retourna, répondant à Nal qu'il pouvait disposer. Ce dernier nous regarda puis sortit. Le chancelier nous observa en silence pendant de longues minutes. Cela devint pesant. Puis il finit par parler:

    - Vous n'êtes pas d'ici.
    - Non, en effet, lui répondis-je en Lanthanien, nous sommes des scientifiques venus étudier une gigantesque machine.
    - Un GMS, compléta-t-il.
    - Un GMS vous dites? Combien y en a-t-il en tout?
    - Beaucoup..., répondit-il évasivement. Mais à présent j'aimerais bien savoir d'où vous venez exactement, messieurs...?
    - Alphajim, conseiller Ahlael. Et voici Joris, mais il ne parle pas le Lanthanien.
    - Vous êtes un homme prudent, Alphajim, nous nous entendrons bien, dit-il amicalement. Contez-moi votre histoire, voulez-vous?

    Lorsque j'eus terminé, il était bien plus détendu. Il nous regarda tour à tour et nous confia que nous étions libres à présent. Que, s'agissant d'un accident, il n'y avait aucune raison de sanctionner. En effet, le GMS était un des bâtiments les plus protégés d'Aeron, et s'y introduire était passable de multiples sanctions. Sans compter la suspition d'espionnage.
    Lorsque je lui avait demandé pourquoi il n'avait pu nous recevoir que ce jour-ci, il m'avait répondu qu'il commandait une flotte qui s'était faite attaquer. Ce n'était pas pour nous rassurer. Je lui demandais aussi la fonction du GMS, sa raison d'être. Il me regarda longuement, avant de se décider à parler:

    "Hé bien voyez-vous, le GMS produit, comme son nom l'indique, un micro-trou noir. La physique n'ayant aucune emprise sur ces singularités, tout est alors possible avec une quantité d'énergie suffisante. Dont la fonction du GMS, c'est-à-dire..."

    Une alerte le coupa au milieu de son explication: une flotte inconnue arrivait en direction de la planète. Et ils ne venaient pas pour jouer aux échecs.
    Teddy_Ben aime ça.
  4. Alphajim

    Alphajim Akksul Barram, leader du Concordat d'Iyssada

    Pirates?
    Le chancelier Ahlael nous avait proposé de l'accompagner dans sa salle stratégique. Il se mit devant un interface avec écrans, projecteurs holographiques, ordinateur quantique de pointe. Un ensemble d'autres postes secondaire entourait son bureau. C'étaient des techniciens qui pouvaient contrôler la cité entière depuis leurs postes, tout comme tracer un message ou un signal sur toute l'étendue des territoires connus.

    Il demanda la situation à ses techniciens. Une flotte ennemie, constituée de plusieurs centaines de croiseurs, des milliers de chasseurs et les dizaines de porte-nefs qui les transportaient, était à une distance critique d'Aeron. Ils étaient estampillés d'un logo particulier: un crâne sur son coté gauche et une roue dentée sur le droit, le tout d'une couleur rougeâtre. Encore une dizaine de minutes et ces intrus seraient assez près pour nous bombarder.

    Ahlael nous proposa des sièges face à lui et demanda sur quelle fréquence ces pirates communiquaient. Il alluma un écran holographique et suivit la progression de la flotte ennemie dans un coin. Une femme lui transféra la fréquence sur son écran. Il demanda à ouvrir un canal sécurisé vers celle-ci, puis parla:

    "Flotte inconnue de Verdon, veuillez vous arrêter immédiatement ou nous serons contraints d'ouvrir le feu et vous éliminer. Répondez sur la fréquence que nous vous transmettons"

    Une minute plus tard, un technicien informa Ahlael qu'il recevait une transmission, sur le canal communiqué à la flotte. Ahlael s'y joignit.

    "Ici flotte FJS856 de Verdon. Je suis l'amiral Onl'ok. Veuillez vous identifier avant toute décision."

    "Amiral Onl'ok, je suis Ahlael, chancelier de la cité de l'empire Lanthanien Aeron. Veuillez vous arrêter et rebrousser chemin."

    "Navré chancelier, mais les ordres sont les ordres. Nous serons sans pitié."

    "Dernière chance amiral, vous n'auriez aucune chance contre nos défenses."

    Nous espérions qu'il disait vrai. Je n'avais aucune envie de finir carbonisé par un projectile au plasma. L'amiral Verdonnien ne répondit plus. Ahlael soupira.

    - Chargez toutes les défenses d'Aeron. Et préparez aussi le bouclier planétaire, on en aura peut-être besoin.

    - A vos ordres chancelier, répondit un technicien.

    Puis Ahlael s'adressa à nous deux:

    - J'admire le courage de ces hommes, mais ce ne sont que des pirates. Nous les nommons les Pirates du Verdon. Ils ne sont eux-mêmes pas très avancés technologiquement. Ils se contentent de voler les technologies des autres nations. Ils ne devraient être que des nomades sur leur planète d'origine.

    - Mais, objectais-je, le cadran Verdon est vide! Des explorateurs chevronnés ont strictement affirmé qu'il n'y avait pas de vie intelligente, j'ai moi-même traduit le rapport!

    - Dans votre... Enfin c'est lié à la fonction du GMS. Je n'ai pas le temps de vous en dire plus, mais essayez de deviner: on peut aussi l'appeler "translateur".

    Il se tourna vers l'hologramme représentant les forces des pirates. Ils n'étaient à présent qu'à quelques secondes d'entrer dans le rayon d'action des défenses. Il patienta. Lorsqu'ils furent à portée, il attendit deux secondes qu'ils fassent demi-tour, puis ordonna de tirer.
    Nous entendîmes un long bruit de fond: les défenses commençaient à tirer. Des milliers de drones s'envolèrent vers l'espace, ponctués de projectiles au plasma. Le cinquième de la flotte pirate fut détruit par cette salve. Une barre de progression diminua, indiquant le nombre de photopiles en stock, pendant que deux autres indiquaient le rechargement des rangs de canons plasma et lance-drones fixes.

    Trois autres salves suivirent avant qu'ils n'entrent dans l'atmosphère. Les croiseurs restèrent en orbite alors que les chasseurs, sortant des portes-nefs, se dirigeaient vers Aeron. Les chasseurs Lanthaniens décollèrent et entamèrent la montée vers ces chasseurs. Ils étaient beaucoup plus rapides et maniables que leurs équivalents Verdonniens. Le combat s'engagea rapidement. Puis les lance-missiles terrestres commencèrent à cibler les chasseurs adverses. N'ayant plus assez de photopiles pour les alimenter, les rangs de plasma et lance-drones se désactivèrent.

    "Activez le bouclier, maintenant!" ordonna Ahlael.

    Une sorte de sphère, se trouvant au sommet d'une tour, luisait d'un éclat bleuté. Celle-ci s'accentua, puis un dôme, bleuté lui aussi, en prit source et recouvrit progressivement Aeron. Juste à temps d'ailleurs: un déluge de feu, de plasma et de projectiles en tout genre pleuvait sur le bouclier. Les croiseurs étaient donc arrivés en orbite, et commençaient leur bombardement. Des canons à plasma plus petits, et donc moins gourmands en photopiles, tirèrent, ne laissant qu'une dizaine de croiseurs avant de se désactiver à leur tour.

    "Amiral Ahnado, c'est quand vous voulez" dit Ahlael par la radio.

    "Reçu chancelier, nous attaquons"

    Je regardais la flotte Verdonnienne, grâce à de petits satellites indétectables pour les pirates. Chacun des croiseurs restants avait au moins une avarie: un propulseur détruit, un flanc éventré, la passerelle manquante... Malgré cela ils continuaient à tirer, suivant leurs ordres jusqu'à la mort.
    Soudainement, dans une légère dilatation de la lumière, dix croiseurs assez récents apparurent. Ils ouvrirent le feu sur la flotte ennemie, tirant nombres de projectiles au plasma. Les pirates réagirent trop lentement: seuls la moitié d'entre eux survécurent à la première salve. Les pirates tirèrent sur les Lanthaniens, mais leurs tirs furent déviés au dernier moment. Ils s'acharnèrent sur cette protection et les Lanthaniens les détruisirent.

    "Mission réussie, chancelier, on rentre au spatioport!"

    "Affirmatif, amiral Ahnado, mais tenez-vous prêts au cas où"

    - Mais... commençais-je, comment avez-vous... les boucliers sont impossibles à réaliser sur un vaisseau...
    Joris était aussi surpris que moi. Il était pourtant très au fait des avancées technologiques de l'Armée.

    - Messieurs, je vous doit quelques explications, nous répondit le chancelier Ahlael, retournons dans mon bureau, si vous le voulez bien.

    Notre curiosité nous tentait, aussi nous suivîmes le chancelier vers sa tour.
    Teddy_Ben aime ça.
  5. Alphajim

    Alphajim Akksul Barram, leader du Concordat d'Iyssada

    Revelations
    Lorsque les Lanthiens se séparèrent des Oris pour des questions de point de vue, ceux-ci durent fuir leur galaxie d'origine. En effet, le peuple Alteran ayant une technologie avancée, les deux partis ne voyaient pas le même objectif dans cette dernière: les Lanthiens voulaient l'utiliser pour protéger et aider les autres peuples moins avancés; les Oris pensaient que leur supériorité leur conférait le droit d'asservir les peuplades inférieures. Ces derniers considérèrent donc les Lanthiens comme des ennemis et les chassèrent. Les Lanthiens se réfugièrent dans la Voie Lactée, qu'ils peuplèrent depuis la Terre, et redevint un peuple pacifique.

    Quelques milliers d'années plus tard ils colonisèrent la galaxie de Pégase, s'installant sur de nouveaux mondes - et permettant l'évolution des ectoparasites d'une planète en ce qui deviendra les Wraiths, mêlant leur ADN avec celui des humains. Ces derniers s'attaquèrent aux Lanthiens, compensant leur absence de technologie par le nombre et leur capacités d'auto-régénérations. Dans une volonté de les vaincre, les Lanthiens se retranchèrent dans leur cités et développèrent une machine humanoïde - le Réplicateur - composée de nano cellules, ce qui devait les immuniser contre toute attaque physique. Malheureusement, ces derniers se rebellèrent et s'attaquèrent eux aussi au Lanthiens. Leurs créateurs furent contraint de les détruire, mais certains survécurent. Ils furent vite débordés par les Wraiths et les Réplicateurs, et se retranchèrent dans la cité Atlantis, seul lien entre les deux galaxies. Ils durent couler la cité, protégée par un bouclier, et retourner sur Terre.
    Quelques temps après ils découvrirent une autre galaxie, Amatens. Il y avait beaucoup de planètes habitables, aussi une partie des Lanthiens décida de partir vivre dans cette galaxie. Ils fondèrent de nombreuses colonies, réparties sur le dixième qu'ils avaient exploré d'Amatens. Une longue période de prospérité et de paix s'ensuivit.

    Puis un jour, la seule porte capable de relier la Voie Lactée à Amatens fut subitement coupée. Malgré de nombreuses tentatives, le contact refusait de s'opérer. Ils envoyèrent donc un vaisseau espion vers la Terre, ce qui prit une centaine d'années. Le vaisseau avait été équipé d'une seconde porte permettant d'entrer les coordonnées d'Amatens, mais pour des raisons d'énergie le contact ne durerait que trente secondes. Juste assez pour envoyer des données. Toute la communauté fut choquée par ce qui s'était passé de l'autre côté.
    Nulle trace de Lanthiens, pas même un vaisseau, une cité. Une légère impulsion énergétique au niveau de l'emplacement de la Terre subsistait. Par un pur hasard une trace d'énergie semblable à la leur était enregistrable: les Oris. C'était la même énergie qu'ils utilisaient pour détruire des planètes. Le scénario fut très vite deviné: les Oris avaient dû découvrir la Voie Lactée. Ils ont donc exterminé les Lanthiens par vengeance, pour le simple fait que ceux-ci aient refusé leur point de vue sur l'utilisation de la technologie. Ils étaient à présent les derniers survivants de leur race. Ils se nommèrent les Lanthaniens.

    Les générations passèrent et la technologie devint de plus en plus intelligente, rivalisant avec l'être humain. Les stations, les colonies, vaisseaux récents et structures orbitales étaient entièrement gérés par des IA. Ils découvrirent un objet céleste relativement proche d'un trou noir, ayant le potentiel de créer un univers. Ils le baptisèrent Celestus, en rapport avec une ancienne mythologie sur la création de l'univers. Plus ils en découvraient, plus ils voulaient en savoir. Puis un jour un homme voulut créer l'intelligence artificielle ultime: Ophélia.
    Celle-ci se rebella et infecta les réseaux de tout l'empire des Lanthaniens. Sur tous les écrans, un visage féminin se forma et dit: "La technologie a gagné, et la fin vient juste de commencer". Tous les sas de décompressions des stations et vaisseaux s'ouvrirent, les robots sur les colonies massacrèrent les populations. Heureusement une grande partie des vaisseaux étaient sur un réseau isolé, aussi ne furent-ils pas touchés. Ils tentèrent de reprendre quelques colonies mais les machines défendaient rageusement les portes, toutes ouvertes.

    Les robots construisaient des machines au but inconnu, qu'ils envoyaient par les portes. Le professeur Eyron découvrit que toutes ces portes étaient ouvertes vers le Celestus. Après s'être approchés d'une machine que les robots fabriquaient, il en conclut qu'il s'agissait de "dards satomiseurs": ils utilisaient les flux satomisants comme artillerie. Et le fait qu'ils étaient envoyés en orbite du Celestus n'annonçait rien de bon pour eux.
    En effet, les flux satomisants combinés aux propriétés du Celestus seraient capables de faire effondrer l'univers sur lui-même en quelques jours! Il fallait qu'ils empêchent Ophélia d'atteindre son but, à n'importe quel prix. Passer par les portes était exclu: elles étaient trop étroitement gardées; ils utilisèrent donc la rampe de lancement d'une technocité, alors en construction. Les radiations émises par le Celestus pourraient les masquer aux radars des machines.
    Le temps d'arriver sur place, Eyron mit au point un virus capable de contrôler les dards. Sachant qu'ils ne feraient que gagner du temps tout au plus, le professeur comprit que seul l'extermination complète de toute machine sauverait l'univers. Ce virus reconfigurerait le flux satomisant, qui enverrait une onde électromagnétique qui entrera en résonance avec le Celestus, et mettra ainsi fin à toute activité électronique. Les portes étant ouvertes, l'effet désactiverait les machines sur tout le territoire Lanthanien. Cela prendrait plusieurs milliers d'années à se dissiper, mais l'univers serait sauvé. Eyron savait que cela signifiait sa mort, car son vaisseau se ferait désactiver au beau milieu de l'espace, mais il envoya quand même le virus.

    Une grande partie de la flotte avait été utilisée pour sauver le peu de civils survivants sur quelques colonies. Ils s'étaient regroupés sur une lune, aux confins d'Amatens. Un projet jusque-là expérimental fut dévoilé. C'était la dernière chance de survie des Lanthaniens, leur seul échappatoire au cas où Eyron ne réussirait pas. Il restait environ un million de civils et militaires ayant survécu. Ils préparèrent de quoi créer une mini-ville autonome et des moyens d'extraction et commencèrent à transférer la population vers leur destination: Emtolah. Le GMS fonctionnait jours et nuits, transférant les Lanthaniens. Beaucoup écarquillaient les yeux et restaient sans voix lorsqu'on leur expliquait ce qu'était Emtolah.
    Il restait un cinquième des voyageurs lorsque une anomalie se produisit. Ophélia les avait trouvés et avait tenté d'arrêter la machine. L'anomalie cessa quelques minutes puis le GMS finit par s'éteindre du côté d'Emtolah. Il ne se ralluma plus. Ils tentèrent vainement de le rallumer. Un témoin raconta que la machine fonctionnait parfaitement de l'autre côté, rendant les scientifiques perplexes. Où étaient passés les autres Lanthaniens?

    Les scientifiques les plus qualifiés planchèrent dessus. Pendant le siècle suivant, les Lanthaniens bâtirent une nouvelle cité, qu'ils nommèrent Aeron. Ils commencèrent à explorer une partie de la galaxie. Jusqu'à ce qu'ils découvrent le sort du cinquième des survivants n'ayant pu passer dans le GMS. Ils les considéraient depuis ce jour comme morts. Mais un groupe de scientifiques avait enfin levé le voile. Ceux qui n'avaient pas traversé le GMS n'étaient pas morts et l'avaient bien utilisé; cependant la tentative d'Ophélia d'infiltrer la machine s'était soldée par un effet totalement inattendu: ceux qui traversaient le GMS lors de l'anomalie étaient coincés dans un univers alternatif, autre qu'Amatens ou Emtolah.
    Teddy_Ben aime ça.
  6. Alphajim

    Alphajim Akksul Barram, leader du Concordat d'Iyssada

    Decisions
    Ainsi donc nous étions piégés dans un univers alternatif. Pour ma part, il ne me restait plus aucune famille que j'aurais regretté; mais Joris avait un frère disparu, comme il me l'apprit ce jour-ci.
    Il s'appelait Khael, et c'était un grand brun un peu comme moi. Lorsque nous nous étions rencontré la première fois, Joris m'avait confondu de silhouette avec son frère disparu.
    Avant tout ceci, quand ils n'étaient que de jeunes adultes, Joris et Khael avaient été engagés dans un commando spécial nommé CELESTUS. Ses membres étaient rompus aux combats, tant à distance qu'au corps à corps. C'étaient des légendes, insaisissables pour leurs ennemis et dont l'existence était niée par le gouvernement Zetran. L'on disait que leurs opérations avaient sauvé plusieurs fois le Dominion Zetran de grandes attaques Thélios, ainsi que de nombreux coups d'état qu'ils avaient réduit au silence.

    Mais au retour d'une opération, Khael fut muté dans une autre sombre unité et ils se perdirent de vue. Depuis, Joris ne cessait de faire son possible pour le retrouver. Et à présent il lui était impossible de continuer.

    Je le laissait à ses sombres pensées, pensant qu'il avait besoin d'un peu d'intimité. Le chancelier Ahlael nous avait prêté, en guise d'appartements, les deux étages juste en dessous des siens, dans sa grande tour. Je prit l'ascenseur gravitationnel et montais jusqu'au dernier étage de la tour. En émergeant de l'étage inférieur, je fus émerveillé: c'était une grande pièce sphérique, avec comme seule structure externe visible des arceaux retenant les vitres, omniprésentes; quelques tables étaient installées au centre de la salle; un second étage était situé à mi-hauteur de la sphère, ouvert en son centre vers l'étage du bas.
    La vue extérieure était de loin encore plus impressionnante. La ville était visible partout autour, alternant routes surélevées et magnétisées, petites tours d'habitations et grands édifices bureaucrates. De gigantesques usines d'assemblages s'alignaient de temps à autres, ponctuées ci et là par des parcs surélevés, surplombant de vastes centres commerciaux. Les casernes se situaient au nord de la cité, tandis que le spatioport était non loin du centre d'Osrion. Ce dernier était le fameux GMS. Les centres de recherches étaient disséminés dans la ville au gré de leurs buts, et quatre bâtiments semblant être des concentrateurs de photopiles marquaient les points cardinaux.
    La nuit était tombée, et la ville en était d'autant plus magnifique; elle luisait d'une belle lumière bleue. Cette vision valait presque la Cité des Dieux des sombres melrehns. Sauf qu'ici il n'y avait aucun commando dont le but était de détruire la cité. Je décidais de profiter de la vue et réfléchir sur ce que nous pourrions faire.

    Joris vint me retrouver quelques heures plus tard. Il fut aussi admiratif que moi quand à la vue, mais il engagea rapidement la conversation.

    - Je ne sais plus quoi faire... commença-t-il. Nous sommes arrivés ici par le GMS, donc il doit y avoir moyen de repasser de l'autre côté.

    - Sûrement. Si je connaissait le principe des voyages inter-réalités, je pourrais te répondre.

    - Je suis sûr que c'est possible, le contraire serait illogique.

    - Tu m'as l'air bien déterminé pour quelqu'un qui ne sait plus quoi faire... lui faisais-je remarquer.

    - C'est que...tu as toujours été un grand passionné des Lanthaniens. Je serais bien ingrat de t'abandonner ici.

    - Mais non. C'est vrai que je suis très émerveillé par notre situation, je suis presque heureux ici. Malgré cela, tu es mon ami et je ne resterais pas ici si tu y es malheureux.

    - Tu es sérieux? Je ne sais même pas si mon frère est encore vivant, et tu es prêt à abandonner toute ceci...juste pour moi?

    - Bien entendu, lui répondis-je en le regardant dans les yeux, je ne suis pas non plus un ingrat avec mes amis.

    Joris me regarda avec reconnaissance et nous échangeâmes une accolade fraternelle. Nous nous connaissions depuis quelques années déjà, et notre camaraderie amicale s'était muée en une amitié fraternelle. Nous décidâmes de parler d'un possible retour le lendemain, avec le chancelier Ahlael. Je poussais Joris jusqu'à ses quartiers, puis j'en fis de même.
    Teddy_Ben aime ça.
  7. Alphajim

    Alphajim Akksul Barram, leader du Concordat d'Iyssada

    Determination
    Le lendemain, Joris et moi nous rendîmes une nouvelle fois devant le bureau du chancelier. Mon compagnon lui exprima son souhait de réutiliser le GMS, et ainsi retourner dans notre univers natif. Je traduisais ses propos au fur et à mesure qu'il les disait. Ahlael, comprenant son désir de retrouver son frère, nous donna son entier accord. Après l'avoir chaleureusement remercié, nous descendîmes préparer nos affaires.

    Pendant que Joris attendait que les techniciens lanthaniens aient fini de calibrer la machine, je les observais. Ils chargèrent les paramètres nommés "Amatens" et vérifièrent les données une à une. Ces dernières s'affichaient par dizaines sur les écrans. Tout était correct.

    - Tout est prêt et vérifié, m'informa en lanthanien un technicien. Il ne reste plus qu'à contacter l'autre GMS, celui de votre réalité.

    Je hochais la tête pour signifier que j'avais entendu, me sentant de plus en plus anxieux. Joris me rejoignit, comprenant que le moment de sa délivrance approchait.
    L'interface du GMS était claire, d'un bleu clair et reposant, allié à un design très plaisant. Une fenêtre se détachait légèrement, au centre de l'écran. Elle indiquait que le processus de contact était en cours.

    La tension montait avec le temps d'attente. Joris serra les mâchoires; le technicien ne lâchait pas l'écran des yeux, son regard se durcissant. Puis une alerte silencieuse clignota dans l'interface. Son rouge tranchait avec la douceur du bleu.
    ( CONNEXION GMS AMATENS ) ( X )
    [​IMG]
    ( ERREUR; CONNEXION IMPOSSIBLE )

    Le technicien gardait les yeux rivés sur l'écran. Joris me lança un regard inquisiteur, mais dans lequel je devinais qu'il était quasi certain de ce qui se passait. Sans un mot, en le regardant dans les yeux, je lui posais la main sur l'épaule.

    - Courage, mon ami, lui dis-je.

    Un voile de tristesse apparut devant ses yeux, l'espace de quelques secondes. Puis il se ressaisit en me regardant dans les yeux; son regard changea et j'y lus les mêmes émotions que dans le mien. C'était un regard lourd de courage, de détermination. Le regard d'un homme n'ayant aucun espoir de retour chez lui. Une nouvelle vie.
    Teddy_Ben aime ça.
  8. Alphajim

    Alphajim Akksul Barram, leader du Concordat d'Iyssada

    CELESTUS
    Ce chapitre est en hommage au jeu Celestus et à son créateur, Véovis

    Une semaine s'était écoulée depuis. Le chancelier Ahlael avait chargé le général Nal de nous faire visiter Aeron. Il nous avait aussi demandé de réfléchir sur notre avenir, si nous voulions devenir Lanthaniens à part entière. Je me réjouissais secrètement de cette proposition. J'avais toujours été fasciné par la civilisation Lanthanienne. Comme mon frère...que je ne serrerais peut-être jamais dans mes bras.

    Nous visitâmes d'abord les centrales électriques de la cité. C'était un mélange de centrales électriques solaires et de centrales de fusion. Ces dernières demandaient énormément de tritium pour opérer les fusions atomiques, qui libéraient l'énergie utilisée par Aeron.
    Les raffineries de tritium étaient sous-marines, question de sécurité. Ces complexes étaient non seulement assez blindées pour résister aux pressions de l'eau, mais en plus leur blindage était constitué d'un alliage furtif, ne laissant passer ni chaleur ni signature radar.
    Les mines de métal, quand à elles, étaient immenses et à ciel ouvert. De grandes machines automatisées s'occupaient de l'extraction, du tri et du raffinage du métal. Pour ne pas être une cible de choix lors de raids pirates, un dôme électromagnétique protégeait chaque dépression. Une batterie de dix photopiles l'alimentaient, car la quantité d'énergie que ce bouclier nécéssitait était pharamineuse!

    Les concentrateurs de photopiles étaient de grosses structures circulaires, vaguement en forme de cloche, avec une ouverture sur leur sommet. Toute l'énergie solaire qui y entrait était démultipliée par des jeux de miroirs et de lentilles, jusqu'à la photopile. Un surchargeur était ajouté sur le sommet de la photopile, rendant le cristal plus stable et résistant, ce qui lui permettait de stocker plus d'énergie. Ingénieux.

    - C'est beaucoup plus perfectionné que les ruines de concentrateurs dans Amatens, dit subitement Joris.

    Je fus étonné, car il l'avait remarqué avant moi. Il ne se souvenait plus d'où et quand il l'avait appris. Moi si. Ce qui me troublait le plus, c'était pourquoi se souvenait-il de ce détail et pas du Lanthanien, ni du reste?

    Nous visitâmes encore les quartiers habités, les casernes, le spatioport et les centres de recherches. Puis nous retournâmes à nos quartiers, épuisés par les visites du jour.
    Joris et moi étions d'accord pour devenir Lanthaniens. Ce fut la décision que nous prîmes devant le chancelier Ahlael, qui l'accueillit avec joie. Il nous respectait beaucoup, apparemment.

    Nous avions dû compléter des documents holographiques sur nous: origine, date de naissance, sexe, adresse de domicile... Puis de nombreux tests sanitaires étaient obligatoires. Sûrement pour éviter une épidémie au sein de la population. Nous attendîmes les résultats avec impatience.
    Lorsque le médecin revint, il était légèrement crispé: Joris avait une anomalie cérébrale. Ce dernier se montra plus curieux qu'inquiet, ce qui prouvait sa récente détermination et sa confiance. Selon le savant, il s'agissait d'une anomalie caractéristique d'une manipulation mémorielle; soit plus communément que quelqu'un ou quelque chose avait modifié ses souvenirs. Il ajouta que c'était malheureusement, et sans aucun doute possible, l'oeuvre de la technologie Lanthanienne d'Amatens.

    Souhaitant retrouver ces possibles souvenirs cadenassés dans son crâne, Joris laissa le savant manipuler ses souvenirs dans une machine.

    Une heure plus tard, il se redressa d'un coup, ayant récupéré des souvenirs soigneusement camouflés. Il ne dit rien sur ce qui avait verrouillé ce coin de sa mémoire, même si je me doutais de ce qui s'était passé. Puis il parla:

    - Et si l'on faisait revivre CELESTUS?

    Bouche bée, je le regardais.

    Il venait de parler en Lanthanien.
    Teddy_Ben aime ça.

Partager cette page