[RP] La Grande Flotte, l'exile

Discussion dans 'Roleplay' créé par Tonner, 9 Décembre 2015.

?

C'est bien ou pas?

  1. Oui, très bien

    3 vote(s)
    50.0%
  2. Oui mais il y a beaucoup de chose a modifier

    3 vote(s)
    50.0%
  3. Boffe, sa fait passer le temps

    0 vote(s)
    0.0%
  4. Non, histoire pas intéressante,

    0 vote(s)
    0.0%
  1. Tonner

    Tonner changeforme schizophrène

    Pour poster un commentaire c'est ICI
    2015 : Un merci à la documentaliste de mon collège qui m'aide à traduire mon mauvais français en un bon français.

    MERCI A LA COMMUNAUTÉ
    2017 :
    Je tiens aussi a exprimer ma grande gratitude envers la communauté Starmade.fr. Je suis sur ce forum depuis juillet 2013, et ça fait que depuis très peux de temps que je m'en suis rendu compte mais vous tous, vous m'avez tellement aider. Etre sur ce forum et parler, jouez avec des personne aussi géniale -et folles- m'a vraiment aider a surmonter le mal-être que j'avais. Ce forum m'a même permit de m'essayer a l'écriture, ce qui m'a aussi énormément aider. Sur ce forum, sur ce poste, j'ai put laisser aller mon imagination, quelque chose que l'on me reprochait dans la vie réel.
    Si je n'avais pas découvert ce forum ainsi que le serveur, je serais sûrement rester un connard. J'aurais sûrement garder les idées noirs que j'avais il y 4 ans. Ça fait vraiment pas longtemps que je m'en suis rendu compte (4 semaine) quand j'ai écrit tous ce qu'il y avait eut d'important dans ma vie et qu'il la changer, je me suis surpris a écrire "la communauté de Starmade.fr" et je voulais vous exprimer ma plus grande gratitude avec tous les courts moments que l'on a passer sur ce forum ainsi que sur le serveur.
    Du fond du cœur MERCI


    [RP ON]
    La Grande Flotte, L'Exil
    Prologue
    Dans une station du petit empire Arédien.


    Un jeune homme du nom d'Apanayug se tenait devant une immense baie vitrée donnant sur un immense vaisseau tenu en place par des grosses pinces. Plusieurs tuyau, plus « minces » que les pinces connecter ce gigantesque vaisseau, l'Arédia, a la station spatiale.

    Dans la station de commandement, Apanayug était entourer d'ordinateur et panneau de contrôle, des écrans ainsi qu'un autre homme, Nightengale.

    Le jeune commandant était vêtu d'un uniforme militaire bleu azur, son grade cousu sur sa manche droite et son nom écrit sur une petite plaque en métal dorée, avec comme fond un vaisseau. C'était un commandant de vaisseau. Il avait les yeux d'un bleu si clair qu'on crut qu'ils était blanc. La seule autre marque de couleur a l'intérieur de ses yeux était des petits éclat rouge sang. De plus, il était jeune, du moins il avait l'air jeune. C'était rare de voire un commandant si jeune, il avait a peine 800ans. Sa mission, depuis quelques années, était de superviser la défense de ce chantier naval. Il serait aussi la première personne a piloter l'Arédia, uniquement pour des vols d'essais, ensuite on allait lui retirer les codes mais il était très fier et honorer de pouvoir piloter ce vaisseau. C'était un des joyaux d'Arédos. Le projet le plus ambitieux des Arédiens depuis 300 millions d'années. Sa construction avait demander beaucoup de ressource, autant humain que matériel, mais aussi magique.


    Nightengale, la personne qui se tenait un peux devant le commandant, penché sur un panneau de commande de 3mètres de long, portait lui aussi le même uniforme, a quelques différence près. C'était un chef d'équipe d'ingénieur et donc le fond de sa plaque n'était pas un vaisseau mais une clé a molette mélanger a une gratte-ciel, symbole des architecte et ingénieurs spatiaux.

    C'était l'ami d'Apanayug. Un vieil ami. Ils se connaissaient depuis qu'ils avaient effectuer une opération ensemble. Une opération désastreuse qui avait coûter la vie a plusieurs milliers de soldats et civils. Si Apanayug n'avait pas été là, les morts se serait compter en dizaine de milliers, rien que parmi les civils. Passer plusieurs jours dans une base, avec peux de vivre, avec des civils a protéger, subissant régulièrement les assauts des soldats de l'Impérium de l'Humanité (IDH), des liens se créer. Après cette opération, ils ne s'étaient plus revus et, par chance, c'étaient retrouver sur ce chantier bien des années plus tard. Nightengale avait bien changé, il était couvert de cicatrice. Étant dans l'armée de terre, il avait du affronter des orcs sur le champs de bataille lors de la précédente guerre et des humains en armure assisté dans celle-là. A cause d'une blessure a la jambe qu'il avait reçu lors de cette opération désastreuse, il ne pouvait plus combattre et était devenu architecte spatiale. En plus de ces compétence en ingénierie, c'était une des personnes les plus qualifier pour s'occuper d'un chantier de cette envergure. Il avait créer, il y a longtemps, les plans d'un Titan de Bataille, qui c'est révéler être plus puissant et résistant que tous ces autres confrères.

    Apanayug lui n'avait pas changé. Pas une seule cicatrice, malgré les nombreuse bataille qu'il avait mener en tant que capitaine d'un croiseur et fantassin dans l'armée de Terre. Nightengale, contrairement a Apanayug était bien plus vieux, il était sur ce chantier depuis plus de 400 ans. Il avait vu les premiers plans de ce vaisseau et les a réarranger lui même. Il avait vu les première plaque de blindage être poser, tous les problème que ce chantier a eut. Pour lui, ce vaisseau, c'était comme l'enfant qu'il n'avait jamais eut.

    Les deux observaient le vaisseau qui se tenait derrière la baie-vitrée. Le plus grands vaisseau jamais construit par les Arédiens. A cette distance, il était difficile d'estimer sa taille. Quand les officiers en parlait, il disait souvent qu'il s'agissait d'un super-planetoïde, mais c'était en réalité bien plus grands : Un vaisseau-monde.

    -Alors, demain c'est le grand jour ? Demanda Nightengale. On le sort enfin...
    Apanayug fit un oui de la tête tout en répondant
    -Si aujourd'hui, ce n'était pas la célébration d'Eihyé, la déesse de la guerre, de la paix, de la victoire, la défaite et des massacres, on aurais put le sortir aujourd'hui. Dommage que l'Amiral En Chef soit croyant.
    -Tu crois qu'il va pouvoir lui parler cette fois-ci ? Questionna Nightengale.
    -J'espère pour lui rétorqua Apanayug. La dernière fois, elle ne lui avait accorder un regard et il a déprimer pendant plusieurs jours fini-t-il sur le ton de la plaisanterie. Un peux comme toi quand tu apprends qu’il faut revoir tout un système sur ce vaisseau. Vous faite la même tête !

    Nightengale sourit un peux a cette remarque. Il regarda ensuite le vaisseau et dit, un peux triste et nostalgique en repensant a toutes les nuits passer a corriger les erreurs conception de vaisseau.
    -Ça va me faire bizarre de ne plus voire ce vaisseau, de ne plus corriger les nombreuses erreurs et bug qu’il y a. C’est un peux stupide a dire conclut-t-il, un peux triste, mais j’adorais vraiment ses moments. Toujours une chose a faire, toujours chercher a améliorer et faire tenir l’ensemble… ça va me manquer !
    -Tu n'a qu'a venir avec moi et le reste de l'équipe pour son premier vol déclara Apanayug.
    Nightengale répondit, avec un sourire
    -J'y ai passer près de 400 ans dessus et j'approche bientôt de la fin de ma vie. Tu crois vraiment que j’allais te laisser le tester tout seul !
    -Tu a quel âge ? Demanda Apanayug, inquiet.
    -J'approche les 1500ans,et j'ai l'impression d'en avoir 1000 de plus répondit l’ingénieur, tout en frottant la prothèse de sa jambe. Avoir des bouts en moins, ça aide pas a se sentir jeune fini Nightengale sur le ton de la plaisanterie.
    -Être dans l'armée raccourci notre vie conclut le jeune commandant, le regard perdu dans le vide. Le militaire le plus vieux est mort a 1700ans, c'est bien loin des 2500ans des civils.
    En pensant très vite a ce que venait de dire l’Amiral, l’ingénieur repensa a sa vie. Du moins a ce qu’avait été sa vie, sa jeunesse qui était maintenant bien derrière lui. Il avait passé sa vie a combattre sur le champs de bataille, puis a concevoir et fabriquer des vaisseau. Il y avait déjà pensé plusieurs fois. 1200 ans dans l’armée. Il avait été tellement obnubiler par ça qu’il en avait oublier d’autre.

    -Dis Apa, tu ne regrette pas des chose ? Demanda l’ingénieur sérieux.
    -Si, pleins. Répondit le jeune commandant. Mais être ici n’en fait pas parti.
    Nightengale se tut un moment et dit, déterminer :
    -Je pense démissionner après son envol. Pour profiter du peux de temps qu'il me reste, et éviter d'avoir des regrets, voyager et peut être former une famille, si j’ai encore le temps. Peux être qu’il n’est pas trop tard.

    Une alarme retentit. Les deux comparse se regardèrent. C'était la première fois qu'il y avait une alerte ici. Nightengale pianota quelques instructions sur son panneau de contrôle. Les écran affichèrent les zones ou l'alerte c'était déclencher. Des vaisseau de l'Imperium de l'Humanité (IDH) leur actuel ennemi depuis plus de 500ans était près du chantier naval. Dans quelques minutes ils seraient a porter a de tir.
    -Putain de merde ! Lâcha le commandant, étonné.

    La dernière fois qu'il avait vu autant de vaisseau c'était lors de la dernière grande offensive de l'IDH. Il démarra son communicateur et regarda si il n'y a pas d'autre endroit toucher, les colonies, ou même les postes frontières. Il aurait dut y avoir une alerte de donner sur le canal militaire, bien plus rapide et sécuriser que celui des civils. Une armada ennemi ne devrait pas pouvoir arriver jusqu’ici sans se faire repérer ! Il regarda rapidement et vit qu'il n'y avait rien, aucune alerte dans d'autres secteurs. Pourtant la station était assez proche de Arédos, leur planète mère, situé en plein cœur de leur empire. Il ne chercha pas a comprendre, il devait d'abord organiser la défense. Il démarra le système de communication interne du chantier naval et passa ce message suivant

    -Alerte a tous le personnelle. Une armada de l'IDH se dirige vers notre position ! Que tous le personnelle ne participant pas a la défense du chantier naval regagne les zones sécurisés !
    Il bascula ensuite sur le système de communication des défenseur de la station et passa ce message
    -Tous au poste de combat. Nous passons en niveau d'alerte maximum ! Vous avez permission d'utiliser tout l'Arsenal. Feu a volonté !

    1 minutes plus tard, des centaines de tourelles sortirent de leur cache et se mirent en position de tir. Le chantier naval en était barder de plusieurs centaines. Ils leur donneraient du fil a retordre !
    Apanayug lança ensuite un appel de détresse sur le canal militaire. La station était très bien équipé, mais elle n’avait clairement pas assez de puissance de feu pour faire face a une armada toute seule. Il y avait bien quelques vieux vaisseaux dans les hangars, mais clairement pas assez pour faire pencher la balance. Inutile de les sortir, ils se ferraient charcuter sur le champs. Des pertes inutiles.
    Nightengale, lui pendant ce temps était en train de vérifier les communication civil et dit, totalement effrayer, étonné, le visage déconfit
    -Apanayug, nous ne somme pas le seul secteur touché... Les colonies et Arédos sont en train d'être bombarder ! Selon les rares civils qu'il y avait à la célébration d'Eihyé, un bon nombre de vaisseau militaire qui y stationnais on été détruit… Ils les ont vu exploser depuis le sol !
    Apanayug réfléchit un instant, observa le radar et finit par dire, ayant compris.
    -Ils ne savent pas… Nos vieux vaisseau ne peuvent pas vraiment faire face a une telle force, mais notre nouveau…
    -Qu'est ce que tu dit Apanayug ? Demanda l’ingénieur qui ne savait plus ou donné de la tête.
    -Ils ne savent pas ce que ce chantier contient ! Déclara-t-il, un peux soulager. Ils ont amener sûrement assez de vaisseau pour affronter une petite flotte et réduire cette station en tas de ferraille mais il n'y en a clairement pas assez pour détruire L’Arédia !
    Il activa une carte en 3 dimension du système et pointa certain vaisseau.
    -Tu vois ces vaisseaux dit-il ce sont des super-carrier. L'IDH les utilise souvent quand il s'agit de capturer une structure ou détruire, mais leur puissance de feu est quasi-nul... On va se faire aborder pour qu'ils puissent désactiver nos bouclier et tourelles pour qu'ensuite…
    Il pointa d'autre vaisseau tout en concluant sa phrase, stressé.

    -Ces vaisseau détruise entièrement la station. Ils pensent que c'est notre chantier naval principal. Ce n'est qu’un détachement d’une armada plus puissante ! Ils ne sont pas venus pour la stations mais pour tous détruire conclut-il avec colère.
    -Ou veux tu en venir ?! Demanda Nightengale un peux apeuré.
    -Enlève les pinces d'arrimage ! Il est temps de sortir l'Arédia ! ordonna le jeune commandant.
    -Avec plaisir monsieur ! Ça va me prendre 1 heure.
    -Je te donne 30minutes répondit Apanayug en regardant la carte 3D

    L'Armada de l'IDH lança sa première salve de missile. Plusieurs dizaines de milliers se ruèrent sur la station. Les tourelles réussirent a en détruire quelques centaines mais la majorité passèrent. Les missiles touchèrent la station. Toute la structure trembla dut au choque. Apanayug fut légèrement déstabiliser et dut se rattraper sur son tableau de contrôle.
    -Finalement, je t'en donne que 10 conclu-t-il, un peux alarmiste. Utilise des explosif si il le faux mais désarrime moi ce vaisseau !

    Il regarda a nouveau les écrans et vit que certaine tourelle ne s’étaient pas encore déployé. Merde pensa-t-il. Quelques missiles ont du toucher des câbles avant que les tourelles interne puisse s’activer. Il devrait les activer une a une, en plus de sceller les portes.

    Apanayug lança un message dans toute la station, en essayant de garder son calme, faisant mine qu’il contrôlait parfaitement la situation.
    -Que tous le personnelle se rende immédiatement dans l'Arédia ! A tous les canonniers, passer immédiatement vos tourelle en mode tir automatique et régler en la moité sur la destruction des missile !
    Plusieurs dizaines de corvettes d'abordage quittèrent les hangar des super-carrier de l'IDH, escorté par plusieurs centaines de chasseurs. La moitié furent détruit quand ils essayèrent de passer le rideau de feu des tourelles Arédienne. Malheureusement, une bonne partie des vaisseau d'abordage passèrent. Ils se fixèrent sur le conduite de passage principale et commencèrent a faire un trous. Des centaines de soldats entrèrent dans la station en armure assisté. Les soldats Arédien les accueillirent avec un déferlement de magie. Des jets de flammes, d'acide ainsi que de balle et autre joyeuseté vinrent a bout de la première vague, mais les ennemies n'arrêtait pas d'affluer, tuant a coup de fusil mitrailleur lourd, de lance-grenade, les soldats et technicien peux protéger. Ce fut un véritable massacre. Le combat n'était pas du tout égale. Un sous-officier débarqua dans la conduite et vit son unité en train d'être décimer par les soldats de l'IDH. Il ne perdit pas une seule seconde. Il activa son pouvoir et les sauvèrent a la vitesse de l'éclair. Il dégaina une épée télescopique et dirigea des éclairs contre les soldats lourdement armées et protéger d'armure en acier dans un déluge d’éclair. Les corps électrocuté tombèrent au sol comme des mouches, l’armure en train de fumer et l’odeur de chair calciner se répandait dans toute la conduite. Il réussit à décimer ce qui restait de l’équipe d'assaut de l'IDH a lui tout seul, mais il avait utilisé beaucoup d’énergie. Qu’importe,il venait de sauver plusieurs dizaines de personnes mais son unité n’était réduite qu’a quelques personnes. Il regarda les corps et vit sa femme étendu sur le sol, charcuter par les balles. Son œil sans vie était encore ouvert, avec lamoitié du visage en moins et sa cervelle en se répandant sur le sol. Ils avaient prévu de se marier et quitter l'armée dans une semaine. Il dit aux soldats arédiens
    -Fuyez jusqu’à l'Arédia ! Je vous couvre !
    -Vous avez vaincu la première vague, pas besoins de rester et attendre les autres. Venez ! Répondit un des technicien, un peux affolé, n’ayant aucunement l’habitude de subir des assauts de stations.
    -J'ai déjà survécu a un assaut de station de l'IDH rétorqua-t-il en regardant le fond de le conduite. La prochaine étape est qu'il foncent avec un gigantesque vaisseau pour créer une faille et pour qu'ils puissent déverser tous les soldats et des véhicules d'assaut comme des tanks. La station est déjà perdu, je peux juste vous faire gagner du temps le temps qu’ils ferment cette foutu porte !
    Il dégaina une autre épée télescopique. Les quelques membres survivants de son unité restèrent avec lui. Certain avait récupérer l'armement lourd des soldats de l'IDH, d'autre avait dégainer des armes au corps a corps. Le reste du personnelle se sauvèrent mais oublièrent, dans la panique, de condamner la porte.
    Quelques minutes plus tard, un gigantesque vaisseau percuta la station au niveau de la conduite principale plusieurs centaines de soldats ainsi que des véhicule léger débarquèrent dans la station. Des tourelles anti-véhicule et anti-personnelle s'activèrent. Le sous-officier dit

    -Eh bien, c'est pas trop tôt ! Vociféra-t-il en direction des caméra de surveillance ;
    Les tourelles commencèrent a faire feu et l'unité alla au contact. Des centaines d'éclairs, décimèrent les rangs de l'IDH, mais des soldats réussirent a passer. Ils furent arrêter net par les tourelles et ceux rester a l'arrière.
    Dans la salle de contrôle Apanayug vit ce que faisait cette unité mais elle ne tiendrais jamais. Leur héroïsme lui faisait gagner de précieuse seconde.Il devait a tous prit fermer et sceller cette porte cette porte mais il ne pouvait pas laisser des personnes mourir sur ses yeux. Le jeune commandant regarda ensuite l’écran du compte de personne en vie sur la station et vit que le nombre avait fondu comme neige au soleil. Avec un départ de 7000 âmes dans la station avant le début de la bataille, il n’en restait que 6000 environs. Il ne pouvait pas perdre encore d’autres soldats. C’était au dessus de ses forces !Il donna une plaque de verre a Nightengale tout en lui disant, très sérieux avec un voix laissant transparaître sa colère.
    -Si je ne suis pas revenu dans 5 minutes, prend les commande de l'Arédia.
    -Apa, non n'y…
    Le jeune commandant alla dans le téléporteur et ferma la porte
    Nightengale n'eut pas le temps de finir sa phrase que Apanayug était déjà à l'autre bout. A quelques mètres du front.
    Il vit la grande armée de l'IDH et les soldats en train de se battre. En un seul petit bond, il rejoignit, le soldats Arédien le plus à l'arrière. Il agrippa son col et lui ordonna, d’une voix autoritaire
    -Rejoins l'Arédia !
    Il le projeta ensuite dans le téléporteur qui était situé 50mètres plus loin. Le soldat obéit bien sagement a son supérieur. Apanayug bondit près d'un autre soldat mais ce dernier ce fit descendre par plusieurs balles . Le jeune commandant était habituer a voir mourir des personnes à 50 centimètres de lui mais cela l’énerver encore plus. Il détestait ça. Il cherchait toujours a réduire au maximum les pertes. C’était dans son habitude. Le sous-officier, s'énerva encore plus. Apanayug arrivait trop tard. Les soldats avait déjà atteint leur limites. 3 des 6 personnes qui se battait était déjà mort sous les yeux du sous-officier et d'Apanayug. Le quatrième se fit écraser par un engin. Il ne restait que 2 combattant. Le sous-officier et une femme. Des éclairs décimèrent les soldats qui se déversaient sans fin dans la station, la jeune humaine, elle se contentait de se battre avec une arme qui pouvait tranche du métal. A chaque fois qu'un soldat voulait la blesser, son corps se solidifiait juste avant. Ce pouvoir avait une limite et Apanayug le savait très bien. Ils commençait a atteindre leur limite, ça se voyait. Les éclairs était beaucoup moins impressionnant et l’humaine commençait a recevoir de sérieuse blessure.Le commandant leur ordonna d’une voix puissante et autoritaire -Rejoignez l’Arédia, c’est un ordre !

    Aucun des deux n’écoutèrent. On ne pouvait pas raisonner ces deux là avec des mots. Ils écoutaient leur colère.Le jeune commandant bondit près d'eux. Il les agrippa par le col et les projetèrent violemment en arrière. il recula d'un bon puissant. Les 2 soldats tentèrent de retourner au combat. Apanayug ne leur en laissa pas le temps. Il leur montra une de ses techniques les plus impressionnante, le "deus murum". Il ferma les yeux, joignit ses deux mains et écarta les bras d'un coup. Un mur de glace ferma l'accès au boyau. Cela allait leur faire gagner 30 seconde, juste assez pour qu'il retourne au poste de commande et ferme la porte principale. Le sous-officier et l'humaine voulurent protester mais n'en eurent pas le temps. Le commandant leur hurla :

    -On ne discute jamais les ordres ! Rejoignez l’Arédia maintenant !

    Les deux se mirent rapidement au garde a vous et se mirent a courir dans la direction du vaisseau mère. Apanayug rejoignit la salle de contrôle, la ou Nightengale l'attendait. Ce dernier lui rendit les codes tout en lui reprochant d’une voix sérieuse et pleine de reproche.

    -Évite de refaire un coup comme ça...

    Apanayug ne fit pas attention a la remarque de Nightengale. De toute façon, cette technique lui a fait brûler pas mal d'énergie. Il s’approcha difficilement vers une des consoles de commandes et trébucha avant de se rattraper. Il avait définitivement dépenser bien trop d’énergie. Le jeune commandant se mit a observer la carte tactiques et l'architecture intérieur du vaisseau. La station était composer d'un axe principale, immense et était connecter a 4 grands couloirs, les boyau. Il vit 4 vaisseau s'approcher des boyau qui était légèrement exposé dans l'espace. Le jeune commandant s'approcha de la table de contrôle de la station. Il sélectionna la porte de l'Axe principale qui se trouvait au niveau de la brèche. Leur ennemis ne devaient surtout pas atteindre le milieu de la station, ils couperaient toute retraite aux soldats vers l'Arédia. Il condamna aussi les zones qui avaient été totalement évacué. Cela allait faire gagner quelques secondes, voir quelques minutes aux soldats. Il regarda a nouveau les écrans. Il y avait encore pleins de monde dans des zones qu’il devait absolument condamner. A la seconde ou il n’y aurait plus personne, il les fermera définitivement. Sur les portes encore fonctionnelle il encoda cette dernière commande. Il avait du mal a saisir certaine donnée. Ses bras tremblais. Il avait définitivement dépenser trop d'énergie, il lui faudrait bien 3 à 4 minutes avant qu'il puisse a nouveau réutiliser ses pouvoirs de glace sans qu’il risque d’y laisser sa vie. Il regardait les soldats fuir et s'entasser près des téléporteur. Il faut environ 5 secondes pour qu'un groupe de 15 personne puissent entrée dans l'Arédia. Encore 6000 a faire passer… pensa-t-il l’air grave.On va manquer de temps. Avec 15 personne , je peux faire bouger l’Arédia et utiliser les batterie de missile mais pour les tourelle, il faut au moins une centaine de plus pour les faire fonctionner et il ya plus plus d'un millier de chasseur-bombardier dans le hangar de l’Arédia. Il ne pourrait faire passer qu'un millier de personne avant que les bouclier ne cèdent. Il demanda a Nightengale, toujours l’air aussi grave et le ton un peux anxieux.

    -Il reste combien de vaisseau dans les hangar des chantier ?
    -Une dizaine de croiseur commença a énumérer Nightengale en regardant un écran, avec une voix qui laissé trahir sa nervosité . Il nous reste aussi bien sûr 25 vieil frégates de bataille pouvant embarquer au maximum une cinquantaine de personne et une bonne centaine de bombardier avec 10 place et une dizaine de transport de troupe de 100 personne.

    Apanayug était un peux perplexe. Il y avait en tout, dans toute la station de quoi évacuer 5250 personnes et il devait en évacuer 6000. Il devait sauver le plus de personne que possible. Il démarra le communicateur et transmit comme message, avec une voix autoritaire et sûr de lui et de ce qu’il faisait.
    -Que tous ceux qui sont déjà dans la salle d'embarquement pour l'Arédia restent, le reste qui attendent, diriger vous vers les croiseurs, chacun d'eux peut en accueillir 250 au maximum, quand ils seront plein, diriger vous vers les frégates, 50maximum par frégate, puis vers les bombardier, 12 maximum, puis les transport de troupe, 150 maximum.

    Nightengale le regarda, le regard plein de reproche, lui disant que c’était une mauvaise idée. Il n'avait besoin de rien dire, le jeune commandant se comprenait. Ils travaillaient ensemble depuis longtemps.
    -Ca va, c'est juste pour de la survie a court terme, le temps de l’assaut lui rétorqua le commandant. On leur demande par de traverser toute la galaxie dans ses vieille carlingue !

    Tous les soldats obéirent bien gentiment aux ordres de Apanayug. Les gros des troupes de l'IDH était déjà en train d'envahir la station. Nos 2 comparses les bloquèrent grâce aux portes et systèmes de défense intégrer, mitrailleuse lourde, canon de 80mm, lance-flamme et autre joyeuseté dont la station était équiper pour transformer les apprentis pirates de l’espace en tas de chair informe, calciné et remplis d’éclats d’obus. Cela incluait bien sûr quelques explosif bien placé pour que les soldat aillent faire un petit séjour dans l'espace. Cela put faire gagner quelques minutes de plus. L'important aujourd'hui n'était pas d'empêcher la prise de la station, non. Elle était déjà perdu. L'important était de sauver un maximum de vie. Ce sera pour l'IDH une victoire a la Phyrus. La quasi-totalité des Arédiens purent embarquer dans les différents vaisseau. Sur les 7000 soldats et ingénieurs qu'avait la station avant l’assaut, un millier périrent, un peux moins de 6000 ont put embarquer. La plupart sont mort pendant le premier assaut de l'IDH. Apanayug fut soulager. Il ne restait plus qu'a désarrimer l'Arédia.

    Une alarme retendit et plusieurs explosions secouèrent la station. Plusieurs zones furent dépressuriser. Les bouclier venaient de céder et les missiles de l'IDH ronger la gigantesque station peux a peux. Apanayug regarda Nightengale. Ce dernier lui dit, complètement affolé

    -Encore… Encore deux minutes ! Il ne me reste que 4 pinces a enlever, le reste devrait s’enlever quand tu démareras les moteurs. Tu devrais y aller l'Arédia, et te préparer a les démarer dès que ces foutus pinces seront enlever. Ne t'inquiète pas, si tu ne quitte pas le système, je pourrais toujours me téléporter a l'intérieur de l'Arédia. Je ne compte pas mourir aujourd’hui ! Enfin, j’espère !

    Apanayug le crut sur parole et rejoignit l'Arédia. Il put rejoindre le poste de commandement très rapidement. La salle était assez grande. Le siège du capitaine était au milieu, un panneau de contrôle d'environ 3 mètres de longueur, en arc de cercle autour du siège. La petite plate-forme surplombait un peux tous le reste de la salle de commande. La verrière donnée une petite vue sur l'Arédia. La salle était aussi rempli de dizaines d'écrans et de panneau de contrôle éteint.

    Dès que le jeune commandant entra dans la salle de commande, toute l'équipe de pilotage se mirent au garde a vous. Le commandant pouvait voir la sueur perlait sur leurs visages. Ils avaient été former sur des simulateur, ça serait la première fois qu’il seraient confronté a une situation réel de combat spatiale a bords d’un vaisseau monde. Apanayug déclara, sur de lui, sur le même ton autoritaire, quasi dictatoriale

    -N’aillez pas peur soldat, c’est comme a l’entraînement ! On a répéter ses mouvements des centaines et des centaines de fois sur des centaines et des centaines de scénario ! Celui qui me dit qu’il a oublie la fonction du moindre bouton, c’est 2 semaine de trous !

    Voilà qui devrait les motiver pensa le jeune homme. Le commandant s'approcha ensuite du fauteuil et s'assit dedans. Il inséra la petite de verre et entra le code qu'on lui avait donné. A peine il finit d'entrée son code que tous le vaisseau s'éveilla. Tous les écrans s’allumèrent affichant diverse informations, les panneau de contrôle aussi s'activèrent. Celui de Apanayug fit apparaître un écran holographique ayant un simple viseur ainsi qu'un joystick. Il y avait énormément d'arme qui s'offrait a lui. Le timonier essaya de démarrer les moteurs mais cela était juste impossible. Le vaisseau était toujours arrimer. Il était impossible d'allumer les moteurs. L'ordinateur de bord de l'Ardia refusa tout simplement la commande. Cela était bizarre. Cela faisait pourtant plus de 2 minutes. Il contacta Nightengale et lui dit, énerver
    -Nightengale, dépêche toi, ça fait deux minutes déjà !
    -Une minute Apa… répondit le vieille ingénieur encore plus affolé, ne comprenant pas trop pourquoi ça ne fonctionnait pas. Aller, me lâche pas maintenant saleté !
    Il y eut quelques instant de silence et Nightengale finit par lâcher, un peux alarmiste, mais plus calme, comprenant enfin le problème.
    -Le système de contrôle des pinces a été détruit par les missiles et plusieurs brêche ont été ouverte dans le hangar de l'Arédia.
    -C'est pas grave, viens a bord ! Ordonna le Apanayug. Je vais les détruire avec les lance-missile de l'Arédia !
    -Ne fait surtout PAS ça déclara l’ingénieur a vive voix, paniqué que le commandant l’applique. Tu va pulvériser la station !
    -Je ne suis pas stupide répondit le commandant, un peux vexé, je vais pas tout envoyer, je vais seulement utiliser 4 batteries, une pour chaque pinces !
    -Ne le fait surtout PAS déclara encore l’ingénieur de manière un peux plus calme, mais toujours stressé par le combat et la situation. Une seule batterie c'est 200 missiles nucléaire, pour les plus faibles. Si tu les utilise, la station ne va pas pouvoir encaisser le choc, a part la porte qui a été conçu pour résister a une telle puissance de feu. Même les tourelles sont trop puissante. Les balles détruiront les pinces mais traversera aussi la parois et touchera les vaisseau qui n'ont pas encore décoller. De toute façon, si ils décollent, ils se feront charcuter par les vaisseau de l'IDH a peine si ils sortent.Et ne pense pas aux tourelle anti-chasseur, on ne peut pas les diriger et elles ont une puissance de feu ridicule, pas assez puissante pour détruire les pinces !

    Apanayug allait donner l’ordre de faire décollé les chasseurs dès que les pilotes allaient atteindre le hangar, quand il reçu un appel entrant. C'était celui d'un Titan de bataille, le BF100. Il n'y avait qu'une seule personne qui pouvait appeler son vaisseau comme ça. Apanayug sourit. Il était vraiment content de la voir débarquer. Une des plus brillante et sérieuse capitaine de vaisseau qu'il lui était donné de rencontrer. Sérieuse jusqu’à ne pas mettre un signe distinctif même sous son uniforme. Gina BeauJardin, des cheveux blanc,un regard sévère, sérieux, tyrannique, aussi aimable qu’une porte de prison de Guantánamo.Le visage ridé parcourut de quelques cicatrices, des yeux gris clair et une voix puissante et autoritaire a la Mussolini mais qui donnait, avec sa voix de ténors, une certaine rythmique et une certaine mélodie quand elle enchaînait plusieurs ordres a la suite.
    Elle était, dans son vaisseau, assis dans son fauteuil de capitaine criant ses ordres.
    -Canonnier, visée les croiseur lance-missile ! Pilote, n'exposer pas nos flanc, aligner vous aux dreadnought !
    Apanayug trouva enfin le bouton pour accepter l'appel.
    -C'est pas trop tôt ! l’engueula-t-elle Tu a mis 5 secondes de plus que la normal a répondre, Apanayug !
    -Ouais, désolé, on a un petit problème… rétorqua le jeune commandant, feignant d’être gêner.
    -Je vois bien ! Je suis vieille mais pas aveugle bleusaille! Hurla Gina en réponse. Ces quelques vaisseaux ne seront bientôt plus un problème.
    -Non en faite, c'est un problème un peux plus complexe avoua le jeune commandant. On ne peut pas désarrimer l'Arédia, les pinces son coincées et des brèches on été ouverte. On aurait besoin d'un coup de main pour les détruire. Si on y vas aux missiles, on pulvérise la station, et si on y va au canon, c’est les vaisseau dans les hangars qui vont être réduit en miette et nos pilotes n’ont pas encore atteints le hangar de l'Arédia. Un peux d'aide serait le bienvenue.
    Une voix de fou s'invita dans la conversation. On ne pouvait pas le voir sur les écrans mais on devinait sans problème qui c'était. Une voix qui inspirait la confiance malgré que la façon de parler ainsi que la voix se rapprocher de celle d'un malade mentale. C'était Norj Sillydrive et on pouvait dire qu'il faisait honneur a son nom. Il dit, d’une voix qui laissait transparaître son excitation, aux 2 commandant
    -Pas de problème, je m'en occupe !
    -Norj, je t’interdit de quitter le pont d'envol sans une escadrille ! Ordonna Gina
    Un des officier lui dit, un peux blasé,a peine étonné du comportement de Norj
    -C'est trop tard madame... Il est déjà partis.

    -Il m'énerve quand il fait ça dit-elle a voix basse, énerver. Je vais lui coller 2 jours de trous, ça va lui faire les pieds !


    Norj était tout seul. Il ne prit pas la peine de prendre une escadrille. Il n'avait pas besoin de risque la vie d'autre personne quand lui seul pouvait régler ce problème. Il s'approcha a toute vitesse d'une des brèches du Hangar de l'Arédia. Son ordinateur de bord analysa l'ouverture et connaissait la taille du chasseur et déclara avec sa voix synthétique
    -Le vaisseau fait 15mêtre de large, alors que le trou ne fait que 10 mètres.
    -Je l’avais dit, bien trop large pour des chasseur ! Ingénieur de merde déclara Norj de vive voix a lui même, parlant a une personne que seul lui pouvait entendre. Bon, Combien de mètres font nos ailes ? Demanda rapidement Norj, sur le même ton de folie.
    -Les deux font en tout 5mètres. Annonça l’IA. Nous ne pouvons pas les replier.
    -Elles sont vitales ? Questionna très rapidement
    Le vaisseau hésita une seconde. C’était peux être un nouveau chasseur, mais l’IA se transférait facilement, et elle avait accompagné Norj depuis le début. Elle était programmer pour apprendre et aider le pilote. Et elle savez ce qu’il voulait faire. Elle déclara, de la même voix synthétique.
    -Uniquement pour les mitrailleuse.

    Norj, sur cette réponse, augmenta encore la vitesse son vaisseau, désactiva son bouclier et fonça contre un chasseur de l'IDH. Ce dernier ouvrit le feu sur Norj. Le fou ne répliqua pas malgré le fait qu'il perdait de plus en plus de blindage, qui était déjà très léger. Juste avant que les deux chasseurs n'entre en collision, Norj fit faire un tonneau a 90 degrés a son vaisseau pour queson aile droite aille percuter le chasseur de l'IDH, détruisant son aile et le vaisseau ennemi dans la foulé. Juste après, il fit une autre rotation a 180 degrés tout en fonçant sur un autre chasseur. Il s'arrangea pour passer juste en dessous de ce dernier. Il perdit son aile gauche, et avec, une bonne partie de sa vitesse. Son vaisseau était maintenant raccourci de 6mètres. Assez pour passer dans le trous. Il se réaligna avec une des nombreuse brèche du Hangar et poussa son vaisseau a vitesse maximal. En quelques secondes il était devant le trous et passa de justesse. Il était maintenant dans le Hangar de l'Arédia. Il n'en revenait pas, il ne savait pas a quels distance il était, mais ce vaisseau était vraiment immense. Il pensait, a vue d’œil, que c'était un super-planetoïde.

    Norj commença a s'aligner avec la première pince et tira son premier missile. Il l'a détruisit du premier coup. Il s'aligna sur la deuxième, tout en étant poursuivit par 2 chasseur de l'IDH. Il les aurait bien détruit mais ses mitrailleuse se trouvait dans ses ailes. Heureusement, l'Arédia était proche et était équiper de tourelle anti-chasseur, pas très précise. Les tourelles détruisirent les chasseurs de l'IDH mais ont bien failli avoir Norj. Ce dernier esquiva comme un chef la plupart des projectiles, mais fut toucher par certain d'entre eux.Son blindage en pâtis. Il n'avait plus de bouclier, et son blindage se limiter maintenant a sa cabine. Norj ne se laissa pas abattre. Il visa la deuxième et troisième pince et les détruisit toutes les deux du premier coup. Pour la quatrième, il dut utiliser ses deux derniers missile. Il utilisa le reste de ces réserves d'énergie pour aller s'arrimer dans l'Arédia. Enfin, plutôt s’écraser, puisque il n'avait pas prévu ça, mais les ailes de son chasseur servait aussi de trains d'atterrissage. Apanayug, a peine son vaisseau libérer, tira avec les lance missiles avant du vaisseau. C'était les seule missile du vaisseau qui n'avait pas de système de verrouillage mais leur puissance de destruction était juste monstrueuse. 10 missile partirent de l’avant du vaisseau et anéantisèrent la porte du hangar. L'Arédia démarra ces moteurs et sorti de la station. Les maigres bout qui lié encore la coque de l'Arédia avec le Hangar furent arracher par la puissance des moteurs de l'Arédia avant de partir dans l'espace.

    A l’intérieur de la station Des soldats commençait a essayer de détruire la porte du poste de commande. Pour Nightengale, il était temps de mettre les voiles . Il pris, juste avant, les plans de l'Arédia ainsi que de tous les autres vaisseau. On ne sait jamais, ça pourrais toujours être utile si ils trouvaient un chantier naval encore en état de marche.

    Comme promis, il rejoignit L'Arédia via le téléporteur, ouvrit les hangars des différents vaisseaux et déclencha, en prime ,l'autodestruction de la salle de commande ainsi que de la station. Cette dernière ne servait plus a rien. Littéralement, c'était maintenant plus qu'un vulgaire tas de ferraille styler. Autant s'en servir de bombe pour se débarrasser d'un maximum de soldat ennemis ainsi que de leur foutu super-carrier.

    Tous les transport de troupe et bombardier quittèrent la station et allèrent s'arrimer dans le hangar de l'Arédia, qui était maintenant accessible. Les croiseur et frégate commencèrent a quitter la station, leur capitaine improviser tous prêt a en découdre avec la flotte de l'IDH.

    L'Arédia passa très rapidement en mode pilotage automatique. Apanayug tenta de reprendre les commande mais n'y arrivas pas. Le vaisseau n'en faisait qu'a sa tête ! Le commandant regarda un l'écran qui montrait l'état de tous les système du vaisseau. Seulement la moitié était alimenté, le système de survie, les bouclier, les armes et les moteurs. Le reste, rien. Quand il vit l'Arédia en train de charcuter la flotte de l'IDH, il se dit que c'était pas plus mal. Les canons se dirigeait tous seul sur les vaisseau les plus proches. Ce n'était pas très pratique. Le vaisseau fonçait juste tête baisser dans la mêlée. Il y a des stratégie et tactiques bien plus efficaces a mettre en place avec ce vaisseau que de juste détruire une flotte vaisseau par vaisseau avec tous les canons et missile. Il y avait une grande perte niveau munitions et surtout énergie. Au commande d'un bon tacticien ou stratège, ce vaisseau pourrait faire des ravages. En quelques minutes, la flotte ennemi fut réduite en petit morceaux. Juste après le vaisseau s'arrêta net. Le commandant regarda a nouveau l'écran des systèmes. A part le Module de Saut, tous les systèmes étaient opérationnelle. Mais bon, ça c'était normal. Le Module de Saut de l'Arédia pompait énormément d'énergie. Gros vaisseau, gros moteur. Il fallait éteindre quasiment tous les systèmes pour l'activer. Le commandant regarda l'écran du canal de communication militaire. A part son appelle de détresse et la conversation rapide avec Gina, rien. Il passa ensuite sur le canal civil et là, énormément d'informations. Ils n'était pas loin d'Arédos. En un Saut, c'était réglé.
    Apanayug annonça a tous son équipage, d'une voix puissante et autoritaire, comme a son habitude.
    -Code noir, préparer le Module de Saut!
    Toutes lumières s'éteignirent ainsi que les boucliers, armes et autres système non-vitale au bon fonctionnement du vaisseau comme les moteurs, mais les système dit critiques, comme la salle de commande, le système de survie, les stabilisateur du générateur, le bar et les chiottes restèrent actif.
    Il ne lui fallait que 5 minutes pour le charger complètement, ce qui, pour un vaisseau de cette taille, était exceptionnellement rapide. La plupart des planétoïde mettait 5 minutes, mais ce vaisseau était encore plus gros qu'un planétoïde. Une fenêtre de Saut s'ouvrit devant eux, l'intérieur ressemblait à un long tube avec des teintes de violet et de rose. On pouvait aussi voir le noir de l'espace de temps à autres. Les étoiles s'étirèrent pour former de longs traits blancs.

    Ils traversèrent le couloir en quelques secondes. De l'autre côté se trouvait Arédos, en train de se faire bombarder par une flotte bien plus grande que celle qu'avait attaquer le chantier naval. Les croiseurs et frégates Arédienne commencèrent a apparaître aux côté de l'Arédia, eux aussi prêt a se battre. Apanayug ordonna a tous les petits vaisseaux de rester en retrait, derrière l'Arédia et d'attaquer au lance-missile. Ce fut un véritable massacre pour l'IDH. A peine les boucliers et les armes de l'Arédia furent a nouveau opérationnelle que ce dernier commença a faire feu avec tous ce qu'il avait. Les vaisseau furent détruit les uns après les autres. Les carcasse de vaisseaux qui étaient trop basse furent happer par la graviter de la planète et s’écrasèrent a sa surface. Les autres restèrent en orbite. Arédos avait maintenant un anneaux composé de vaisseau en miettes.Il n'y avait aucune perte parmi les croiseurs et frégates a déplorer. En même temps, l'IDH était concentrer sur le plus gros. Les bouclier de l'Arédia, durant l'attaque de toutes les flottes, ne descendirent pas en dessous de 80% de leur intégrité. Une puissance de feu et une résistance juste monstrueuse, même pour un vaisseau de cette taille. Ce n'était pas un vaisseau de commandement. C'était un vaisseau de première ligne.

    L'Arédia passa au-dessus de la zone de la célébration d'Eihyé. Le temple géant n'avait pas une seul égratignure, mais les vaisseau de secours qui avait été envoyer ne trouvèrent, a l'extérieur du temple, que des corps sans vie. Les rares survivants étaient des personnes qui avaient réussit a se cacher derrière les corps des morts. Quelques enfants très jeune, pas assez vieux pour savoir se battre, des vieillard, bien trop âgé pour se défendre. On racontait qu'il n'y avait aucun Arédien sans défense, mais cela était faux, c'est vrais que 95% de la population pouvait se battre, mais le reste non. Difficile de te battre quand on a l’arthrose ou quand tu ne sait même pas bouger correctement.

    Ils avaient tous vu la barbarie des humains, les pires côté. Les enfants furent traumatiser par cette vision d'horreur. Les vieillards, eux, avaient vu pire. Bien pire. A l'intérieur du temple, un millier de personne était encore en vie. Les mêmes personne incapable de se battre, défendu par quelques braves, certain en tenu religieuse, d'autre en tenu militaire et quelques-uns en civil. Tous couvert de blessures mais ne semblant pas le moins du monde essoufflé.Des corps de soldat de l'IDH a quelques mètres d'eux, tous mort de façon très différente. Il y avait aussi quelques corps d'Arédiens sur le sol, le corps charcuté, détruit par les balles. Les personne a l'arrière, les mêmes incapable de se battre, vieillards et enfants trop jeunes, tenaient des statuettes a l'effigie de la déesse et clamant haut et fort qu'Eihyé les avait sauver. Non pas en massacrant les soldats ennemie mais en protégeant le temple et en bénissant les défenseurs. Les survivants furent ramener sur l'Arédia. Les plus jeunes enfants passèrent des billant psychologiques. Les plus vieux avaient vu pire, et ceux dans la force de l'âge étaient déjà habituer a voir des morts et des actes de barbaries. Après tout, c'est ce qu'il y a sur les champs de batailles, et ils en avaient tous vu au moins un au cours de leur vie.

    La Grande Capital, Basse-Roc était en cendre. Seul 2 personne survécurent car elles s'étaient réfugier dans un bunker quelques instant avant le début de l'attaque et n'en n'était pas sorti avant d'entendre les derniers vaisseau s’écraser sur la planète. La Capitale, autrefois resplendissante, fourmillant de vie et de personne, pleine de verdure, véritable fusion entre forêt et ville, n'était plus qu'un tas de cendre fumant servant de cimetière de vaisseau, des montagne d'acier gris et de cendre.

    Finalement, sur toute la planète mère, seul quelques villages avaient survécu a l'attaque. Toute les grandes villes n'était plus que des tas de décombres et le nombre de survivants se comptait en centaine pour des villes de plusieurs dizaines de millier d'habitants pour les plus grandes. La planète était maintenant inhabitable. L'IDH avait utiliser tellement d'ogive nucléaire que la planète ne pourrais plus accueillir de vie pour les 100 000 prochaines années et aucun moyen de détruire. Il en était de même pour les 11 autres planètes habitable que possédait Arédos. Les protectorats du petit empire Arédien avait connu le même sort. L'Armée arédienne avait été vaincu. Pour la première fois, un ennemi n'avait pas qu'envahi leur territoire, il l'avait détruit et forçait maintenant les Arédiens a fuir de leur propre terres, leur planète mère. Et malgré toutes ces pertes, ne c'était pas fini. Si on devait reconnaître une qualité chez l'IDH, ce serait leur persévérance. Le commandant le savait très bien. Ils envoyaient toujours deux armada en même temps, avec quelques jours, si ce n'est heure, de décalage pour écraser le moindre espoir qui pourrait naître dans le cœur de leur ennemis. Ils ne pourraient pas survivre longtemps dans une galaxie contrôlé par l'IDH. Ils se vont se faire traqué comme des bêtes et vont être obliger de ce soumettre a ce foutu empire. Si c'était pour que leur race soit éradiquer, que leur culture soit réduite a néant, autant qu'ils partent en beauté ! Apanayug lança un appel, sur tous les canaux, a tous les survivants des attaques de l'IDH, a tous les Arédiens, les enjoignant a le rejoindre pour un dernier affrontement contre l'IDH. Ils donneraient à a l'IDH la bataille la plus mémorable de leur histoire ! La dernière bataille des Arédiens pensa Apanayug. Il n'avait jamais imaginer ce qui aller ce passer ensuite. Sans surprise, tous les survivants arédiens étaient venu mais aussi de vieux alliés et de vieux ennemis.Des dizaines d'autres espèce dont les mondes on été envahi et détruit par l'IDH avaient aussi répondu a l'appelle bien qu'il ne leur était pas adresser. Apanayug en était le premier surpris. Même certaine des races qui se haïssait mutuellement était maintenant, côte a côte, demandant la même chose. Même les orcs qui détestait les Arédiens étaient venu ! Ils voulaient eux aussi leur dernier combat. Certains de ses peuples, bien que ennemis avait secrètement mis leur dernier espoirs dans cette petite poche de résistance qu'était les Arédiens au sein d'une galaxie qui avait été envahi et contrôlée par l'IDH. Arédos était bien plus connu dans la galaxie pour ses exploits militaire que scientifique. Pour ces races, Arédos qui a perdu cela veux surtout dire qu'il n'y a plus aucun endroit sûr dans la galaxie et qu'il n'y a plus aucune chance qu'ils récupèrent leurs anciennes planète. Se soumettre a l'IDH ou mourir au combat. Voila leur choix. D'autres vaisseaux n’arrêtèrent pas d'arriver. Puis vinrent ceux des Niriands. Des vaisseaux serres, assez petit mais assez efficace pour la production de nourriture. Apanayug eut une merveilleuse idée en les voyant. Avec ces vaisseaux, il serrait possible de faire survivre beaucoup de personne, pendant un certain temps. Tous les chefs des autres races le contactèrent pour lui demander qu'elle était ce dernier combat dont il avait parler. Quand il serait. Apanayug leur répondit, le plus sûr de lui.

    -Notre survie. Voilà notre dernier combat ! J'espère que vous êtes venu participer a cette dernière bataille !

    Les Chefs des autres races voyant l'Arédia, les vaisseaux serres et tous ceux qui étaient encore là, voulant eux aussi participer a ce dernier combat acceptèrent. Les militaires commencèrent a l'appeler Amiral. Les chefs des membres des autres espèce en firent de même. Parmi ceux qui avaient répondu a l'appel, il y avait beaucoup d'ancien ennemi d'Arédos. Mais maintenant, un ennemi et un objectif commun les réunissait : L'Impérium de l'Humanité et survivre par tous les moyens. L'Amiral Apanayug commença a appeler cette flotte La Grande Flotte, du fait des nombreux vaisseaux qu'il la composait. Il choisit aussi son emblème, un aigle dorée. C'était un aigle fait de manière très simple. Tous le monde accepta cette emblème.

    La Grande flotte avait maintenant 15 vaisseau de combat pour 50 vaisseau civils. 10 croiseur et 4 TitanL : l'Ikara, le BF100, le Holly, le Okisa, sans oublier le quinzième, l'Arédia, vaisseau mère de La Grande Flotte. Les frégate de combat était assez petite pour tenir dans le hangar secondaire de l'Arédia. La cinquantaine d'autre vaisseau était des vaisseaux civils d'autres espèces. Le jeune amiral avait même du obliger certaine espèce a emménager a l'intérieur de l'Arédia, pour pas qu'il y ait trop de vaisseau a protéger. Déjà une cinquantaine, c'était chaud de les protéger avec une seulement 15 vaisseau de combat, alors avec 10 fois plus de vaisseau a protéger mais avec le même nombre de vaisseau de combat, c'était mission impossible.



    Fin prologue
    Pikayoda, Teddy_Ben et arwen2 aiment ça.
  2. falco708

    falco708 Wonderbolt

    J'ai cru en voyant le titre que ça allait avoir un rapport avec Last Exile,
    Sinon bah j'ai pas le courage de lire tout ça désolé mais ça a l'air pas mal.
  3. arwen2

    arwen2 Dirigeant de l'U.H.M

    "Erilur entra dans la pièce, une viole d'eau a la main et accompagner d'Akai. Même si il était aveugle, il savait ou se trouvais Jaina et se dirigea vers elle."

    Magique cette faute, merci pour le fou rire Tonner XD
  4. Tonner

    Tonner changeforme schizophrène

    Je l'avais pas vu celle la, merci de me l'avoir montrer, corriger et ravi de t'avoir fait rire
  5. falco708

    falco708 Wonderbolt

    t'es courageux pour écrire autant pour un rp
  6. Tonner

    Tonner changeforme schizophrène

    Je poste ce message pour vous annoncer la réécriture de mon RP qui devraient commencer a être poster fin aout débutera finalement début Janvier

    Ce qui ne vas pas changer :
    • le point de vue, on resteras toujours avec Jaina et les autres, donc les personnages principaux ne changeront pas, ainsi que leur histoires
    • L'humour.

    Ce qu'il y a de prévus :
    • Écriture d'un prologue pour rendre le début plus clairs
    • Meilleur organisation des chapitres (pour les rendre plus courts, et plus digestes)
    • Le récit sera recentrer BEAUCOUP plus sur la GF (il y aura quand même pas mal de combats)
    J'espère que ça vous plairas

    EDIT : la date est passer de début septembre a Janvier car, au moment ou je vous parle, j'en suis à peine a 6 Chapitres très court (10 pages Word (j'avais dit que ce serait bien plus court), j'en suis a peine a la présentation de l'Arédia et des différents caractère des personnages.
  7. Tonner

    Tonner changeforme schizophrène

    Chapitre 1 : Jaina la mercenaire
    1 mois passa, La Grande Flotte avait déjà parcouru une certaine distance. Elle venait de quitter l'espace qu'elle avait exploré et entrais en terre inconnu, celui de l'IDH. Il n'y avait pas de retour en arrière possible, ils avaient pris tous ce qu'il pouvait l'être et avaient dit aurevoir a leur anciens mondes. L'Amiral Apanayug était dans sa grande cabine vide, assis dans son fauteuil de cuir, toujours dans son uniforme, qu'il ne quittait que pour dormir. Il venait de contacter sa plus veille amie et son groupe. Il n'avait pas eut la force de lui annoncer par message et il voulait aussi lui demander un service. Aujourd'hui était le jour ou elle arrivait. Il avait un visage grave et marqué.Il avait connu de nombreux champ de bataille. C'était un véritable survivant. Mais chose étonnante, pour quelqu'un qui avait connu autant de champ de bataille, il n'avait pas une seul cicatrices. De tout ce qu'il avait traverser et traversera, pour lui, ce jour ci sera le pire de sa vie et il ne le savait que trop bien.Sa plus vieille amie, ainsi que son groupe, avait divulguer des informations très sensible et a été banni de Arédos et ses colonies a vie. Ça c'était passer il y a si longtemps ! Il avait arrêter de compter les années. Il espérait qu'elle n'avait pas trop changer et qu'elle serais surtout en bonne santé. Il avait mit un temps fou a se décider a l'appeler. Il aurait voulu lui épargner cela mais il devait lui dire. ll avait réfléchi longuement, qu'est ce qui serais le pire et le plus cruel pour elle ? L'Apprendre de sa bouche, ne pas l'apprendre du tout, l'apprendre par accident ou l'apprendre quand son bannissement serait arriver a expiration ? Il avait fait son choix, et du prendre quelques précautions. Il ne savait vraiment pas comment elle allait réagir. Elle avait le sang un peux chaud, surtout quand ça touchait a la famille.Il avait fait vidée la pièce. A pars les fauteuil, et quelques meubles fixé directement au mur, il n'y avait rien. Le couloir était lui aussi vide. Pas une seule personne. Une jeune elfe passa par la porte et saluât l'amiral. Elle avait un très beau visage et des oreilles assez courte pour une elfe. De long cheveux blond clair détacher, de magnifique yeux bleu et un sourire qui en avait charmé plus d'un. Elle dit d'une voix enjouée.
    -Salut Apa, c'est un joli vaisseau que tu à la. Je ne savais pas que l'armée était dans la construction de planétoïde !
    Le jeune amiral lui répondit avec un large sourire
    -Salut Jaina, je suis content de te revoir. Ah, Et ce vaisseau était un projet secret, normal que tu n'a pas entendu parler de ce vaisseau.
    La jeune elfe s'affala dans un des fauteuil. Totalement décontracté. Elle dit, souriante
    -Ah l'armée, les amiraux, les généraux, ils ont toujours aimer les projets secrets et les gros vaisseau. Que l'armée ait construit un vaisseau comme ça et ne dise rien, ça ne m'étonne pas mais qu'elle m'appelle pour me demander un service, je ne l'avais pas vu venir !
    -L'Armée n'a pas besoin de tes service. C'est plutôt une faveur personnelle que je te demande. Et je dois aussi te donner des nouvelles de Arédos et tes parents.
    La jeune elfe s'approcha un peux. Avant de lui demander sa faveur, il voulait s'assurer d'une chose
    -Tu sais ce qui c'est passer sur Arédos, et l'état de nos colonies?

    La jeune elfe se redressa et fit une petite moue intéresser. Elle n'était pas au courant. Et pour cause ! L'IDH ne pouvait pas se permettre de paraître comme faible et incapable de conquérir une dizaine de planète alors que leur empire compte des centaines de planètes et autant de peuple conquis -plutôt génocider ou réduit en esclavage- .

    Elle regardait maintenant Apanayug dans les yeux. Le jeune homme eut beaucoup de mal a se détacher du regard bleu de son interlocutrice. Il n'y arrivait tous simplement pas. Il avait tuer des centaines de personne, commis des chose horribles, mais juste lui prononcer ces quelques mots, c'était quasi-impossible pour lui. Comment elle va réagir ? Pensa-t-il. Elle va pleurer, pété un câble, ne pas me croire ? Est-ce que je lui dit maintenant ou j’attends encore un peux ?

    Pour la jeune elfe, sa famille était ce qu'il y avait de plus précieux. Elle aimait ses parents, adoptif certes, mais c'était ce qu'elle avait de plus précieux ! Apanayug se souvenait encore comment elle était dans ce maudit orphelinat, quand elle avait perdu sa famille pour la première fois. Impossible de la consoler. Elle était morte a l’intérieur ce jour là. Il se souvenait aussi du bonheur, quelques années plus tard, qu’elle vivait avec cette seconde famille. Ils leur avaient redonner l'envi de vivre et surtout le sourire. Jaina la regardait droit dans les yeux. Apanayug, se sentant déjà coupable de la colère qui allait envahir la jeune elfe. Il rassembla toutes ses forces et lui dit annonça enfin la triste nouvelle :
    -On a perdu la guerre.
    Jaina fut un peux surprise. Mais pas de grande révélation pour elle. Elle répondit juste
    -Ils avaient le nombre. On leur résistait depuis plus de 500 ans, tôt ou tard, ils auraient lancé une attaque massive. Et la ont aurais bien été dans la merde ! Ils ont une flotte 100 fois plus nombreuse que la notre rien que dans cette galaxie ! On aurait pas résisté longtemps face a une telle armada. C'est malheureux mais c'était le choix le plus logique. J'espère qu'on a bien négocier la paix. Avec la force d'Arédos et les multiples alliances, ça a dut être assez facile de ne pas se faire imposer des chose un peux.

    L'amiral eut un air encore plus grave. En voyant ce visage, celui de Jaina fondit. Elle venait de comprendre. Il n'y avait pas eut de paix, pas d'armistice ni de réédition. Il y avait eut une extermination.
    -Pourquoi tu fait cette tête fit-elle totalement effrayer de ce qui allait dire. Apa, non, non, non ! Ne me dit pas !
    Les meubles de la pièce commençait a bouger.
    -Toute mes condoléance dit simplement Apanayug, se voulant le plus compatissant possible. Il se tut 5 seconde avant de redemander
    -Est-ce-que ça va ? Avec le même ton compatissant en essayant de lui serrer les mains, qu'elle repoussa d'un geste vif et énerver.
    -Pourquoi ?! Comment ! Hurla la jeune elfe. Comment ! Arédos, non Arédos était bien protéger, des bunkers, un puissant bouclier, des tourelles, une flotte ! Comment ?! Elle regarda l'Amiral droit dans les yeux, le regard totalement réprobateur, accusateur et hurla de plus belle
    -Pourquoi vous avez laisser Arédos se faire détruire ?! Vous, les militaires, vous aviez jurez de protéger notre planète jusqu’à la mort et vous êtes encore là ?! Pourquoi ?! Vous êtes des incapables !
    -Jaina... comment ça Apanayug avant de se faire couper sec par Jaina, énerver mais aussi au bords des larmes. Cela s’entendait a sa voix tremblotante.
    -Méfie toi de ce que tu va dire ! Si tu me sors une connerie du genre « c'était stratégique » ou « pas le choix » je t'étripe sur place !
    Apanayug se releva et se recula un peux et commença, d'une voix calme.
    -Je pense que quelqu'un les a aider a nous faire perdre la guerre. La vérité est que, nous avions déjà reçu des attaques massive par le passé, 3. On les a toutes repousser sans rien dire. On ne voulait affoler personne. Ordre des supérieurs. Sauf que cette fois ci, c'était pendant le célébration d'Eihyé. 4H00 de célébration tous les 500ans. Ils connaissaient tout. le lieu, le nombre de vaisseau, le nombre de soldat, les défense et notre plan en cas d'attaques massive pendant le célébration. Et le plus important, ils ont réussi a couper les communication entre les différentes armées. Ce qui est très étrange, chaque batterie de communication est défendu par 5 satellite de défense et un Titan accompagné de 4 croiseurs de combat toujours opérationnel. Même pendant la célébration. Le seul moyen de les déconnecter est soit d'avoir les codes, soit d'être a l'intérieur. Ils ont anéanti nos flottes de combats. Il nous reste que des Titan qui revenait d'une missions hors du territoire Arédiens et de vieux croiseur qui était dans les hangar. Tu comprend ou je veux en venir?
    -Il y a avait toute une organisation de traître… conclut amèrement Jaina tous en baissant la tête. Ils sont sûrement loin….
    Apanayug tourna sa tête vers le hublot et répondit, calmement
    -Non. Ils sont encore là, au sein même de cette flotte.
    -Quoi?! hurla Jaina, tous en relevant brusquement la tête. Comment tu le sait ?
    -Lors de la première semaine, l’IDH savait ou la flotte allait. Ils connaissaient notre route et notre position. Dès que j’ai modifier notre itinéraire pour le rendre illogique et donnée les coordonnées des Saut a la dernière minutes, les attaques on cesser. Le problème, c’est qu’on doit rester tous le temps en mouvement. A l’heure actuelle, on fait plus de 5 à 10 saut par jour et ça a le don de taper sur les nerfs de tous le monde.
    -Pourquoi tu me dit ça ? Demanda la jeune elfe, toujours très en colère. Tu veux que je t’aide ? t’a pas des soldats et une armée sous ton contrôle qui pourrait le faire ?
    Apanayug regarda le jeune elfe droit dans les yeux et répondit, froidement, mais aussi un peux inquiet.
    -Parce que je ne sais plus vraiment a qui faire confiance. Tu est vraiment la seule personne sur qui je peut compter.
    Jaina baissa un peux la tête tous en pensant « C’était pour ça » puis demanda de vive voix.
    -Tu veux que je les retrouve, c’est ça ?
    -Je sais que tu en meurs d’envie répondit l’Amiral, le sourire au lèvres. Ça te changera un peux les idées.
    Jaina releva un peux la tête, un sourire mélancolique figé sur son visage
    -Tu me connais bien…
    -Alors ?
    Jaina releva subitement la tête, l’air déterminé
    -Je commence quand ?
    -Aujourd’hui répondit l’Amiral mais n’oublie pas
    Jaina lui coupa l'herbe sous le pied en lui répondant
    -Ne t'inquiète pas je serais discrète.
    Elle se dirigea vers la sortie puis s'arrêta devant la porte et demanda, le regards noir, la voix ne cachant pas ses envies primaire de tuer.
    -Je pourrais en faire ce que je veux, pas vrais ?
    Apanayug savait que c'était un avertissement. Quoi qu'il dise, Jaina allait se déchaîner, faire ce qui lui chantait. Elle allait se défouler sur ceux qu’elle atteigne le septième ciel. Il se contenta de lui sourire et lui répondit, sérieux
    -Essaye juste de rester discrète. Je ne veux pas que les dirigeants des autres race me vole le commandement de l'Arédia sous le prétexte qu'il y ait quelques traître dans nos rangs. Tu auras accès a toutes les ressource de l'Arédia, mais par pitié reste discrète !
    Jaina, se retourna et sortie de la pièce. Elle fit a peine 2 mètres avant de se dire mentalement.
    -JE VAIS TOUS LES TUER !!
    Au même moment une explosion télékinétique se répandit tout autour d'elle. Apanayug vit la pliure du métal et entendit une sorte de détonation suivi du bruit de la pliure du métal. Il la sentit même. Il sorti très vite de la pièce et vit les ravages. Il lui avait demander de rester discrète et littéralement 30 putains de secondes plus tard, elle explose une partie du couloir. Tout a coup, des soldat entrèrent dans le couloir, fusil et autres armes en joug. Le jeune amiral fit un signe de la main tous en disant, sans grande détermination
    -Faite pas attention, c'est de ma faute. Il y avait une mouche et je me suis un peux emporter.
    Les soldats étaient très tendues. Une explosion, près de la chambre de leur Amirale, très suspects. Ils avaient toujours leurs armes en joug, braquant l'elfe.
    -Baissé vos armes soldats ! cria Apanayug. C’est un ordre !

    Tous obéirent a cette ordre et laissèrent la jeune elfe passé. Quand Jaina fut près d’eux, tous la reconnurent. Son regards meurtrier, son visage grave la rendait méconnaissable alors qu’elle était assez connue de la population Arédienne, notamment pour cette histoire d’exile et les « fait d’armes » assez insolites de ses compagnon qui avait le don de foutre les autorité -et les femmes de ménage- en colère.

    Fin chapitre 1
    J'espère que ça vous a plut. N'hésitez pas a me dire ce que vous en pensez.
    Et encore merci de me lire.
  8. Tonner

    Tonner changeforme schizophrène

    Chapitre 2

    Jaina était de retour dans son vaisseau, une petite corvette nommé l'Asylium. Un nom plutôt bien choisit. Certain membres de son équipe l'attendait. Seul Bofur, le nain et Sngina manquait a l'appel.

    Ils avaient tous appris pour Arédos. Pour ceux qui était a bord de l'Asylium, ça leur faisait une belle jambe. Ils avaient déjà perdu leurs proches depuis longtemps. Il ne leur restait que très peux de personne. Il n'avait plus que l'équipage de l'Asylium et aujourd'hui, leur capitaine auras besoin de réconfort.

    C'était Ragnar qui se désigna en premier pour aller lui parler. C'était un véritable géant a l'allure de nordique bâti comme une armoire a glace et en plus de cela, il faisait bien 3 mètres de haut! Personne ne voulait se frotter à lui. Malgré sa taille, il arrivait a se fondre dans la foule, grâce a sa tenu qu'il portait. Une tenu simple, digne de monsieur Touslemonde. La seule chose qui était remarquable chez lui -ormis sa musculature importante, était sa ceinture, faite d'un acier rougeâtre.

    Il s'avança près de Jaina, il la regarda dans les yeux, l'air sincère et compatissant. La jeune elfe se retenait de pleurer. Le géant le sentait bien. Il commença à lui dire, avec la voix la plus amicale qui pouvait et la plus sincère

    -Jaina, on a appris pour Arédos, et Basse-Roc, nous somme vraiment désolé. Tu a perdu, et apprit la perte tes parents d'une manière horribles, c'était vraiment des gens biens. Chacun de nous avons aussi perdu nos parents et nos proches dans des conditions spéciale. Nous savons ce que tu ressent, et tu pourras compter sur nous quoi qu'il arrive.
    Ragnar, remarqua que Jaina avait commencer a verser quelques larmes.
    Le géant lui dit, sincère
    -Jaina, tu sait, tu a le droit de pleurer.
    La jeune elfe sécha les quelques goûtes qui avait commencer a perler sur ses joues et lui répondit,
    -Oui je sais.
    La jeune elfe se ressaisit, elle fit un large sourire a Ragnar l'air heureuse, et lui répondit
    -T'inquiète pas. C'est juste des larmes de joie, je suis vraiment heureuse de vous avoir a mes côtés. Tes paroles me sont aller droit au cœur.
    Elle enchaîna d'un air enjouée
    Allez, c'est pas tous ça, mais on à un réseau à démanteler, des connard a trouver, et une masacre à organiser.

    Ragnar n'était pas dupe. Il savait que c'était un faux sourire. Il savait que tous ce qu'elle avait envie, c'était d'aller se réfugier quelques part pour aller pleurer et se défouler contre quelque chose. Malgré cela, il feint le contraire en lui répondant.
    -Je suis heureux que tu ait toujours le sourire. Mais tu sais, même toi, tu à le droit de pleurer, si tu en a envie. C'est totalement humain. On comprendra, c'était quand même tes parents.
    Le visage de Jaina changea pendant une seconde. Elle avait l'air un peux soulager, et heureuse. La seconde plus tard, son visage reprit des traits joyeux.

    Quelqu'un, du fond de la salle, lui lança une capsule de quelques centimètre.
    Tout en lui disant, sûr de lui:
    -On à déjà commencer notre enquête. On a réussis a récupérer les codes d'accès au communication ainsi qu'une bonne partie de ceux-ci qu'il y a eut entre tous les vaisseaux. Ont à commencer a parler des vaisseau de l'IDH qu'au début des bombardement des autres colonies.
    L'homme était petit, environ 1m60, des cheveux d'un noir profond et des yeux d'un bleu a vous glacer le sang. Il portait des habits tellement déchiré et troué qu'on aurais crûe qu'il les avaient obtenu en tabassant et mitraillant le survirants d'une apocalypse de zombie et de dragon.

    Jaina lui demanda, le regards noir, ayant déjà une petite idée
    -Comment tu les as obtenu, Wolfture ?
    -J'ai juste demander répondit le jeune homme. Enfin je crois...

    Début des souvenir de Wolfture

    Un loup-garou d'une carrure imposante, recouvert d'une fourrure aussi noir que l'espace, des griffes longues et sombre qui semblait pouvoir trancher de l'acier, une forme assez élancer mais massive a la fois. Dans cette masse sombre, seul ses yeux d'un bleu profond a vous glacer le sang apportait de la couleur. C'était un regards sans pitié, remplis de vice. C'est le regards que les monstres que vous imaginiez étant petit avait, le regards qu'on les êtres diriger juste par l'envi de destruction, le regards des démons. Les loup-garous était réputé pour être de véritable monstre mais celui-là semblait en être le roi. Le roi la barbarie, de la sauvagerie et de la violence. Les panaches de vapeur noir qui s’émanait de lui, imperceptible pour ceux qui n'ont pas l’œil, lui donnait encore plus l'aspect d'un être démoniaque, juste présent pour semer le chaos et la mort. Cette créature se tenait devant un homme en uniforme effrayer, plus par le regards qui laissait transparaître ce désir de violence que par son apparence de démon échapper des enfers. Il n'avait encore rien fait qu'il suppliait déjà le loup

    -Pitié... Pitié, je ne sais rien !
    -Crache le morceau hurla l'homme-loup. Grouille avant que je t’arrache un bras et que j'te le fourre dans le cul !!
    -Pitié !!! JE NE SAIS VRAIMENT RIEN !!!
    Le loup-garou arma son bras droit pour lui mettre un violent coup de griffe. Un homme en armure dorée lui attrapa le bras avant que la bête ne porte le coup fatale et lui dit, de manière très amicale, très posé :
    -Wolfture, Tu vois bien qu'il sait rien, demande lui plutôt les codes d'accès pour les enregistrement.
    Wolfture lui répondit, un peux étonné
    -A ouais ! J'y avais pas penser ! Merci Bastinka
    Le loup-garou se tourna vers l'homme et lui demanda
    -Les cartes mémoires et les codes maintenant sinon je t’étripe !
    Le mécanicien, bafouilla, encore plus effrayer
    -C'est que...Eh bien... Je ne suis pas...

    Wolfture grogna. Les poils de sont dos se hérissa. L'homme en armure dorée, baissa un peux la tête, saouler du comportement, a la fois du fonctionnaire mais aussi de son compagnon. Il s'approcha du technicien, lui mit une main sur l'épaule et lui demanda, avec le sourire -Tu tiens a ta vie ?Le fonctionnaire répondit avec un gigantesque oui de la tête. Quel question idiote pensa cette pauvre victime, entouré d'un loup-garou qui voulait sûrement faire de lui son déjeuner et d'un paladin qui posait des question idiote. C'était vraiment pas son jour ! -Alors fit Bastinka, donne nous les enregistrements et les codes ! Honnêtement, je ne sais pas combien de temps il pourra encore se retenir... Vous savez les loup-garou gèrent très mal leur frustration et leur colère ! Surtout celui la finit-t-il en regardant Wolfture qui ne voulait faire qu'une chose, manger du fonctionnaire ! Ce dernier, en voyant l'homme-loup s'approcher donna une petite plaquette et en articulant quelque chiffres, avant de s’évanouir quand le loup s'approcha pour les prendre.


    Fin des souvenirs de Wolfture

    Après ce cours flash-back, il enchaîna rapidement
    -T'inquiète il va bien. Enfin, je crois… Du moins il est en vie et en un seul morceaux ! Tu peux pas m'engueuler, j'ai tué personne cette fois-ci !
    Jaina hésita une petite seconde, elle se tourna vers un autre homme, plus grand cette fois-ci, de la même taille que l'homme en armure en dorée. Il avait son bouclier accroché dans le dos ainsi qu'une épée a la ceinture. Il avait des habits simple, très simple. Un t-shirt blanc ainsi qu'un pantalon gris. La seul marque de couleur était l'emblème , une balance traversé de haut en bas par un marteau, et de bas en haut par une épée. C'était le symbole du Dieu de la Justice et de la Vengeance, accompagné par cette phrase juste en dessous, « Le Jugement Juste des criminelles est la Vengeance des victimes ». Bien que par sa carrure massif, très peux de personne se risquerait a l'aborder, il avait un sourire amicale toujours accompagné par ce regards qui donnait un certain sentiment de sécurité, même a des inconnus.
    Jaina demanda, assez suspicieuse
    -C'est vrai Bastinka ?
    -Ouais, c'est vrais répondit le paladin. Il a demander et puis on nous les a passer.
    Elle se tourna vers Wolfture tous en lui faisant un large sourire, qui lui, ne semblait pas faux et dit, avec la même qu’une mère qui félicite son enfant
    -Tu commence a changer, avant tu lui aurais massacrer puis menacer. Mais ces cartes son totalement inutile. Ce sont juste les communication civile, elles ne donneront aucune autres informations utiles. De plus, Apanayug ma donner l'autorisation d'utiliser les banques de données de l'Arédia. Merci quand même. Je vais quand même demander a Snigna et Bofur de les examiner.
    -D’ailleurs, ils sont où ? Demanda la jeune elfe curieuse.
    -Snigna veut voir si ses petits protéger vont bien répondit Ragnar et Bofur veut voir si son clan a survécu. J'espère qu'ils les trouveront.
    Jaina répondit, le regard, un peux perdu dans le vide
    -Moi aussi... Moi aussi...
    -J'espère aussi que ça va bien se passer renchérit Bastinka, un peux sur le ton de la rigolade. Vous connaissez bien ces deux là. Tu aurais peut-être du les accompagner Wolfture ! Imagine si quelqu’un demande de l’argent a Bofur !
    L’homme-loup, en repensant au caractère assez radin de Bofur -même si, le terme « nain radin » est un euphémisme- demanda, très rapidement, les yeux écarquillé, se demandant comment il avait pu oublier ça
    -On peut aller les aider ? Ça te dérange pas ?
    -Non, bien sur ! Répondit la jeune elfe, étonné que Wolfture demande la permission. Allez-y ! Profitez en pour glaner quelques infos et rumeurs. Ça nous donneras quelques pistes !
    -Tu devrais venir aussi. Fit Ragnar en regardant l’elfe. Tu est la plus douer pour glaner les infos. Fini-t-il froidement.
    -Mais j'ai des informations a analyser rétorqua l’elfe, ne cherchant une excuse que pour être seul.
    -Tu l'a dit toit même répondit Ragnar de sa puissante voix. Ces informations sont inutiles. De toute façon, les seules infos qui seront intéressante seront crypter et je suis le seul a pouvoir les décrypter.

    La jeune elfe abandonna rapidement. Ragnar allait la traîner hors du vaisseau si il le fallait. Elle se résigna et suivit les autres. « De toute façon, y’a que moi qui peux contrôler ces tarés » pensa-t-elle de façon assez arrogante.

    Fin chapitre 2
    J'espère que ça vous a plut. N'hésitez pas a me dire ce que vous en pensez.
    Et encore merci de me lire.
    Pikayoda aime ça.
  9. Tonner

    Tonner changeforme schizophrène

    Chapitre 3 : L'Arédia, le vaisseau-monde.

    L'équipe réduite sorti du vaisseau. Le Hangar était juste immense. Quelques chasseurs passaient au dessus-eux pour rejoindre leur rampe de lancement situé sur les côtes. Le petit groupe était même obliger de prendre des véhicules pour aller jusqu’à la sortie du Hangar, ce qui leur pris quand même plusieurs minutes. Les couloir était aussi très grand. Dans ce vaisseau, tout était gigantesque, immense, tous avait des proportions démesurée. On se sentait a la fois écraser mais aussi rassuré par cette environnements métallique gris. Heureusement qu'il y avait des téléporteur un peux partout dans tous le vaisseau. La petite équipe se dirigea vers ceux qui étaient le plus proche de la sortie mais étaient bien sûr payant. Malgré la capacité de transfert de 100 personnes a la fois du téléporteur, il y avait un petit bouchon, pourtant il n’y avait pas tellement de monde que ça. Wolfture tendit l’oreille et dit, saoulé
    -Il fait encore un scandale ce merdeux.
    Ragnar, suivit de près par la troupe purent atteindre le forcené. C’était u petit être, un nain, vêtu des habits traditionnelle de son espèce, a savoir une « légère » armure métallique recouvrant son corps du coups jusqu’à ses pieds, dont chaque portion était décoré de runes mais sale. Il y avait des tâches brune, sûrement de la rouille un peux partout sur son armure, ce qui allait plutôt bien avec sa longue barbe rousse mal taillé mais qui pressentait quand même quelques tresse, ou ce qu’il en restait. Il était si poilu qu’on ne voyait plus que son gros nez et ses yeux.
    -QUOI ?!! 100 CRÉDITS LA PLACE ?!!! gueula le petit être, d’une voix qui ne laissait aucun doute sur les 5 grammes d’alcool qu’il avait dans le sang,ce qui pour lui était un état presque normal.
    -C'EST UN SCANDALE !!! cria-t-il de plus belle. VOUS VOULEZ QUOI EN PLUS ?! MES REINS, MES POUMONS ?!
    Une jeune femme dos tourné, vêtu d'un veston noir en cuir, ce qui allait plutôt bien avec son pantalon et ses rangers, elles aussi noirs. Elle avait aussi deux brassard au niveau des poignets, fait de cuir marron mais recouvert de fourrure noir. Elle était très mal a l’aise avec tous ses regards. Elle avait clairement peur.
    -Bofur, s’il te plais… calme toi ! Chuchota-t-elle timidement, tu attire trop l’attention ! Et puis, c'est juste le prix d'une bouteille d'eau !
    -C'EST QUAND MÊME UN SCANDALE !!! ON EST SUR UN PLANÉTOÏDE ET FAUT PAYER LE TRANSPORT ?!!!! C'EST UNE ARNAQUE !!! C'EST DU VOL !!! cria le nain de plus belle sans écouter les paroles de cette femme.

    La jeune militaire faisait semblant d'écouter le nain. Elle était exaspérer par le comportement de se con. Si ça ne tenait qu’a elle, elle l’aurait sûrement corriger elle même, mais pour une raisons inconnu, son blaster, ainsi que son oreillette et d’autre de ces gadgets avait cesser de fonctionner le moment ou ce nain c’est énerver. Elle avait du envoyer quelqu’un chercher la sécurité. Pourvu qu’elle arrive vite pensa-t-elle. J’en peux plus de ce maudit nain !

    -Bofur essaya d’articuler la jeune demoiselle en noir, calme toi ! s’il te plaît ! Tu attire trop l’attention ! Tu veux marcher jusqu’à la ville ?
    -NON !! JE VEUX UTILISER LE TELEPORTEUR GRATUITEMENT !!
    Jaina s'approcha discrètement et Bofur et Snigna.
    -ALLER TOUS VOUS FAIRE... Commença le nain avant de croiser le le regard de Jaina. Il évita de finir sa phrase. Le regard de la jeune elfe était aussi effrayant que celui d'un psychopathe sadique. Elle avait le sourire jusqu'au lèvre et tenait maintenant une sorte de lame dans sa main. Même un mec avec plus de bière que de sang pouvait comprendre la signification de ce sourire. Puis Bofur tourna la tête et vit le visage passablement énerver de Wolfture. Enfin, plutôt son visage plus énerver qu’a l’accoutumer. Difficile de dire avec cette homme-loup quand il est calme super-énerver.

    Snigna était étonné. Elle voyait Bofur effrayer. Elle se demandait bien ce qu'il pouvait l'effrayer autant. Elle remarqua qu'il fixait quelqu'un derrière elle.

    La jeune humaine tourna la tête rapidement et croisa le regard de Wolfture. La jeune humaine avait de léger traits asiatique ainsi que de long cheveux noirs attacher en queue de cheval, presque aussi noir que ceux de Wolfture. Son visage était assez gracieux, mais aussi très marqué. Elle n'avait pas de cicatrices sur son visage mais cela se lissait sur son joli petit minois. C’était une survivante.

    La jeune elfe tourna son regard vers Snigna. Même si ce regard effrayant était destiner a Bofur, la jeune humaine ne pouvait s’empêcher de ressentir une pointe de peur. La jeune humaine se précipita vers l’elfe pour échapper enfin a tous ses regards et lui dit, un peux affolé
    -Désolé j'ai laisser Bofur seul pendant quelques minutes et je sais vraiment pas ce qu’il c’est passer mais ça a parler d'argent et c'est parti en couille... Mais t'inquiète pas !! Je l'ait empêcher de faire trop de dommage. Jusqu’à maintenant… Désolé, vraiment désolé !
    -Pas grave, même moi j'ai du mal a contrôler quand il s'agit d'argent… répondit l’elfe avec un large sourire pour la rassurer. L’elfe se dirigea ensuite vers le nain et lui, dit, sur le ton du reproche toujours avec un large sourire de psychopathe et sa lame bien visible
    -Tu va te calmer et tu va t'excuser auprès de cette militaire !
    Le nain s'exécuta directement, sans opposer aucune résistance. Il avait des nanite qui pouvait le rafistoler mais ne pris par le risque de répondre de manière arrogante et ordurière, comme il le faisait avec d’autres.

    Wolfture s’approcha de Signa et lui chuchota, un peux inquiet mais aussi énerver.
    -Ça n'a pas trop était difficile de le gérer ?
    -Non ça va, répondit la jeune humaine, pas très sûr d’elle.
    Wolfture tourna son regards vers Bofur et grogna comme un loup affamé. Le loup-garou aimait bien la bière de temps en temps, et a ce moment il se demandait si la chair d’un mec bourré depuis quelques siècles avait un arrière goût de bière. Il aimerait bien y gouter, et a ce moment là, ça en devenait presque un besoin pour l'homme-loup. Le nain avant, que Wolfture ne dise ou grogne quoi que ce soit s'excusa directement devant Snigna.
    La sécurité arriva. Ils braquaient leur armes sur le nain. Jaina s’approcha de l’officier et lui donna de l’argent tous en demandant, le même regards et sourire effrayant

    -On oublie ?
    L’officier, qui avait reconnu la jeune elfe, savait qu’il faudrait plus que ses quelques soldats pour les arrêter. Elle fit signe aux soldats de baisser leur armes tous en gueulant sur le nain
    -La prochaine fois, c’est 3 jours de garde à vue !
    Le nain fit un léger oui de la tête tous en disant, avec son patois
    -Ouais, vous s’en fait pas !
    Les personnes derrière eux commencèrent à râler. La jeune militaire fit rapidement entrer tout le monde dans le téléporteur et l'activa. Ils furent transporter plusieurs kilomètres à l'intérieur du vaisseau. Un autre militaire attendait de l'autre côté, avec plusieurs soldats et dit d’une voix forte.

    Il dit d'une voix forte :
    -Bienvenue sur l'Arédia,
    Il s'écarta un peux pour que tous le monde puisse voir par dessus la rambarde et il finit sa phrase, devant l'air ébahi de tous les arrivants.
    -Premier Vaisseau-Monde Arédien. Je vous souhaite un bon séjour.
    Jaina avait l'air comme une enfant devant un spectacle. C'était une véritable ville qui s'étendait devant elle. Pas juste des bâtiments préfabriqué, mais de vrais maisons et de vrais gratte-ciel a l'intérieur d’un vaisseau ! Elle avait vu beaucoup de chose au cours de sa vie, mais elle n’avais jamais rien vu de telle. Elle regarda au dessus d'elle, de puissante lumière éclairais la ville, et un écran holographique simulait un ciel bleu ainsi qu'un soleil. Si on ne voyait pas les parois en acier, on se croirait dehors. Elle porta ensuite son regard en bas, la ville était vraiment fantastique. Même avec sa vue perçante, elle n'arrivait pas a voir les habitants. L'Arédia était vraiment un vaisseau gigantesque et fantastique. Le groupe était très impressionner. Personne ne prenait vraiment conscience de la vraie taille de l'Arédia avant de voir cette ville. Snigna ne pouvait qu'imaginer la taille des armes et tourelles qu’avait ce vaisseau. Elles devaient avoir une puissance de feu monstrueuse ! Elle regarda un peux plus la ville et vit, depuis son perchoir, un véritable dédale. Beaucoup d’endroits qui peuvent servir de points embuscades. Bofur lui, voyait plutôt le génie architecturale que la personne ayant fait les plans avait. C'était une véritable prouesse technique de pouvoir construire ce monstre d'acier. Et encore plus de pouvoir le faire bouger. Wolfture lui, voyait plutôt le grands nombre de danger, d'ennemi potentiel. Jaina elle voyait vraiment toutes les possibilité de cette immense ville pour la recherche d'informations, les possibilité de partage technologiques et les nouveaux allié qu'elle peut se créer. Bastinka, lui, voyait le malheur. C'était une ville, magnifique certes, mais c’était aussi une ville de réfugié ce qui impliquait toutes les horreurs que pouvait connaître ces derniers. Dans ce cas-ci, ce ne sont pas des problèmes d’hygiène ou de logement, clairement pas, mais des problèmes humain. Il devait y avoir un nombre phénoménale d'orphelin, d'enfants ayant perdu leur père, leur mère, leur frère, leur sœurs ou des parents ayant perdu leur enfants. Ragnar, lui, voyait plutôt une sorte danger. C'était un pros de la communication mais avait aussi étudier beaucoup de culture différente si bien qu’il en connaissait presque autant que les ambassadeurs, qui eux se devaient de tous connaître, de toutes les races connues et plus particulièrement leur mœurs. C’est ce que Ragnar connaissait, en plus de ces capacités de décryptage. Ce qu’il pouvait voir, c’était que beaucoup de culture et de mœurs différente habité le même espace. Il ne connaissait pas toute les espèces qui composer la grande flotte, mais une chose était sûr. Si on forçait la cohabitation de culture au total opposé, ça allait vraiment partir en couille. Si on mettait les Néphréhime, qui eux avaient l’habitude de faire des mariages enfant-adultes, et les Arédiens qui eux avaient pour coutume d’exploser, sur le pavé, la tête des adultes qui se marier, coucher ou violenter des enfants, inutile de dire que ça finirais en une véritable boucherie génocidaire a chaque mariage, surtout quand les premiers, race est née dans un monde en paix, sans réel vrais prédateur, avec des ressource abondante et qui une prône la stricte non-violence quitte a ravaler son amour propre et les secondes, qui eux, étaient une race née de la guerre, sur un monde remplis de super-prédateur avec de la nourriture rare, et bien que eux aussi cherchent la paix qu’ils n’ont quasiment jamais connut hormis dans les légendes et les contes de fée, ils avaient tous de même tendance a partir au quart de tour et a se foutre sur la gueule entre-eux ou sur les autres races, surtout quand ils voyaient quelqu’un ne pas respecter leur principe. Faire cohabiter deux culture et mœurs a l'opposé était quasiment impossible. Cela relevait de l'exploit divin et Ragnar, en observant les quartier d’un rapide coup d’œil vit que l’Amiral n’avait pas commis cette faute lors de l’attribution des quartiers. Du moins, il espérait. Il ne pouvait pas voir ou se trouvait chaque race et on n'était jamais à l'abri d'une surprise.

    Fin Chapitre 3
    J'espère que ça vous a plut. N'hésitez pas a me dire ce que vous en pensez.
    Et encore merci de me lire.
  10. Tonner

    Tonner changeforme schizophrène

    Chapitre 4 : Snigna la protectrice.

    Ragnar observa un peux plus le dédale de chemin. Il allait avoir dût mal a marcher. Il souffla un peux et dit a son équipe

    -Je retourne au vaisseau, vous n'avez pas vraiment besoin de moi dans l’immédiat . Je vais commencer à analyser les données qu'on à.
    Le géant retourna dans le téléporteur et disparut. Le reste de la petite équipe se dirigea vers un grand turbolift et descendirent dans la ville. Cette ville ressemblait beaucoup aux ancienne villes Arédienne, a la fois dans son style mais aussi dans ses décorations. Il y avait beaucoup de plantes, certaine était comestible d’autre n’était là que pour faire jolie. Ça donner a cette ville un certain aspect. On en oublierait presque qu’on était a bord d’un vaisseau tellement il y avait de plantes et d’arbre. Certaine personne montèrent sur les toits pour y déposer des pousses d’autres plantes, pour rendre la ville encore plus verte qu’elle ne l’était déjà.

    Jaina tendit l'oreille, et mit tous ses sens en éveil, prête a se défendre. Tous le groupe se mit en formation défensive. Ils n'avaient même pas penser a marcher comme ça. Ils le faisaient naturellement. Ils étaient tellement habituer a se faire attaquer par surprise, que cela n'en était même plus une. Ne pas se faire attaque était devenu la surprise pour eux.

    La jeune humaine avait reçut quelques informations de la part de Ragnar. Ce géant savait vraiment ce que les membres de son groupe voulait. A peine il eut appris pour Arédos, quand il fut arriver a bord du vaisseau-monde qu’il demanda directement l’endroit ou avait été mis les survivants des orphelinat ainsi que les nouveaux orphelins. Ils avaient été tous placé dans un gratte-ciel en périphérie de la ville, protéger par toute une escouade de soldats. Il fallait bien ça pour que ces enfants ayant tous perdu se sentent un peux plus en sécurité. Cette région de la ville était vraiment bonder. Il y avait des membres des races de toute La Grande Flotte bien que ce quartier était réserver aux Fangus, une espèce bien reconnaissable par leur têtes difformes sans bouches ni nez ni yeux, leur corps fin et long flasques comme de la gelée, leur tentacule qui leur servait de bras, ainsi que leur odeur insupportable et le long bruit strident qu’ils émettaient en ultrason, pour les espèces qui arrivaient a les entendre. C'était une sorte de mélange grotesque entre un champignon, une pieuvre et une méduse, avec l'odeur de poisson pourrie atroce en plus. Heureusement que Snigna se trimbalait toujours avec des Casque Filtreur de Poche. Une aubaine pour Wolfture, qui détestait plus que tout l'odeur que relâchait les Fangus ainsi que leur ultrasons qu’ils émettaient pour se repérer et évoluer dans l’espace. Ce bruit donné de forte envie de génocide aux loup-garous. De plus, les Fangus communiquaient grâce a des phéromones, donc bonne chance pour comprendre leur langues si vous avez pas le matos. Et si vous avez un fort odorat, rien que l'odeur pestilentielle qu'ils relâchent quand ils parlent pourrait être pris comme une déclaration de guerre ou une tentative de meurtre. Ce sont aussi des experts dans la chimie et tous ce qui touche aux armes chimique mais aussi médicaments. La moitié des médicaments utilisé par les Arédiens viennent -ou plutôt venait- de leur usines. Leur puissance économique dans ce domaine a mis en colère l'IDH et ces derniers ont décider de détruire la planète mère des Fangus a coup de bombes incendiaire et de biocides assez puissant pour faire mourir un être vivant en moins de 10 secondes et empêcher la vie de se développer sur 10000 générations. Ils ont même fabriquées des armures de combat pour résister a leur nuage de gaz corrosif fait a partir de super-acide. Maintenant, les seules choses qui produisent dans leur vaisseau-usines se sont des armes chimiques et des médicaments qui ont pour objectif de détruire l'IDH, comme beaucoup d’autre espèce le faisait déjà.

    La petite équipe arriva très vite près du gratte-ciel. Ce bâtiment accueillait tous les orphelins qui était déjà sur Arédos. Dès que Snigna entra dans le gratte-ciel, plusieurs enfants vinrent l'enlacer. Certain l'appeler grande-sœur, les plus grands l'appeler par son prénom ou des fois marraine et certains des plus petits l’appelait maman. Bastinka souris a la vision de cette scène. Les petits protéger de Snigna pensa-t-il. Il fit un léger tour du regards et vit plein d’autre enfants. De nouveaux orphelins qui ne comprenait pas pourquoi ces enfants étaient si heureux de revoir cette humaine. Sûrement des nouveaux pensa amèrement Bastinka. Wolfture, lui, ne se risqua pas a s’avancer plus dans la pièce. Il préférait restait au fond, près de la sortie et observer, de loin, Snigna en train de s’amuser avec ces petits êtres. Un des enfants remarqua Wolfture et s’approcha de lui, inconscient. Il le fixa pendant plusieurs secondes. Wolfture s’agaça rapidement et lui balança
    -Tu veux ma photo ?!
    Bastinka le regarda un peux de travers. Même avec des gosses pensa-t-il. Il ne changera donc jamais.
    Le gosse qui fixait Wolfture se retourna pour regarder Snigna et lui demanda
    -Marraine, c’est qui lui ? A chaque fois que tu viens il est là et il n’arrête pas de te fixer ! Il est bizarre !
    Bastinka regarda le gosse, un peux affolé. Il regarda ensuite Wolfture. Il avait les mains dans les poches mais il ne réagit pas a ce que venait de dire le gosse. Ses poils et ses crocs qui commençait a pousser trahissais le fait qui refoulait quelque chose. Il ne fixait plus le gosse mais Snigna qui était en train de lui sourire. La jeune humaine s’approcha de l’enfant et lui dit
    -C’est… hésita-t-elle…comment dire…
    Elle regarda Wolfture. Elle se rappelait ce qu'il avait fait pour elle. Elle ne savait pas trop comment le désigner.Il avait tellement fait de chose pour elle que beaucoup de mots pourrait lui convenir puis elle pensa a un mot, ce qu'il faisait depuis le temps qu'ils s'étaient rencontrer malgré ce que Snigna lui avait fait avant et surtout après.
    -C'est mon protecteur ! Dit-elle fièrement. Il fait peut être peur mais il est très gentils ! Je ne serais pas ici sans lui !
    Le gamin regarda l'homme-loup. Lui ? Pensa-t-il en regardant ses crocs acérer. Il croisa son regards et eut des frissons. C'était quoi ce regard ? pensa le petit enfant. Il a envie de me tuer ? Pourquoi j'ai si peur de lui ? Le gamin détourna rapidement le regard. Il voulait fuir, loin. Très loin. Snigna le remarqua. Elle regarda l'homme-loup, puis lui dit, sévère
    -Arrête de lui faire peur !
    -Pas de ma faute si c'est une lopette !
    Une gamine s'approcha de l'homme-loup avec une peluche en forme de loup sauvage noir qui semblait avoir été fabriquer et réparer un nombre incalculable de fois. Elle voulait dire quelque chose mais n'osa pas.
    -Tu veux quoi ? demanda Wolfture , quasiment sur le ton de l'engueulade.
    La gamine s'approcha un peux plus. Elle était tous près de Wolfture. Ce dernier la regarda. Elle avait vraiment peur. Wolfture le sentait. Elle empesté la peur. Il entendait les battements de son cœur, ses veines palpité, la sueur perlé sur son front. Tous cela sublimait l'odeur de sa chair fraîche. Un torrent d'odeurs olfactive assaillait le loup éveillant encore plus son appétit.
    -Crache ou dégage ! Grogna le loup
    La fillette eut les larmes qui commençait a monter. Ses yeux était embué, elle commençait aussi a tressaillir.
    -Je… commença-t-elle… Je
    -Grouille ou barre toi ! cracha le loup
    Les odeurs devenait de plus en plus intense.
    -Tu comprends pas quoi dans « grouille » ?! grogna le loup tous en regardant froidement la fillette. Cette dernière ne put s'empêcher de s'enfuir vers Snigna, en serrant encore plus sa peluche.
    Bastinka et Snigna regardèrent le loup-garou, accusateur. Snigna se retourna et consola la fillette qui était en train de pleurer tous en regardant le loup a la fois triste mais aussi admiratif.

    Bastinka était heureux de voir cette scène. Voir ces enfants heureux lui faisait chaud au cœur. Snigna était la protectrice des orphelins. Littéralement. Un jour, le gouvernement avait voulut les transférer dans des petites colonies ou les faire adopter par des puissance étrangère. Certain voyait cela comme une bonne chose, d'autre comme un danger pour les enfants. Pour Snigna dès qu'elle entendait « on va faire adopter les enfants par des puissances étrangères » elle entendait « on va vendre des enfants a une puissance étrangère » Quand le gouvernement arédiens a fait cette annonce, Snigna lança un défi a celui qui avais proposé cette mesure. Dans la culture Arédienne, si on est pas d'accord avec le gouvernement en place, y'a 2 moyens pour avoir raison, soit on fait un référendum soit on pète la gueule a là personne qui a proposer la loi. C'est la raison du plus fort et Snigna n'était pas du genre a passer par des moyens détourner. Elle l'a défoncer. Il y a eut quelques protestation par rapport aux techniques utiliser lors du combat, notamment a cause des mines de proximité qui avait été mise là avant le combat, mais après quelques combats contre Wolfture, plus personne ne protesta ni ne remis en cause la victoire de Snigna. C'était devenu trop dangereux. De toute façon, les orphelinats Arédiens était beaucoup mieux que certaine famille.

    Wolfture continua a observer les enfants et Snigna. Elle était vraiment heureuse de les voir en bonne santés et les enfants étaient ravis de voir Snigna, leur protectrice. Après la frayeur de la destruction d'Arédos, on pouvait les comprendre ! Même si ils suivaient tous un entraînement au combat a l'école, simuler une bataille est une chose, la vivre en est une autre. Pour la première fois, ils avaient connu la peur provoqué par les bombardements, leur puissance destructrice, la douleur provoqué par la perte de personne proches et le chaos d'un champ de bataille. En réalité, beaucoup d'enfants lors de cette bataille sont mort. Très peux ont réussi a atteindre les véhicules de sauvetage. Ces enfants étaient vraiment content de voir cette jeune humaine. Elle les comprenait tous. Beaucoup d'entre eux aurais voulu que Snigna soit là pendant cette bataille. Maintenant, ces orphelins ce sentaient vraiment en sécurité, avec cette humaine près d'eux. Pour certain, elle était comme une mère. Au fond d'elle Snigna était quand même triste. Elle se souvenait des visages de chacun de ces petit protéger. Et elle en avait beaucoup. Aujourd'hui, dans cette tour, elle rencontra beaucoup de nouveau visage et n'en reconnu que très peux. Pour elle, c'est comme si elle avait perdu énormément de frère et de sœur.
    -T'a fini de les pouponner mère poule ? lança Bofur. 'Peut y aller ou tu compte aussi faire leur lit et la bouffe ?
    Snigna se releva, un peux saoulé et dit au-revoir a chaque enfant. Cela lui brisait le cœur de devoir quitté ce bâtiment mais elle ne pouvait pas resté. Elle quitta le bâtiment en regardant derrière elle, les enfants qui lui faisait encore des signes de la mains.

    Fin Chapitre 4
    J'espère que ça vous a plut. N'hésitez pas a me dire ce que vous en pensez.
    Et encore merci de me lire.
  11. Tonner

    Tonner changeforme schizophrène

    Chapitre 5 : Bofur, l'exilé.​

    Le groupe se dirigea vers le quartier des nains. Bofur voulait, ou plutôt devait revoir des anciens visages. Contrairement a l'humaine, cela ne l’enchantait guère. Il aurait clairement préférer rester dans son fauteuil, en train de s'enfiler des bières puis refaire ses stocks de bibine tous en faisant chier toutes les personnes qui était dans son vaisseau. C'était ses journées, sa seule occupation. Se bourrer la gueule, piloter quand c'est nécessaire et faire chier son monde. La seule chose qui l'amusait un tant soit peux, c'est bien les combats. Et que dire de son vaisseau. C'était bien la seule chose qui restait du passé du nain. Une veille carlingue dont même les ampoules sont sûrement aussi vieille que la race naine elle même. Contrairement a beaucoup d'autre nain, il ne pouvait pas les supporter. Ce qui était réciproque. S'aventurer là-bas, c'était comme se jeter dans la gueule du loup ou jouer a la roulette russe. Mais bon, en dehors de sa carlingue, c'était tout ce qui lui restait. Tous ce qui l’attachait encore au passé.

    Le petit groupe sorti de la tour, quelque chose d'assez difficile a faire pour Snigna, et se mirent en route pour le quartier nains. Ils se dirigèrent vers les téléporteurs, qui était situé 100 mètres plus bas. Ils entrèrent, choisirent leur destination, et la seconde d'après, ils étaient 1km plus loin, a l'entrée du quartier nains. On aurait cru a une véritable ville naine situé sous une montagne avec la sorte de dome qui semblait entourait la ville et qui imité la texture de la roche, mais aussi la luminosité. Sa sentait même le fer et l'acier en fusion ! Il ne manquait plus que le battement frénétique des marteaux sur une enclume et le bruit des rouages, dont les nain était friands, surtout depuis que les elfes avait inventé des systèmes hydro-électrique et d'autre machine un peux plus avancé et utilisé la géo-ingénierie, pour faire chier les nains, qui eux, était restait sur les maisons en pierre et en fer, juste pour faire chier. Les nains et les elfes s'entende aussi bien que des nazis et des juifs dans des camp de concentration, bien que cette rivalité a ce jour soit plus devenu une sorte de tradition qu'une réel hostilité.

    Snigna leva la tête pour voir chaque détail. Elle avait encore du mal a croire qu'elle était encore dans un vaisseau spatiale ! Quand un nain veux se sentir chez soi, il ne fait pas les choses a moitié ! De même que les elfes, qui était tous situé dans le quartier d'en face, et qui avait recréer une fausse forêt qui était d'ailleurs visible d'assez loin.

    Le petit groupe suivit les indications du nain. Ils avaient très peux de place pour marcher. Certain nain regardèrent très rapidement le petit groupe et se dirent entre eux

    -Comment il ose revenir ici ?
    -De toute façon, c'est un incapable, et pas un nain capable de faire de bon truck.
    -C'est une ordure, et en plus il traîne avec cette elfe et cette humaine…
    Bofur les ignora. Il prit sa gourde qu'il gardait précieusement et but un peux de son contenu. Elle était évidement pleine de bière. Bofur leur firent signe de s'arrêter.
    -T'vois la famille d'nain là bas ? Demanda le nain a Snigna avec son patois. 'Font quoi ces enfoirés ?
    -.Ils boivent de la bière, et on dirait qu'ils s'amusent beaucoup répondit simplement Snigna.
    -Que ce qu'ils se disent ? Demanda le nain a Wolfture
    Wolfture ferma les yeux et se concentra. Même sous sa forme humaine, tout ses sens était décuplé, sauf la vue, qui de base était très mauvaise. Il répéta ce que les nains se disaient, mais sans vie.
    -Hahahah ! On les as bien eux ces crétin de l'IDH ! On les a tous massacrer avec nos tourelles et nous, pas un seul blesser dans notre clan ! AU CLAN KIRDAND !!
    -C'bon, on peut partir. Fit le nain.
    Le groupe ne s'attarda pas une minute de plus. Ils n'étaient pas aimé de partout. Ils sortirent de la ville aussi vite qu'ils y étaient rentrer et retournèrent dans leur vaisseau.



    Fin chapitre 5 : Bofur, l'exilé.
    J'espère que ça vous a plut. N'hésitez pas a me dire ce que vous en pensez.
    Et encore merci de me lire.
  12. Tonner

    Tonner changeforme schizophrène

    Chapitre 6
    Le groupe alla dans leur salle de repos, en plein cœur de leur petite corvette, juste a côté du poste de pilotage et du minibar, la place parfaite pour un bar. Cette salle de repos était surtout équiper de siège confortable, d'un bar et d'une salle de jeu holographique interactif. Chacun avait son fauteuil attitré. Ragnar, lui était déjà affalé dans le sien. Il était énorme. Il était aussi large qu'un monospace. Il fallait bien ça pour qu'un géant soit a l'aise ! Il attendait le groupe, une bière Goulliness dans une main et un livre dans l'autre.

    Les membres du petit groupe entrèrent rapidement et se mirent a l'aise tous aussi vite. La porte de la salle de repos se referma et se verrouilla toute seule. Jaina s'affala et s'étira dans son fauteuil, fatigué. Elle regarda le géant.
    -Alors Ragnar, du nouveau ? Demanda l'elfe, en se retenant de bailler.
    Ce dernier secoua la tête en signe de négation.
    -Il fallait s'y attendre répondit Jaina. Avec une telle organisation, ils avaient sûrement leur propre réseau de communication. Ce qui faudrait, c'est l'historique des entrées des différents postes frontalier et centre de communication externe.
    -Malheureusement, ils ont été réduit en tas de ferraille fument rétorqua Ragnar tous en refermant son livres. Ces fumiers ont même atomiser un tas de ferraille déjà atomiser. Même si on y allait en arpenteur, on ne pourrait rien récupérer.
    -Ils savaient ce qu'il faisaient conclu-a-t-elle, froidement.
    Jaina commença à réfléchir a un plan pour piéger ces traîtres si elle ne trouvait aucun indice. Ça allait être sale. Très sale. Apanayug ne va pas aimer pensa-t-elle déjà amuser par la conception mentale de ce plan. Au même moment, quelqu'un entra dans le vaisseau. Wolfture l'entendit marcher en direction de la porte de la salle de repos.
    -Qui a laisser la porte ouverte ? Gueula l'homme-loup.
    Tout le monde se tourna vers Wolfture
    -EH ! Me regardez pas comme ça bande d'enfoiré ! C'est cette porte qui ferme mal !
    -Tu reconnaît les pas ? demanda la jeune humaine curieuse, allongé dans son fauteuil de cuir.
    -Ah ton avis ?! rétorqua le loup du du tact au tac. Si c'était quelqu'un que je connais, j'aurais pas besoin de vous alerter !
    -Et toi fit l'homme loup en regardant le nain, pourquoi tu répare pas la fermeture automatique des portes ?! Ça fait 10 ans qu'elle sont cassé !
    -J'le réparerais dès que t'arrêt'ras d'les casser ! Répondit le nain de son patois distinctif.
    -Calmez vous, vous deux ! Lança Jaina, autoritaire en se levant. J'ai entendu des nains dire que « il », va s'avoir qui c'est, s'occupera de nous. Enfin de vous… finit-t-elle en regardant Wolfture et Bofur. Tous le groupe regarda les deux êtres. C'était vrais. Ils étaient les plus détester, et même hait par leur propre espèces. Les loup-garous avaient honte de Wolfture, et beaucoup voulait le tuer. Pour Bofur, c'était la même, sauf que c'était chez les nains. Ils n'était pas détester par juste leur propre espèces mais par tous le monde contrairement a Bastinka, Snigna et un peux Jaina qui eux, était très aimé et respecter par la plupart des personnes et des espèces. A part eux d'eux, les autres était soit pas très aimer soit détester. A la base, c'était tous des parias. Même Bastinka, au début, était haït a cause de sa vision un peux trop extrême qu'il avait. Considérer comme un fanatique par des fanatique. Y'a du niveau ! Ne parlons même pas de Snigna qui était considérer a un moment comme une « ennemie du peuple » à cause de certaine des ses actions qui visait de grande personnalité publique respecter. Par la suite, elle fut appeler, « l'ami du peuple » et fut encore renommé en « protectrice des orphelins ». Les médias lui donnait un nouveau titre toutes les deux semaines.

    Snigna se leva péniblement, en regardant la porte tous en disant.
    -C'est bon, je m'en occupe.
    Elle alla dans sa chambre qui était juste a côté et revint avec un fusil a pompe. Elle chargea son fusil et se plaça devant la porte. Elle fit signe au nain d'ouvrir la porte. Bofur avait un contrôle complet sur l'appareil grâce a son pouvoir. Il ne contrôlait pas vraiment le vaisseau. On pouvait dire qu'il était le vaisseau. Il fit un petit mouvement de la main et la porte s'ouvrit.

    Au même instant, la jeune humaine tout son chargeur dans le malheureux. Le pièce s'emplit d'une légère odeur de souffre accompagné par le bruit du tonnerre. Le corps était maintenant effondrer au sol. Elle mit son fusils de côté et dégaina son pistolet en moins d'une seconde et s'approcha doucement du corps, son arme pointant le corps de l'homme. Elle le malheureux. Il était encore en vie ! Elle vida aussi tous son chargeur dans le corps. Elle rechargea rapidement son pistolet et continua a vider son chargeur. La jeune elfe s'approcha de Snigna, une lance a la main et reconnu le jeune homme.

    -Snigna arrête ! Cria la jeune elfe. C'est Apanayug !

    La jeune humaine s'exécuta et arrêta de tirer. Elle observa le cadavre, un peux affolé. Il n'avait rien ! Pas une égratignure ! Snigna observa un peux mieux et crut voir quelques écailles sur son torse mais elles disparurent très rapidement. Un mirage ? Peut être. Ces vêtements était en lambeaux, un peux normal avec ce qu'elle lui avait mis, mais ils étaient aussi un peux brûler mais son corps n'avait absolument rien ! Pourtant elle avait tirer a bout portant. Même un gilet par-balle a cette distance se ferait traverser. Jaina aida Apanayug a se relever tout en disant, sa voix révélant son côté un peux inquiété
    -Excuse là, elle t'a prit pour un ennemi…
    Le jeune commandant se releva péniblement tout en disant, froidement.
    -T'inquiète pas, y'a pas eut de blesser, c'est ce qui compte. Heureusement que c'est moi qui est venu...
    Il regarda les armes que portait la jeune femme, le regard noir.
    -T'a un permis pour ses armes ? Demanda-t-il, ayant du mal a cacher sa fureur.
    La jeune femme hocha la tête en signe d'affirmation. Jaina détourna l'attention d'Apanayug. Sur certaine chose il était intransigeant.
    -Ne fait pas attention a elle, elle aime juste être armer. Fit la jeune elfe avec un large sourire. Sinon pourquoi t’est ici ?
    -C'est tous l'historique de toutes les communication qu'a eut les différent vaisseau de l'armée dit-il tous en tendant une petite carte en verre de 2cm x 2cm. J'ai aussi inclut les boîtes noires des vaisseau que j'ai put récupérer.
    -Merci Apa, fit l'elfe tous en prenant la petite carte. On commençait a s'emmerder un peux !
    Le jeune amiral répondit par un sourire et s'en alla. A peine il fut sorti, que tout le groupe de Jaina s'attela a l'analyse des différentes données. Jaina analysa d'abord les boîtes noirs. Ce qu'elle trouva fut très étonnant.

    A l'heure de l'attaque, les vaisseau ont essayer d'envoyer des appels. Sans succès. Snigna et Ragnar analysèrent en même temps les historiques des communications de l'armée. Jaina demanda a ces compagnons a propos des messages mais aucun de ses messages n’apparaissait. Pire, certain était totalement différent ! Un des Titan qui gardais une des planètes-usines avait envoyer plusieurs appels de détresse.

    -« A l'aide, Ici le Titan Ulnoc, plusieurs vaisseaux de l'IDH ont Sauter près de la planète Corovian1. On subit de lourds dégâts. La planète a été raser! On a perdu toute nos usines ! Il reste des civils dans les bunkers mais on ne pourra pas tenir longtemps Besoin de renforts !
    C'était transformer entre temps en :
    -Ici le Titan Ulnoc. RAS. Corovian1 sécurisé. Aucun vaisseau ennemie détecter. Nous continuons la patrouille vers les postes frontalier.
    Il y en avait des tonnes comme ça. Les messages reçu commençait a correspondre a ceux qui avait était envoyer 1H00 après le début de l'attaque. Cela veut dire, en même temps que l'Arédia fut sorti du chantier spatial.

    Cela peut s'expliquer par le fait que l'Arédia a son propre système de communication. Apanayug c'était juste contenter de l'activer et le vaisseau c'était charger du reste. La contre attaque avait enfin put commencer mais c'était déjà trop tard. La plupart des planètes avait été bombarder et ressemblait maintenant a des astéroïdes et les station n'était plus que des tas de ferrailles géant flottant dans l'espace et les seuls vaisseau militaire qui était encore en état de fonctionner était les vaisseau militaire qui composait La Grande Flotte. En bref, pas les plus récents ni les plus puissants mais bien les plus résistants. C'est fou ce qu'une heure de contrôle des communication par l'ennemie peut infliger comme dégâts !
    Jaina avait pu éliminer un grand nombre de suspect. Ceux qui était sur l'Arédia au moments des faits sinon on aurait sûrement essayer d'endommager les systèmes de communication du vaisseau ou au moins fait en sorte que le vaisseau ne soit pas en état de combattre ou aurait au moins transmis les coordonnées du système dans lequel le vaisseau allait Sauter pendant la contre-attaque. Les survivants de la station était aussi éliminé de la liste. L'Arédia a put faire une attaque surprise au gros de la force de l'IDH et plus important, il n'y avait aucun vaisseau-monde ou planétoïde lors de l'attaque ce qui signifiait que l'IDH ne s'attendait pas a affronter un tel mastodonte. Ils vérifièrent tous les messages pour qu'ils soient sûr a 100 %. Cela leur avait prit toute la journée, mais une chose a attirer leur attention. Les relevés des performance des vaisseau avant l'engagement au combat. Leur réserve d'énergie ont brusquement baissé juste avant d'avoir un contact avec l'ennemi pendant 30 secondes. Ils ont sûrement dut effectué un redémarrage des systèmes avant l'engagement, ce qui est totalement idiot. Pourquoi faire ça ? Les commandants étaient aussi dans la combine ou les vaisseaux avaient été aborder ? Mais dans ce cas là, pourquoi aussi engager les ennemis ? Ils avaient aussi put prendre les planètes mais pourquoi les réduire en cendres et tué toute la population sans prendre d'esclave ? Cela est contraire a ce qu'ils font. Ils prennent toujours des esclaves mais pourquoi pas cette fois-ci ?

    Tant de questions que le groupe ce posé. Ils étaient fatiguer, d'entendre et de voir les derniers instant des commandants des vaisseau. Certaine caméra avait continuer a filmer après la destruction du vaisseau. Ils étaient habituer a voir du sang, des entrailles flotté dans l'espace et des personne sans vie, mais même la, s'en était trop pour l'équipe.

    Jaina pris la décision d'aller demander des informations supplémentaire a Apanayug sur le système de communication de l'armée ainsi que celui de l'Arédia.

    Même Ragnar, spécialiste de la communication ne savait pas comment fonctionner le système de l'armée de défense. Une chose est sûr, les vaisseau ne sont pas totalement indépendant en ce qui concerne leur système de communication.
    Le petit groupe exténuer laissèrent tomber les analyse. Ils avaient assez d'informations et leur liste de suspect potentiel c'était maintenant assez réduite.

    L'Amiral avait donnez à l'équipe des chambres a l'intérieur de l'Arédia. Seul Jaina, Bastinka et Ragnar avaient accepter. Bofur, quand à lui, voulait dormir a tout prix dans l'Asylium. Snigna ne se sentait pas trop en sécurité dans un vaisseau de cette taille et préférais dormir dans sa chambre, quand à Wolfture, lui, aimait bien dormir dans cette corvette. Il savait que personne ne viendrais le faire chier.

    La nuit fut très paisible. Ils n'avaient pas aussi bien dormis depuis plusieurs années. Personne pour le tuer. Pas le bruit assourdissant des moteurs et des générateur a supporter. Un luxe pour eux ! Bien qu'ils n'avaient jamais dormis comme ça depuis des années, ils ne firent pas la grâce mâtiné. L'elfe était bien trop pressé. Jaina et le petit groupe ce leva de bonne heure pour aller parler a Apanayug. Après 6H00, c'est quasiment impossible de lui parler. Il passe ces journée dans la salle de contrôle de l'Arédia essayant de calmer les tentions avec les différents peuple que composent La Grande Flotte. Une véritable corvée ! Les Arédiens avait un jour ou l'autre étaient en guerre contre chacun de ces peuples. La rancune était encore bien présente plusieurs millénaires après la fin des guerres. Surtout en ce qui concerne les Norfus, ces immondes créatures vertes belliqueuse. Les Arédiens se sont occuper de leur donner la fessé y'a quelques siècles et il l'on toujours en travers de la gorge. Pire que des nains ! Pensa l'Amiral.

    Pour être bien sûr de pouvoir parler a Apanyug, ils allèrent juste devant sa porte. A peine il ouvrit la porte que Jaina lui demanda, un grand sourire au lèvre, une voix amicale et enjouée.

    -Salut Apanayug, on a besoin d'informations sur le système de communication et les personnes qui étaient au courants de la construction de l'Arédia et aussi des infos sur le système de téléportation.

    -Tu veux pas mon caleçon aussi? Répondit l'Amiral du tac au tac, sérieux. Ah moins que c'était une blague ? Difficile de le dire avec le balais dans le cul que le commandant se trimbalait chaque jour. Il regarda les yeux de son interlocutrice, puis de ses compagnons. Il allait en avoir pour un moment si il acceptait. Il glissa lentement sa main sur le système de fermeture de la porte. La jeune elfe lui plaqua la main tout en lui disant, avec un sourire assez effrayant mais avec toujours la même voix enjouée ce qui lui donnait un léger air de psychopathe.
    -Ce n'est pas poli de claquer la porte au nez des gens…. Surtout a nous, tu ne trouve pas ?
    Apanayug retira très vite sa main et commença à parler
    -Bon pour le système de communication, c'est assez simple. Puisque on avais pas assez de gros vaisseau pour gérer la défense du territoire, l'armée a construit une IA super-développé. Son but était juste de récolter, décoder et transmettre les message entre les différents vaisseau de manière optimisé. Les vaisseau transmettent leur message à l'ordinateur centrale qui lui les rediriger aux bon vaisseau et donnait aussi une stratégie de combat. De cette manière, même les vaisseau avec un système de communication très merdique peut transmettre des message a un autre vaisseau a l'autre bout du territoire, grâce aux balises et transmetteurs.

    -Est-ce-que on peut les modifier quand ils sont en cours de traitement dans l'ordinateur ? Demanda Ragnar, intrigué.
    -Oui, mais il faut une accréditation maximale pour le faire. En gros, seul les Hauts Amiraux. En plus, il n'ont qu'une partie du mots de passe. En plus de cela, y'a une sauvegarde du code source de l'IA qui est prévus pour la remplacer au moindre changements. Même si on ne changeait qu'une virgule dans le code cela suffisait a déclencher immédiatement le protocole. Les deux sont prévus pour s'entre vérifier et s'entre corriger. Il aurait fallu les reprogrammer en même temps avec les codes complets et de manière parfaitement coordonner.
    La liste se réduisait encore plus. Jaina commençait à voir clairement le plan qui avait était monter. Ce n'était pas l'affaire de juste un petit groupe, mais bien de toute une organisation parallèle présente dans toutes les strates de la société mais surtout au plus haut niveaux.
    Le jeune Amiral continua.
    -Très peux de personnes ont eut connaissances de la construction de l'Arédia. Sa construction a était ordonner par l'ancien Amiral en Chef et l'Ancien chef du Conseil avec l'aide financière du Noble Humain Erilur, paix à leurs âme. Seul eux, et les ingénieures qui ne quittaient jamais le chantier était au courant et je l'ait sut que quand on ma affecter a la défense de la station sur ordre directe du conseiller. Les autres Amiral de l'armée et même les plus hautes autorités n'ont pas été mise au courant. Pour le système de téléportation pour entrer a l'intérieur d'un vaisseau, chaque vaisseau avait ses propres codes et par souci de sécurité, seul les Amiraux et les commandant les connaissaient.

    Jaina avait compris le plan. Très bon, très élaborer mais avec une grosse faille. Elle faisait appel a BEAUCOUP de personnes. Aussi bien des personnes anonyme que des haut gradés.
    -Merci. C'est tout ce d'on avait besoin de savoir. On va se débrouiller avec le reste fit-elle, songeuse, ne regardant même plus le commandant.
    Elle se retourna pour retourner dans son vaisseau. Elle s'arrêta une seconde et demanda a l'Amiral. -Qui a conçu le système de comm' de l'Arédia ?
    Apanayug répondit, un peux épuiser.
    -Nightengale, ils est dans la salle des machines si tu veux. Je vais le prévenir.
    La jeune elfe lui fit un petit sourire tout en le remerciant. Elle s'en alla avec son groupe. Le jeune amiral, lui rejoignit la passerelle.

    Fin chapitre 6
    J'espère que ça vous a plut. N'hésitez pas a me dire ce que vous en pensez.
    Et encore merci de me lire.
  13. Tonner

    Tonner changeforme schizophrène

    Chapitre 7 : Eryu.
    Apanyug prit le téléporteur juste après l'équipe de Jaina. Il sélectionna la salle de commande. L'ordinateur de contrôle procéda à un scanne du visage et téléporta l'Amiral. A peine sorti du téléporteur, il était sur la passerelle. L'Officier en second se leva du siège du capitaine tous en disant
    -Amiral sur la passerelle !

    Tous les soldats se mirent au garde a vous. Apanayug fit un petit geste et les soldats se remirent a leur occupation habituel.
    La salle de contrôle était équipé de plusieurs écran. L’écran principal se situé sur la verrière, affichant en permanence les points vitaux du vaisseaux, le pourcentage de son fonctionnement et son état général sans gêner la la vue qu'on avait sur l'extérieur. D'autres plus petit affichait des informations bien plus spécifique, comme les routes possibles, les planètes pouvant avoir des ressource utile, une horloge numérique avant la réutilisation du Module de Saut, le radar affichant les vaisseaux, astéroïde, station et planètes dans les environs ainsi que des écran affichant le nombre de batterie de missile disponible. Il y en avait plus de 10 000 sur l'Arédia, chaque batterie pouvaient lancer une bonne centaine de missiles. En bref, assez de missile pour raser plus d'un million de fois la Terre au bas mot. Et ce n'est que les tubes lance-missile normaux. Il y en avaient qui pouvaient tirer des missiles thermos-nucléaire d'une centaine de mégatonne. En plus de cela L'Arédia disposais de toute une panoplie d'arme, qui allait du simple rayon laser pouvant couper un croiseur en deux, au canon-shrapnel a accélération magnétique en passant par les rayons tracteurs et systèmes de réparations a distance. Ce vaisseau avait absolument toutes les armes qui existait monté sur sa coque. En bref, il n'y avait que l’embarras du choix pour détruire un vaisseau ennemi, bien que l'Amiral avait une certaine préférence pour les rayons laser, bien plus précis qu'un millier de missiles.

    Au milieu de cette salle, il y avait une représentation holographique en 3D du vaisseaux et de ses centaines de tourelles, ses bouclier ainsi que bien sûr, son canon laser principal assez puissant pour détruire un Titan en 1 tir, l'arme indispensable pour les personnes qui préfèrent la paix à la guerre. Une arme a en faire pâlir d'envie toutes les démocratie de la galaxie, et au-delà.

    Dès que le vaisseau entre en phase de combat, une cloison anti-explosion se déployait autour de la verrière et la modélisation graphique du vaisseau se changeait et modéliser a la place le champ de bataille avec les vaisseaux ennemie pour bien plus de clarté.
    Le jeune Amiral s'installa dans son fauteuil et des cadets lui apporta son petit déjeuner, a lui ainsi qu'a toutes les personnes qui était dans cette salle. Il espérais que la journée serais comme celle d'hier, tranquille, sans combat, sans pertes graves. Le vœux pieux de tous les militaires de cette flotte. Il commença a manger quand un des officier de pont annonça a voix haute
    -Le Noble Eryu demande a venir sur la passerelle.
    Le jeune amiral continua a manger et fit signe de le faire entrée. Une personne en costard-cravate sorti du téléporteur. C'était Eryu. Le nouveau chef des Nobles humains depuis 400 ans. Son pouvoir était inconnu du publique, ce qui était assez rare pour quelqu'un de son importance. Les rumeurs disait sur lui que ses capacité martiale lui avait suffit pour passer tous les testes mais qu'en plus de cela, bien plus impressionnant, au sommet de la classe, il avait aussi battu son père, Erilur, un des plus puissant géokinésiste qui ait exister sans utiliser son pouvoir. Il l'avait humilier publiquement. Il était bien plus rapide et fort que n'importe quelle humain. Certain disait que son pouvoir c'était d'être surpuissant tous le temps. Personne ne l'avait vraiment combattu d'égale à égale. Il l'avait toujours gagner ses combats qu'avec peux de blessures. Un véritable dieu dirait certain mais Apanayug ni croyait pas. Il pensait surtout que c'était un riche, arrogant, imbu de sa personne et menteur bien que le visage d'Eryu laissait transparaître une certaine sympathie. Il avait une carrure moyenne, pas particulièrement épais, ni particulièrement mince, mais il en imposait quand même. Il était brun, avec des yeux noirs, aussi noir que sa chevelure. La seule pointe de couleur était quelques petit éclats blanc qui parsemé son iris ainsi que ses cheveux. Certaine rumeur disait qu'il a gagner plusieurs de ces combats, juste en regardant ses ennemies dans les yeux. Un autre humain se tenait derrière lui, à sa droite. C'était son fils, Liosor. Toujours discret mais toujours là. Toujours dans l'ombre de son père, au propre comme au figuré. Il lui ressemblait beaucoup, sauf qu'il avait des yeux magnifique d'un rouge flamboyant, telle les flammes de l'enfer ce qui contrastait bien avec sa carrure maigrichonne, limite en sous-nutrition alors qu'il n'y avait pas de famine. Des tâches brunes parsemait son corps. Certain croyait que c'était des blessures ou des brûlures alors que ce n'était que des tâches de naissance, hérité de sa mère, comme ses yeux flamboyant. Pour les qualité martiale, on ne l'avait jamais vu combattre tout court. A sa gauche se tenait une jeune humaine, vêtu de blanc. C'était Enisaras, sa fille. Elle était de la même taille que Liosor, et était comme ce dernier, une maigrichonne au yeux rouges et aux cheveux noir et blanc mais sans tâche brunâtres. Comme pour son frère, on ne l'avait jamais vu combattre. La seule fois ou on a entendu parler d'elle dans des journaux c'est quand sa mère est morte quand elle lui a donner naissance.
    Tous les soldats se tournèrent vers le jeune Amiral. Il continuait a manger.
    -Bonjour, Apanayug… dit simplement Eryu.
    L'Amiral répondit par un geste, un salut de la main. Les soldats était ébahi. Personne sur le pont n'oserait avoir de telle familiarité avec Eryu ! Pourtant, les soldats étaient réputé pour leur courage sans faille.
    -Si je vous dérange, dite-le lança Eryu.
    -Et bien, je viens a peine de me réveiller et j'ai pas manger depuis hier, donc ouais, la maintenant, vous m'emmerdez un peux répondit franchement L'amiral du tac au tac. J'ai des choses plus importante a faire !
    Eryu s'avança un peux. Une légère odeur de livre neuf emplie la salle. Toutes les personne sur le pont était plus qu'effrayer par l'aura de cette homme. Personne n'osait dire quelque chose, ils étaient comme tétaniser et fasciner à la fois. Cette homme avait une aura effrayante.
    -Plus importante a faire, comme quoi ? Demanda sérieusement le Noble Manger votre petit déjeuner ? Fini-t-il, avec quasiment une pointe de mépris dans la voix.
    -Exactement comme manger mon petit déjeuner ! répondit encore plus insolemment et franchement le commandant.

    Les soldats ne savait pas comment il fallait réagir, fallait-il rire, au risquer de froisser Eryu, ou être outrer des manières d'Apanayug envers un Noble, et surtout une personne de sa carrure. Ils choisirent une troisième option, celle des Suisses : La neutralité. De toute façon, superstitieux et respectueux de la chaîne de commandement comme ils le sont, il n'y avait pas vraiment d'autre option. Se mettre d'un côté ou de l'autre était une bien mauvaise stratégie.
    Le visage de Eryu se crispa un peux.
    -C'est facile d'être si irrespectueux quand ont ici, entourez par vos gardes. Seul, dans une pièce, en combat singulier vous auriez peur de me combattre ! Et vous ne me parleriez surtout pas sur ce ton !
    -Vous parlez beaucoup mais n'agissez pas, vous êtes juste une grande gueule répondit du tac au tac l'Amiral. Si vous voulez, on peut descendre dans la salle de combat. La seule chose dont j'aurais peur c'est vous humiliez et détruire votre réputation.

    Une sorte d'aura, encore plus écrasante se propagea dans la pièce. Rien que la présence de cet homme était pesante. Certaine personne manquèrent de s'évanouir, et même les enfants de cette humain, avait l'air de ne pas bien supporter le choc. Il était effrayant au point d'instaurer la peur dans sa propre progéniture. Mais pour Apanayug, cela ne lui faisait rien. Son visage resta de marbre. Il semblait bien plus préoccuper par la dégustation de son repas que par la présence de son invité.
    Eryu éclata de rire
    -Vous êtes bien a la hauteur de votre réputation, Amiral ! « Aussi bon stratège qu'insolent et franc !» Ça fait du bien de voir quelqu'un qui a le courage de me parler comme ça !
    Les soldats était vraiment ébahi. Même certain des plus grands Amiraux n'oserait jamais parler comme ça a un Noble Humain, et encore moins le défier en combat singulier, et surtout pas a Eryu. Cela forçait le respect de voir un si jeune Amiral défié ouvertement ce genre de personne, et surtout Eryu. Et Apanayug en avait bien besoin du respect. Il avait certes sauver et réussi a rassembler beaucoup de vaisseau, mais pour certain, c'était la vieille Gina BeauJardin, bien plus respecté, qui devait prendre le contrôle de la flotte.
    Apanayug finit sa bouche et fini par demander
    -Que voulez vous ?
    -Il parais que la mercenaire Jaina à fait son retour. Est-ce que cette rumeur est vrais ? Vous savais bien qu'elle a été banni, et pour de bonne raisons !
    Le jeune Amiral acquiesça
    -Ouais, elle a été banni mais elle reste une fidèle arédienne. Elle possède un certain talent qui pourrait nous être utile. Pour réussir a faire survivre cette flotte, il nous faudra toute l'aide possible.
    Eryu sourit. On aurais dit qu'il était content. 30 secondes avant, on aurait dit qu'il était contre et maintenant on dirait qu'il est pour. Une véritable girouette ! En même temps, il versait pas mal dans la politique qui d'ailleurs se prononçait et s'écrivait de la même manière que « fils de puterie » en Arédien.

    -Et bien Amiral, commença Eryu Vous savais vous entourez des bonne personnes ! Espérons que vous magner aussi bien la stratégie que l'insolence ! Sur ce, bonne fin de journée, et bon appétit ! Je vous laisse a vos occupation…plus importante. Fini-t-il avant de quitter la pièce, accompagner par sa progéniture. Avant que la porte du téléporteur ne se referme, Eryu se mit au garde a vous. Apanayug se leva et fit de même. Eryu activa le téléporteur. Les soldats était encore sous le choc. Tous le personnelle avait ressenti la grande puissance de Eryu. On ne pouvais pas s’empêcher de la ressentir.
    Certaine personne n'avait pas confiance en Apanayug, et il ce dernier le savait. Pour eux il ne méritait pas le respect. Eryu, en se mettant au garde a vous et en appelant Apanayug, Amiral, a réussi a faire taire les voix contestataire parmi les Arédiens. Le problème, c'est que cette influence est a double tranchant. Il peut aussi faire taire, que faire gueuler. C'était sûrement ça son pouvoir le plus terrifiant, le soutien du peuple.
    Le second d'Apanayug s'approcha de lui et lui demanda, en chuchotant
    -Amiral, vous n'avez rien ressenti ?
    Le jeune humain se tourna vers son officier. On aurait dit que ces yeux, l'instant d'une seconde n'était plus les siens, mais ceux d'un reptile. Il lui chuchota simplement
    -Rien du tout.
    Le premier officier sourit. Son regard se porta sur la main d'Apanayug. On aurait dit qu'elle avait un peux grossi et que la peau c'était un peux durci. L'officier lui tendit discrètement une petit seringue rempli d'un liquide grisâtre tout en lui disant.
    -Il vous a fait de l'effet on dirait.
    Apanayug s'injecta rapidement et discrètement le produit et fini son petit déjeuner. Plusieurs heures passèrent, sans que rien ne se passe. Tout était paisible, on en oublierais presque qu'on est en territoire ennemi.

    Fin Chapitre 7 : Eryu.
    J'espère que ça vous a plut. N'hésitez pas a me dire ce que vous en pensez.
    Et encore merci de me lire.
  14. Tonner

    Tonner changeforme schizophrène

    Chapitre 8 : A 100 contre 1
    Chapitre 8 : A 100 contre 1

    Mais l'IDH, pour quelconque raison, avait décider de faire chier le monde aujourd'hui et de jouer a « qui a la plus grosse ». Je parle de la puissance de feu !
    Un des officier déclara :
    -Croiseur ennemie détecter !
    Le jeune commandant n'avais aucun ordre a donné, il avait déjà donner la procédure a suivre en cas de contact ennemie.
    -Missile en cours de verrouillage.
    -Tube lance-missile 1 à 10 armer.
    -Missile verrouiller
    -Feu !
    -Vaisseau ennemie détruit
    Le vaisseau ennemie resta moins de 3 secondes dans le secteur. Même pas le temps de transmettre un ordre. Aussi rapide et précis qu'un assassin.

    Le visage de l'officier s'occupant du radar devint livide.
    -Multiple contact avec l'ennemie cria-t-il, affolé. Plusieurs croiseurs détecter ! Rajouta-t-il.
    -Code rouge ! Déclara le commandant, près a en découdre.

    Le vaisseau passa directement en mode combat. Les alarmes retentirent dans tous le vaisseau. Les traditionnelle et paisible lumière bleu et verte s'éteignirent et laissèrent place aux alarmante et stressante lumières rouge.
    Apanayug continua de donner les ordres.
    -Ordonner a la flotte a se tenir prête pour un Saut d'urgence !

    Il fixait maintenant la carte tactique. 5 croiseurs, 1 dreadnought et 1 super-transporteur. Du gâteau pour l'Arédia. Pas besoin de gaspiller les munitions des autres vaisseaux.
    -Faite Sauter toute la flotte sauf l'Arédia ordonna l'Amiral.
    Il donna ensuite les ordres de tir
    -Verrouiller les batterie 1 à 5 sur les croiseurs, les batteries 6 à 106 sur le dreadnought, les batteries 106 à 1000 sur le transporteur.
    Les chasseurs et les bombardier de l'IDH sortaient de leur super-transporteur comme les abeilles sortaient de leur ruches quand cette dernière se faisait attaquer. Leur formation et leur nombre était le même.
    Un des officier hurla
    -Batterie 1 à 1000 paré a faire feu a votre commandement.
    -Feu à volonté !
    Une bonne centaine de millier de missile foncèrent vers les vaisseaux ennemies. Les chasseur ennemie tentèrent d'arrêter un maximum de missile, vidant leur magasin ou se jetant dessus pour protéger leur vaisseau mère, appuyé par leur tourelle anti-missile et leur défense anti-chasseur. Ils utilisaient tous ce qu'ils avaient a disposition pour arrêter ces engins mortels bourré d'uranium. Au final, seul un tiers des missile avait pu atteindre leur but. Les 5 croiseur et le dreadnought résistèrent difficilement a l'avalanche de missiles qui s’abattirent sur eux mais pour ce qui était du super-transporteur, il n'en restait plus rien, littéralement. En même temps, quand on se prend 250 000 missile dans la gueule, ont en sort rarement indemne.

    -Verrouiller les batteries 1001 à 2000 sur les vaisseaux restant et feu à volonté ! Ordonna de nouveau l'Amiral.
    Les batteries se déployèrent et firent feu sur l'ennemie. Les vaisseau restant ne résistèrent pas a cette dernière attaque massive. L'IDH tenta d'appliquer la même technique mais rien n'y faisait leur armement n'était pas assez conséquent pour détruire tous les missiles en approche. Les chasseurs et les bombardier restant firent tous et obéirent aux ordre de leur hiérarchie. Ils foncèrent sur tous les missiles, voulant en détruire un maximum. Mais, sûrement a cause d'un manque de logique des commandants de l'IDH croyant qu'ils pouvaient arrêter un million de missile thermonucléaire avec quelques centaines de chasseurs, la majorité des missiles purent passé cette fois-ci. Pas besoin de vous faire un dessins du résultat. Il n'y avait plus rien. Malheureusement, les vaisseaux avait put envoyer un message, un signal de détresse. Pas très clair mais assez parlant : « Un vaisseau-monde de ligne, hostile détecté »
    Un officier déclara :
    -Module de Saut charger a fond !
    -Activez Le !
    Les lumières rouges laissèrent place a des lumières noir. Les haut-parleur du vaisseau-monde s'activèrent et déclarèrent dans tous le vaisseau
    -Code noir : Préparer vous au Saut de l'Arédia dans 5 secondes, 4 secondes, 3 secondes, 2 secondes, 1 seconde. Module de Saut activer !

    Depuis la salle de commande, l'intérieur du couloir de Saut ressemblait à un long tube avec des teintes de violet et de rose. On pouvait aussi voir le noir de l'espace de temps à autres. Les étoiles s'étirèrent pour former de long traits blanc. L'Arédia traversa le couloir en quelque secondes. Il arriva au milieu des autres vaisseau de La Grande Flotte.

    -Saut effectuez avec succès annonça la voix synthétique du vaisseau. Fin du code noir.
    Les lumière noirs s'éteignirent et les lumière rouges prirent le relais. Ils étaient toujours en alerte rouge.
    -Fin de l'alerte rouge. C'était du bon travail ! Déclara Apanayug de vive voix, fière.
    Les lumières rouges s'éteignirent et le vaisseau repassa en mode normal.
    Le jeune amiral se rassit dans son fauteuil. Ils n'avaient pas été toucher.
    -Bouclier et armement réactiver déclara un officier. Redistribution de l'énergie en cours.

    Les Module de Saut de l'Arédia était tellement puissant et consommait tellement d'énergie qu'on devait désactiver, les bouclier, les armes ainsi que plusieurs autres sous-système pour pouvoir effectuer le saut et ça pendant 5 secondes. 5 secondes, dans une bataille c'est énorme. Avant de pouvoir activer le Module de Saut, le commandant doit passer en code noir. C'était un sécurité. Lors de la première phase de test des Module de Saut, les générateurs on tellement surchauffer qu'ils faillirent bien exploser. Et ce n'était que pour la charge, pas pour le Saut en lui même . Malgré cela, il pouvait tout de même effectuer des saut très courts sans passer par le code noir.

    La vie reprit à bord des vaisseau. Ils étaient habituer a passer en alerte rouge et en code noir, mais ils ne sont jamais passer en Alerte Noir, une chose est sûr, dès qu'ils passeront en Alerte Noir, ils vont se chier dessus. En tous le vaisseau avais 2 code et 2 alerte, le « code noir » pour préparer le vaisseau a effectuer un Saut et le code jaune, pour préparer le canon laser principale. L'Alerte rouge c'est pour tous ce qui est engagement de l'ennemie et l'Alerte noir, c'est vraiment l'ultime recours, le Deus Ex Machina intégrer de l'Arédia.
    30 minutes passèrent. Le même scénario se présenta devant La Grande Flotte.
    -Multiple contact ennemie! Plusieurs dreadnought en approche ! Déclara l'officier radar
    -Faite Sauter tous les vaisseau qui le peuvent ! Ordonna l'Amiral

    Tous les vaisseau de la GF ouvrirent leur fenêtre de Saut et s'enfuirent. Il ne restait que l'Arédia. Le minuteur de la salle de commande se mit en route et se régla sur 3 minutes.
    -Le Saut de l'Arédia sera prêt dans 3minutes ! Déclara le timonier.
    Des vaisseau de l'IDH arrivèrent devant l'Arédia.
    -Plusieurs autres vaisseau en approche ! Annonça a nouveau l'officier radar.
    On pouvait voir tous les vaisseau de l'IDH depuis la salle de commande.
    -Alerte rouge ! Déclara l'Amiral. Tous le monde a son poste de combat ! Ordonna-t-il.

    Le jeune commandant pensa «Avec 100 % des capacités de l'Arédia, ça aurait été facile… Si seulement il avait été fini a temps ! Ça ne sera pas une bataille simple. Ils vont faire venir des flottes avec encore plus de puissance de feu, encore et encore. Je vais leur montrer toute la puissance que l'Arédia à ! Il devrait nous laisser tranquille pendant quelque temps après...»

    Le vaisseau passa en mode combat. La carte tactique donna une vue d'ensemble au jeune amiral. Il savait déjà quoi faire.

    Il ne pourrait pas tout gérer. Beaucoup trop d'arme à utiliser en même temps, et beaucoup trop de vaisseaux ennemies.
    - Kibon, tu coordonne les tourelles situé a bâbord, Nija, toi occupe toi du côté tribord, Nokas, vous surveille nos arrière, Premier Maître, coordonne les tirs de missiles sur les vaisseau les plus gros. Il activa ensuite son communicateur et dit a son chef d'escadrille
    -Norj, prends une escadrille de CI-602 et débarrasser nous des chasseurs et bombardier ennemis.

    Juste après le jeune amiral se rassit dans son fauteuil, tapota un code sur l'écran tactile. Un poste de contrôle sorti du sol a environ 1 mètre du siège. Il s'en approcha et la console sembla prendre vie. Il prit une petite puce qui était placer au centre de la console, dans un petit compartiment. Il se mit le petit objet sur sa tempe et pressa sur le bouton « activer ». La seconde d'après, quelque chose apparut devant ces yeux. Des écrans holographique se déployèrent, présentant toutes les informations essentielles sur le vaisseau, mais surtout, les informations détaillé de chaque arme. Leur précision, leur vitesse de tir mais aussi la trajectoire approximative des ennemis. Il y avait tous d'afficher.

    -Je m'occupe de l'avant et des armes principal déclara l'Amiral.

    L'Arédia reçut un message des autres vaisseau de la GF. Ils avaient put effectuer le saut sans aucun problème. Parfait, il ne restait plus qu'a survivre et à les rejoindre pensèrent tous les membres sur le pont.

    Très rapidement, toute l'armada de l'IDH se présenta devant l'Arédia. Au moins une trentaine de dreadnought, 6 super-transporter, ainsi qu'une petite cinquantaine de croiseur et 4 Titans. Le vaisseau-monde reçut un message venant de l'IDH. Apanayug en fut le premier surpris. Ils n'étaient pas du genre a s'embêter avec de telle chose. Le message affichait : « rendez vous dans les 10 secondes ou vous serez purifiez au nom de l'Empereur et de L'Empire ! »

    Ça avait au moins le mérite d'être claire. Le jeune amiral régla, par la pensée, la puissance de son arme sur 100 % et envoya une première salve sur un les Titans en guise de réponse. C'était le signale qu'il fallait laisser tomber la subtilité et passer en mode bourrin. Tant pis pour la tactique. Ils n'avaient qu'un seul vaisseau, cerner par presque une centaine de vaisseau ennemie. Pas de quoi établir une stratégie. Tous les vaisseau de l'IDH firent feu avec tous ce qu'ils avaient, donc principalement des missiles thermo-nucléaire éco+ a verrouillage manuel.

    Norj, lui, fit décoller une escadrille d'une petite centaine de chasseur, avec lui à sa tête. C'était pas son genre de se cacher derrière un bouclier et d'indiquer a ses soldats le chemin le plus rapide vers la mort. Il était plutôt du genre a ouvrir la voie. Sa chance couplé a son talent de pilotes faisait qu'il pouvait survivre a presque tous.

    Sur ce champ de bataille spatiale, il y avait a peux près le même nombre de chasseur. La seul différence est que les chasseur Arédiens ont été un peux améliorer avec la technologie de dissimulation des Freniach. Des êtres transparent et très silencieux, dont la spécialité était bien la technologie de dissimulation. En ce moment, les chasseur de l'IDH ne voyait pas les chasseur Arédiens sur leur radar.

    Norj avait déjà un plan pour se débarrasser d'eux avec un minimum de perte. Il ordonna a ces pilotes de larguer quelque leurres. Il indiqua ensuite de monter en flèche. Une fois a bonne distance, il donna l'ordre de s'arrêter et d'activer leur système de camouflage optique. Ils mirent leur chasseur en position, près a tirer sur les leurres. Les chasseurs de l'IDH foncèrent tête baisser en lançant dans un premier temps, leur missiles dans ce qui croyaient être un essaim de chasseur et dans un deuxième temps, foncèrent dedans littéralement. A peine ils furent en dessous des chasseurs Arédiens, que ces dernier envoyèrent tous leur missiles. Ils firent un véritable massacre. Ils n'avaient pas le temps de se reposer. Ils poussèrent leur moteur a 100 % et commencèrent a prendre les chasseur de l'IDH en chasse. La bataille était déjà gagner pour la GF. Les pilotes de l'IDH essayèrent de leur lancer leur missile anti-poursuite, mais c'était des missile a verrouillage automatique. Ils avaient besoin d'une signature pour pouvoir se verrouiller. Ce qu'ils ont fait était juste inutiles. Les missiles se verrouillèrent sur l'Arédia, mais bon, c'était juste des missiles anti-poursuite. L'Arédia était déjà en train de se prendre plusieurs centaines de milliers de missiles nucléaire dans la gueule, donc quelque missile avec une charge explosive très maigre, c'est comme essayez de détruire un tank avec des pétards pour gnome. En parlant de lui, et s'y on y retournais ? A l'intérieur du vaisseau-monde, tous était calme. Les civils, l'équipage, les couloirs, tous baigner dans une légère lueur rouge. Il n'y avait ni bruit, ni agitation. C'était inutile. Pourquoi hurler, paniquer quand on n'entends même pas le bruit des explosions résonner dans le vaisseau ? Seulement dans le poste de commandement on pouvait sentir un certain stress dans l'air. Une pression immense régnez sur tous le monde, même sur l'Amiral. Le vaisseau ne tremblait pas. Tous était silencieux et calme, mais tous voyaient, sur les écrans, les missiles foncer sur le vaisseau. Les millier d'explosion qui détonnait a quelques mètres du vaisseau. Les centaines de projectiles et rayon laser percutant le vaisseau. Tous cela était a la fois beau et impressionnant, mais tous aussi effrayant. Tous le monde suait a grosse goûte. « Parler utile », c'était le mot d'ordre tacite dans ses situations.
    -Bouclier à 80 % ! gueula un officier, brisant le silence.
    Sur la carte tactique, les croiseurs ennemis situé a bâbord et a tribord se faisaient laminer. Sur les 50 qu'avait l'armada, il n'en restait qu'une dizaine. Les Super-transporter n'avait plus de chasseur, uniquement des bombardier, des cibles de choix pour les chasseurs Arédiens. A ce moment de la bataille, il restait encore 50 chasseurs Arédiens sur les 100 qu'avait lancer l'Arédia au début de la bataille, et évidemment, Norj était toujours en vie, bien trop chanceux et talentueux pour mourir ici. Il dirigeait avec brio toute son escadrille, laminant, et réduisant a l'état de tas de ferraille les derniers chasseurs et bombardier de l'IDH qui étaient encore dans le secteur.

    La parti la plus dure de la bataille était fini. Il ne restait plus que des cibles de choix pour l'Arédia Les Titans. Des vaisseau immense, doter d'une puissance de feu et d'une résistance exceptionnelle approchait de l'Arédia pour concentrer encore plus leur tirs et réduire le temps entre deux explosions atomique. C'était un moyen pour accroître, u. Un seul Titan pouvait raser une planète. Heureusement l'Arédia avait été conçu, à la base, comme vaisseau de première ligne, ce qui signifiait, des boucliers extrêmement résistant ainsi qu'une gamme d'arme très varié. Il faudrait, pour détruire ses boucliers, déployer au moins la même puissance de feu qu'il fallait pour détruire des bouclier planétaire, ce que 4 titans de l'IDH n'avaient pas. Une planète sans bouclier, c'est facile a raser avec quelques millier de missile thermo-nucléaire. Par contre, une planète avec bouclier, c'est une autre paire de manche. Sans compter l'armement anti-missile.

    Les canonniers de l'Arédia finissaient des détruire complètement les derniers croiseurs. Il ne restaient que les dreadnought et les Titans, les super-transporter commençaient déjà à quitter la zone, étant a cours de chasseur et de bombardier. Les Titans ne s'éloignait pas du champ de bataille. La bataille était déjà gagné mais les détruire porterait un grand coup à la machine de guerre de l'IDH. Après tout, construire de telle mastodonte demande énormément de ressource et de temps, ce que l'IDH à, bien entendu. Si on en détruisait un, ils pouvaient en réaligner un dans la semaine. Ce n'était

    Ils étaient déjà trop loin pour que l'Arédia les rattrapent avec ses moteurs conventionnelle. Il contacta rapidement Norj et lui ordonna de rentrer. Il venait d'avoir une bonne idée. Il fit défiler les armes et sélectionna celle qui était entouré de rouge et de noir avec l'instruction « ne surtout pas utiliser après un Saut et/ou en combat rapprocher», et on sait tous que Apanayug applique les règles a la lettre, comme le bon soldat qu'il ait.

    -Timonier, Donnez nous un maximum de vitesse ordonna le commandant. Préparer un saut court derrière le premier Titan !
    -Prêt a Sauter a votre signale Monsieur ! Déclara le timonier.
    -Maintenant !
    L'Arédia Sauta et arriva juste derrière le Titan. Malheureusement, de dernier prenait bien plus rapidement de la vitesse que le vaisseau monde qui avait du mal a aligner la même vitesse, de par sa masse et sa taille aussi imposante que la dette Grec.
    L'Amiral cria alors
    -Code Jaune : préparer le canon laser !

    Tous les officiers de la passerelle étaient étonné de cette ordre. Apanayug entra son code dans la console et le vaisseau passa en code Jaune. Toutes les lampes s'éteignirent, les boucliers se désactivèrent et un énorme canon se déploya depuis l'avant de l'Arédia. Plus rien ne fonctionnait sauf la salle de commande et les systèmes de survie. Le strict minimum.La console montrait une arme qui se chargeait. En moins de 5 secondes, elle était déjà prête a être utiliser. Apanayug visa le premier vaisseau et fit feu. Un immense rayon laser bleu sorti du canon et traversa le premier Titan au niveau des moteurs, découpant le vaisseau en deux comme si de rien était. Le faisceau continua sa course et frappa le second Titan, en diagonale, traversant presque tous les points vitaux du vaisseau, le hangar, l'entrepôt de munitions, une bonne partie de la salle de commande, le bar et les chiottes, découpant aussi facilement ce bâtiment que le premier.

    Les 2 derniers Titan, paniqué par cette démonstration de force, commençait déjà a briser leur formation serré tous en tirant des missiles sur l'Arédia. A cause de la panne de leur bouclier, les dégâts était maximale. Sur des zones qui n'étaient même pas occuper et ou la couche d'acier renforcé faisait plusieurs dizaines et dizaines de mètres. On entendait le bruit sourds des explosions résonné dans tous le vaisseau. Ce n'était pas extrêmement bruyant. C'était très léger. Ce son était suivi de légère vibration dans tous le vaisseau créant un bruit proche des cris des baleine bleu. Ce vaisseau avait été conçu pour résister à ce genre d'assaut. Apanayug comptait sur cela. Il lui restait une bonne centaine de mètres marge entre la coque extérieur et la coque intérieur, et 1 kilomètres entre la coque intérieur et les zones critiques du vaisseau et la zone d'habitation. La courant revint dans tous l'Arédia. Les écrans se rallumèrent très vite, redonnant une visibilité maximal sur le champ de bataille, mais surtout, et c'était le plus important, sur les dégâts et zone endommager.

    -Nos boucliers seront a nouveau opérationnel dans 10 secondes ! Annonça un officier
    -Les dreadnought ennemis visent nos moteurs ! Déclara un autre officier. Ils pourrons bientôt faire des tirs précis !
    -Mettez nous a l'abri ! Ordonna l'Amiral. On a déjà gagner cette bataille !
    Il regarda ensuite les Titans en train de fuir et les dreadnought essayant d'engager l'Arédia pour le ralentir, une idée somme toute brillante quand ont considère que l'Arédia était facilement 500 fois plus gros qu'un dreadnought.
    -On a fait plus que ça aujourd'hui… marmonna l'Amiral. On a envoyer un message dont ils se souviendront pendant longtemps !
    La fenêtre de saut s'ouvrit et L'Amiral se rassit dans son fauteuil tous en pensant.
    -On a même gagner quelques mois de tranquillité, le temps qu'ils préparent un meilleur plan que de a venir à 100 contre 1.
    -Rapport des dégâts ! Demanda ensuite le commandant a haute voix.

    Le bilan n'était pas catastrophique, ils avaient perdu environ 53 tourelles, 50 chasseurs, ainsi que quelques mètres de blindage. Ils avaient aussi perdu près de 2,3 % de leur capacité de bouclier et leur production d’énergie avait baisser de 0,3 % et son stockage de 2 %, et en tout 156 personnes mortes, dont 106 canonniers expérimenter et 50 pilotes de chasseur. Il était impossible de récupérer leur corps, perdu dans le vide l'espace. Le lendemain, l'Amiral Apanayug leur rendit hommage dans le Hangar.

    La familles des défunts avait fait le déplacement, ainsi que plusieurs autres centaines d'autres personnes. Les amis mais aussi ceux qui étaient reconnaissant envers ces soldats, peux nombreux malheureusement. Il y avait aussi quelques curieux, qui n'avait aucun lien mais voulait voir l'hommage, uniquement par curiosité. C'était le cas de toute l'équipe de Jaina ainsi que d'Eryu et ses enfants.

    Fin Chapitre 8
  15. Tonner

    Tonner changeforme schizophrène

    Chapitre 9 : L'Hommage

    Les cercueil étaient tous disposé en 3 rangé de 52, entouré par la foule. Ils étaient fait de fer, cerclé d’argent et d'or, décoré de fines petites gravures représentant ce qu'il aimait, accompagné de l'emblème de La Grande Flotte, puis celui d'Arédos, accompagné d'une petite plaque bleuté, avec le nom et la fonction, suivi d'un petit sigle qui représentait ce qu'il faisait. Un vaisseau pour les pilotes, des canons pour les canonniers.

    Apanayug s'avança accompagné par tous ses officiers de passerelles ainsi que Norj. Ils regardèrent toutes les personnes qui était venu honoré ses soldats. Si on tendait l'oreille, on pouvait entendre certain sanglot étouffé. Si on avait de bon yeux, on aurait pu voir, sur certaine personne, des yeux embué Il y avait des personnes de toute âge, des vieillard, des enfants ainsi que des personnes dans la fleur de l'âge. Il y avait a peux près tous. Certain avait perdu des amis proches, d'autres, leur parent ou leur conjoint, mais d'autre était juste la pour remercier les soldats. Il n'y avait que très peux de gens. Apanayug était un peux déçu de voir si peux de personne pour remercier ces soldats de leur sacrifice.

    L'Amiral posa la main sur un des cercueils de fer et d'argent, le nom du défunt était inscrit au bas du cercueil.

    -Tanus Oakblur lit-il. C'était un pilote et guerrier d'exception ! ajouta le commandant tous en regardant la foule. Mais il était avant tous un père de famille, un ami fidèle qui cherchait toujours a protéger les autres. Il a été fidèle a lui même jusqu'au dernier instant, je n'ai pas eut la chance de le connaître, ainsi que les 155 autres braves soldats qui sont morts aujourd'hui mais je garderais toujours en mémoires leur nom, leur histoire et me rappelant de l'héroïsme dont ils ont fait preuve ! Leur sacrifice nous on permit de gagner cette bataille et d'infliger de lourds dégâts a L'Imperium de l'Humanité ! N'oublions pas nos morts, ne pardonnons pas nos ennemies, que tous nous craignent ! Ni pardon, ni oublie pour l'IDH !
    Apanayug retira sa main du cercueil et se mit au garde a vous tous en disant

    -Vous avez fait du bon boulot soldats, reposez vous, vous l'avez bien mérité…

    Eryu s'avança, accompagné de ses enfants, en applaudissant fort et lentement pendant une petite minute. Tous le monde le regardait, ne disant rien, ne pensant rien. Le Noble s'arrêta une fois qu'il eut l'attention de la foule.

    -Bravo, Amiral commença Eryu. J'en ait presque eut la larme a l’œil ! Ou pas. C'est vrais que nous avons gagner une bataille, ou plutôt une démonstration de force, votre but, pas vrais ? L'IDH va nous laisser tranquille pendant quelques mois, une année maximum, le temps qu'ils préparent une flotte assez puissante ou qu'ils fassent venir un vaisseau assez puissant pour pouvoir détruire l'Arédia, leur mort n'a servi qu'a ça ! La démonstration de toute notre puissance de feu était une erreur stratégique ! On n'a eut que 156 victimes aujourd'hui, et on a réussi a leur faire peur mais ils savent maintenant de quelle puissance de feu on dispose ! Lors de la prochaine attaque, les morts ne se compteront pas en centaines mais en milliers, en dizaine de millier ! Qu'allez vous faire Amiral, vous allez vous souvenir de tous les nom de toutes les victimes en leur hommage et fuir, ou vous allez frapper maintenant un grand coup contre l'IDH pour leur montrer qu'on leur fera subir au centuple nos pertes !?

    La foule commença à réfléchir et a donner raison a Eryu. Il avait un certain charisme et savait mettre la foule de son côté. Elle était en colère. Elle réclamait secrètement la vengeance immédiate, pour ça, mais aussi pour Arédos. Surtout pour Arédos. La foule réclamait une vengeance si terrible qu’elle marquerait les esprit pour les 1000 générations a venir ! C’était dans l’esprit des guerriers, dans leur code, dans leur gènes. Mais personne ne disait rien, par respect pour l'autorité et les décision de l'Amiral. Pour sa victoire face a l’armada. Mais cela ne pouvaient duré éternellement. La patience n’était pas leur principale vertu. Ils allaient bientôt demander une véritable contre-attaque. Apanayug tenta de calmer leur ardeurs, un peux maladroitement. Il n'était pas habituer aux foules énervé. Jaina, elle, commençait déjà a être énerver. Elle ne savait pas qui c'était mais elle voyait clair dans son jeu. Il voulait prendre le contrôle de La Grande Flotte. Comprendre la foule, leur volonté caché et l'utiliser pour se faire désigner par la foule. Basique mais efficace. Pendant la création de La Grande Flotte, il à déjà voulu prendre les commandes de l'Arédia mais tous les militaire ainsi que les dirigeants et amiraux de plusieurs autres races connaissaient et avaient combattu -enfin : ils c'était plutôt fait écraser par- Apanayug. Il était assez connu des amiraux et soldats ennemis. Tous craignait de l'affronter. Les amiraux avait peur de ces connaissances en stratégie et les soldats de sa force sur le champ de bataille. Pour eux, il n'y avait personne de plus qualifier pour prendre le contrôle des forces armées mais Eryu voulait a tout prix les commandes de La Grande Flotte.

    Bastinka était aussi énerver. Eryu se servait des morts, et c'était une des 3 choses qu'il haïssait le plus.

    -Pour qui il se prend cet enfoiré ?! S'énerva Bastinka. Il se sert des morts pour un petit coup de com', et en plus en pleine cérémonie ! Bizarrement, mon bouclier veux lui parler en face à face !

    Jaina commençait a s'éloigner de ces coéquipier. Elle voulait s'approcher discrètement de lui. Aucun de ces coéquipier de remarqua que l’elfe était parti. Des erreurs commise plusieurs, et avec des issus pour le moins inconfortable.

    -Calme toi répondit Ragnar calmement. Regarde plutôt son costume et ceux des autres. Ils valent chère. Très chère analysa-t-il. Ce sont sûrement des personnes importantes ou riche. Peut être des fils de Noble, ou des Nobles. On devrait aller lui poser quelques questions. Tu pourra appliquer ta justice après, a l'abri des regards, si Jaina est d'accord, bien sûr. Tu en dis quoi Jaina ?
    Aucune réponse de la part de la jeune elfe, qui avait, comme d’habitude, agis avec ses nerfs et non sa tête. Le géant regarda a côté de lui, là ou elle devrait normalement être. Il buga pendant une seconde et la chercha du regard, un peux affolé, connaissant le phénomène, et les phénomènes qu’elle pouvait provoquer. Il la voyait se faufiler entre les personnes qui était devant elle, essayant d'atteindre Eryu.

    -Les gars déclara Ragnar a ces coéquipier, le visage un peux livide, pointant la jeune elfe du doigts. regardez la bas…

    La totalité du groupe s'exécuta tout en pensant « qu'est ce qu'il veux n ... », mais dès qu'ils virent Jaina essayant de se faufiler entre les personnes, ils bugèrent eux aussi pendant une bonne seconde. On aurait cru qu'ils étaient en train de regarder un nouveau monstre de foire. Pas ceux qui restent bien gentillement dans leur cage, mais plutôt ceux qui commence a dévorer vivant leur dresseur quand il a détourné le regard pendant une seconde. Ils avaient d’ailleurs, une bizarre impression de déjà vu. « On est foutu… » pensèrent-ils tous en même temps.

    A peine la jeune elfe fut arriver devant les cercueil qu'il avait déjà disparut. Elle chercha les enfants des yeux, mais rien.
    -Ils sont rapides pour se tirer ! Vociféra-t-elle a voix haute.
    Le reste du groupe de Jaina rejoignit vite la jeune elfe, mais au lieu de se faufiler les personnes s'écartèrent d'elle même, de peur d'être écarter « délicatement » par Ragnar. Une bonne partie des personnes qui était ici ne connaissait pas ça vrai nature, mais quand on vois un géant de 3 mètres de haut super-baraqué, on a tendance a s'écarter, pour je ne sais qu'elle raison. Ils arrivèrent rapidement près de Jaina, mais cette dernière leur dit, déçu et un peux énerver.

    -Vous arriver trop tard, ils se sont tirer…
    -On leurs posera des questions plus tard ! Répondit calmement Ragnar, content que rien n'ai dégénérer. Et, au faite, Jaina, ajouta-il, quand tu essaye d'intercepter quelqu'un, préviens nous avant ! On sait comment tu est quand quelqu'un ne te prend pas au sérieux ou quand il s'en fout…
    Elle se tourna vers Ragnar en lui faisait sont plus beau et innocent sourire et lui répondit,
    -Je ne vois pas du tout de quoi tu parle !
    -L'année dernière, tu a fracturer les jambes d'un premier ministre qui avait cru que tu faisait une blague… On a été en cavale pendant plusieurs mois, et on a du payer une amande plutôt élever pour pouvoir se tirer, sans compter les pots-de-vin pour qu’on puisse aller la payé sans devoir tabasser un flic.
    Le sourire de Jaina se crispa
    Bofur ajouta, moqueur, avec son patois de nain bourré si distinctif.
    -Il y a aussi c'général qui est aller au chiotte et qu'toi t'a cru qu'il essayait d'ce barrer… On a dut se battre contre toute les forces de polices, les gardes du corps… On a failli c'battre contre l'armée. Ç’aurait été marrant !
    Le sourire de la jeune elfe se crispa encore plus. Pour bien remuer le couteau dans la plaie, Wolfture ajouta
    -Il y a aussi cette épisode dans la station où…
    Jaina regarda Wolfture. Il s'arrêta net. Le sourire de la jeune elfe était encore plus crisper. Une envie de meurtre passa dans les beau yeux bleu de l'elfe. Jaina répondit juste
    -C'était un accident…
    Bastinka ouvrit la bouche pour essayer d'ajouter quelque chose. Jaina le regarda, avec un sourire et regard meurtrier et lui répondit aussi calmement que possible
    -Accident !

    Bastinka se ravisa. Il ne voulait pas risquer sa vie. Le coup de la station, elle y était assez sensible, après tous, ce jour là, elle avait bafouer un de ces codes : Éviter de tuer -trop- d'innocents. La délicatesse, pas un des forts de l’elfe. Ni la compassion d’ailleurs.
    Cette petite dispute avait attirer l'attention de tous le monde. Jaina avait tous les regards fixé sur elle, surtout les elfes. Elle jeta un coup d’œil a Apanayug. Il lui fit signe de dire quelque chose. Elle n'eut besoin que 3 à 4 secondes de réflexion. Elle avait déjà trouver ce qu'il fallait dire pour aider Apanayug.
    Elle dit, d'une voix forte, sur un ton mêlant l’incompréhension mêlée avec une pointe d’énervement.
    -Vous vous foutez de ma gueule ! Vous voulez leur faire subir au centuple nos pertes ?! Mais c'est déjà fait ! Pas besoin de foncer dans une station comme des bourrins. J'suis pas experte en stratégie mais ça a l'air le plan le plus con que j'ai jamais entendu ! Croyez moi, j'en ait entendu des plans cons ! Ajouta-t-elle tous en jetant des léger coup d’œil, absolument pas discret, a Bofur et Wolfture. Le publique tournèrent leur regards vers ces derniers. Ils mirent un peux de temps a les remettre. Ils étaient détesté, chacun chez leur propre espèce, mais galaxiquement reconnu pour une chose et rien d’autre. C'est eux qui avaient créer le plan « coco bango », qui tenait littéralement sur un post-it coupé en deux a la tronçonneuse. Ça se résumait a foncer contre une centaine de garde du corps sur-entraînée, sur-équipé dans une place sur-défendu, en gueulant comme des malades. Ce plan a même était élut « Pire plans de tous les temps ».
    Elle renchérit, toujours avec le même ton
    -Même eux disent que ce plan est merdique ! Pas vrais !
    -Ouais, dit Bofur
    -Totalement merdique, renchérit Wolfture

    Les civils se ravisèrent très vite. Un petit argument d’autorité. Toujours aussi efficace. On dit que quelqu’un est considéré comme expert dans un truc, et on ne fait que répéter comme un perroquet, en oubliant les 50 études qui disent le contraire. Eryu observait la scène a distance. Il ne c'était pas tiré finalement. « Elle est forte cette gamine », pensa-t-il.
    -Si on les laisse venir, on pourra les massacrer sans peine ! On a boussiler énormément de leur tas de ferrailles a ses enfoirés de ….
    Apanayug posa rapidement une main sur l’épaule de Jaina tout en disant
    -Hey Jaina, tu devrais…
    Cette dernière lui fit un rapide clin d’œil. Même lui c’était fait avoir par le numéro de Jaina. Elle était parfaitement calme. Elle ne faisait que joué un rôle. Celui de la folle énervé par la stupidité.
    Apanayug finit sa phrase
    -Tu devrais vraiment apprendre a te contrôler…
    Apanayug continua la cérémonie. Il fit faire une prière pour eux. Il ne vénérait pas Eyhé, mais beaucoup d'Arédiens -et surtout les militaires- le faisait. C'était à la fois une coutume, mais un besoin. Il prononça ces mots, a haute voix.

    « Toute ta vie a été une guerre, tu a essayer de trouver la paix chez les vivants, la bataille est fini pour toi soldat, repose toi et profite de la paix des morts »

    Après que la famille des défunts prononcèrent les derniers mot et les discours pour chacun de leur défunt. les cercueils se firent propulser dans l'espace. Quelques minutes après, tous quittèrent le Hangar.

    Fin chapitre 9
    J'espère que ça vous a plut. N'hésitez pas a me dire ce que vous en pensez.
    Et encore merci de me lire.
  16. Tonner

    Tonner changeforme schizophrène

    Chapitre 10 : Surprise !

    Quelques heures après la cérémonie, Jaina et son équipe ont continuer a travailler sur les traîtres. Sans succès. La jeune elfe était épuiser et parti se reposer dans la chambre que lui avait donner Apanayug. Elle était bien plus grande et confortable que sa chambre dans l'Asylium.

    A peine elle passa la porte, que le système d'habillage intégrer troqua ses vêtements de combat pour une tenue plus décontracté. Elle était maintenant vêtu d'un simple pyjama, mais avais toujours ses armes sur elle.
    Son sac était près de son lit. A l'intérieur il y avait tous ce dont elle avait besoin et ne pouvait se séparer. Elle s'en approcha et prit une petite amulette arborant une photo. Elle s’affala dans un des fauteuil et observa la l’image. Elle montrait Jaina et ses parents, jeune. La mère était une grande elfe, les cheveux attacher en queue de cheval, blonde aux yeux bleue, comme Jaina, comme tous les elfes en somme. Le père, juste a côté de sa femme était un humain de la même taille que la mère, brun mais avec aussi des yeux bleu très clair, quasiment blanc, assez muscler et arborant fièrement une petite barbe. Jaina, elle, était entre les deux. Elle avait le regard vide, triste, presque sans vie. La seul trace de joie sur son visage, était un léger sourire, authentique.

    La jeune elfe sera la petite amulette contre elle, se rappelant des bons moments qu'elle avait passer avec eux. Son premier anniversaire, les diverses sorties et vacances qu'ils ont fait ensemble sur diverse planète, mais surtout, la fois ou ils sont venus la chercher à l'orphelinat. Ils l'ont accueillit chez eux. Ils lui ont redonner le goût de vivre. Ils lui ont donner de l'amour. Avant ça elle avait tous perdu. Elle n'avait plus rien. Ils lui ont redonné des choses qu'elle croyait avoir perdu a jamais. Des choses qu’elle pensait ne jamais pouvoir retrouver. Mais ils ont accompli l’immense tâche de tous lui redonner. Des choses qui n’avaient plus aucun sens pour elle. Mais ils ont quand même réussis, et tous cela comptait beaucoup a ses yeux. Ce n’était pas ses parents biologique. Elle le savait. Mais elle les aimait encore plus. Avant ça, il n'y avait plus rien qui comptait pour elle. Son seul ami, dans cette orphelinat, était Apanayug qui a aussi été adopter par une famille de militaire peux de temps après, et qui, par le plus grands des hasards, habitaient juste a côté des parents adoptif de Jaina.

    Elle pleura silencieusement en repensant a ces doux moments qu'elle a passer avec ses parents. Elle voulait retourner a cette époque, avant la guerre avec l'IDH. Elle voulait retourner en enfance, pour profiter encore plus du temps qu'elle passerait avec ses parents. Mais elle ne pouvait pas. Elle resta comme ça, pleurant dans son fauteuil pendant 5minutes, puis 10minutes. Elle se calma petit à petit, jusqu’à s'arrêter complètement de pleurer. Ça lui avait fait du bien, de repenser a ses doux moments. C’est maintenant tous ce qui lui resterait de ses parents. Ses souvenirs et une photo.

    Elle rangea son amulette dans son sac et prit quelques graines avec un peux terre. Elle les enveloppas de ces deux mains, se concentra quelques minutes et les rouvrit. Les graines avait donner de jolie pousses, sentant légèrement la fraise. Jaina adorais cette odeur. Elle s'approcha de son lit, et ouvrit un petit compartiment qui était situé juste au dessus. Elle mit la petite plante dans le compartiment et sorti un petit briquet de sa poche, avant de mettre le feu a la plante. Elle regarda la plante brûler et senti une bonne odeur de fraise s'en dégager et envahir toute la pièce. Les flammes s'éteignirent très vite et la plante commença a se consumer lentement dégageant de la fumée, mais surtout l’odeur. Jaina profita de l’odeur qui se répandait dans toute la pièce. Cela lui rappeler sa maison, la bonne vielle époque, sa mère, qui elle aussi adorait cette odeur, portant souvent du parfum avec le même arôme. Mais ça lui rappelais aussi son père qui s’occupait de fabriquer toute sorte de produit avec cette plante, avec l’aide de sa femme. Après quelques secondes, Jaina referma la porte et alla s’allonger dans son lit, tournant sa tête vers le plafond.

    De légère écriture noir commencèrent à apparaître sur le métal entourant la plante. Les runes commencèrent a devenir légèrement rouge, avant de virer subitement au rouge écarlate.

    Jaina était toujours dans son lit. Elle prit une télécommande et appuya sur un bouton. Le gris acier du plafond se fit remplacer par la vue d'un ciel étoilé. Elle ferma les yeux et commença a se laissa, peu a peu, emporter dans le monde des rêves.

    A l’intérieur du compartiment, la plante recommençait a brûler. Les flammes, gagnèrent en intensité et produisirent de plus en plus de chaleur, et de fumer. On aurais dit que les flammes étaient vivantes. Jaina senti une puissante magie qui la ramena a l'instant présent. Il faisait de plus en plus chaud. Elle regarda a droite puis a gauche, affolé, ne sachant pas trop ce qu’il se passait. Elle vit que de grandes runes noir avaient commencer a recouvrir les mûrs de sa chambre. Elle regarda le sol puis le plafond. La même chose se produisait.

    -J’ai laissé tombé ma garde se dit-elle, déçu d’elle même.

    Les runes passèrent brusquement du noir profond au rouge écarlate. La chaleur monta encore d'un cran. Le métal commençait a fondre. Jaina s'entoura d'un bouclier a temps. Le métal en fusion commençait a se répandre dans toute la pièce. Elle attira son sacs et le mit sur son épaule. Son bouclier entourais désormais ce dernier. Tous le sol n'était maintenant plus que du métal fondu.

    Jaina regarda la porte. Le clavier avait fondu, mais pas la porte. Bizarrement, elle était intact, tous comme le mur qui l'abritait. Elle vit que la rune noir qui la recouvrait était un peux différente des autres. Son lit en acier commençait lui aussi a fondre. Elle regarda le mur côté porte et pensa

    « j'ai pas trop le choix ». Elle recula un peux sa main droite et visa avec sa gauche. Elle n'aurait droit qu'a un seul essais, et devait bien doser la puissance… Un petit 20 % devrait suffire. Jaina retenu sa respiration. L'air commençait a manquer dans la pièce. Jaina regarda le creux de sa main droite. Elle pensa « Quand il faut y aller ». Elle commença a dire a haute voix

    -Final…

    Quelques runes blanches commençait a apparaître sur son bras droit. Elle le déplia d'un coup tout en finissant sa phrase

    -Shot !!

    Un objet sembla heurter le mur, pliant puis perçant le métal comme si c'était une feuille de papier. Le mur juste après connut le même sort. Jaina fit un léger mouvement du bras et fut propulser directement dans le couloir. Son bouclier amorti le choc. Elle avait quelque brûlures au premier degrés mais rien de grave. Son bouclier ne la protégeait pas entièrement contre toutes choses, et si jamais il était percé, il y avait répercussion sur son corps.

    La jeune elfe se releva difficilement. Elle avait le sang qui boulonnait. Jaina elle même était impressionner. Elle avait une folle envie d'affronter l'homme qui avait fait ça. Quelqu'un avait tenter de la tuer, avec une technique plutôt étrange. Elle jeta de léger coup d’œil au plafond, a droite puis a gauche.

    Des caméras. Elle sont mal placés pensa-t-elle. Il y en a juste une autre a même pas 5 mètres. Tournées spécifiquement vers ma chambre.

    Elle se concentra une petite seconde.

    Des SP-5000 déclara-t-elle dans son esprit. Mémoire externe relié à la caméra par une connexion sécurisé analysa-t-elle. Elles sont chère. Trop chère. Et c’est même pas le bon modèle ! L’Arédia est truffer de SP-4000, mémoire externe relié par fibre optique. Un peux humiliant… pensa-t-elle. Ils croient vraiment qu’ils vont m’avoir avec ça ?! Merci, espèce d’abruti ! Tu viens de signer ton arrêt de mort ! Se réjouis-t-elle toujours dans ses pensées, non sans pouvoir s’empêcher d’arborer un large sourire.

    Les caméras tournèrent chacune dans des directions opposé, mais l’une d’elle avait toujours la chambre de Jaina en vus.

    Un garde s’approcha de la jeune elfe, prêt a se servir de son arme, mais pas contre l’elfe. Il regarda dans la pièce et vit tous le métal fondu.

    -Mademoiselle, est-ce-que ça va ?
    -Ouais, vous inquiétez pas ! Je viens juste d’échapper a une tentative de meurtre. La routine quoi ! Si j’avais reçu une pièce a chaque fois que quelqu’un avait tenter de m’assassiner…
    « Je n’aurais même pas de quoi m’achetez une bouteille de d’eau de 50cl ! » pensa-t-elle. Ils savent déjà que je suis là… Pourtant, on a été très discret cette fois-ci.
    -Ah, je vois dit le garde… Vous voulez qu’on vous accompagne en lieu sûr ?
    -Non, je connais déjà le chemin. Pas besoin de vous déranger. Et inutile de me suivre, vous ne ferriez que me gêner.

    Elle prit son sac et se dirigea vers les téléporteurs. Cette enquête allait se finir très tôt. Elle lui suffisait juste d’amener Bofur près de ces caméra et le tour était jouez. Elle saurais directement ou est diriger le signal. Ces traîtres sont peut être puissants, de véritable ordures doublé de fils de pute et d’assassin, mais en plus de tout ça, ils étaient incroyablement con ! Installé des caméras, qui ne sont même pas du même modèle que celle présent dans tous le vaisseau, il faut être incroyablement idiot. On dirait que 3 tares leur suffisait pas, ils étaient obliger d’ajouter « con » a la liste !

    Elle ne savait pas qui était derrière tous ça, mais une chose était sûr. Bientôt, elle pourrait s’amuser. Elle en avait envie. Elle en avait un besoin urgent. Elle sorti rapidement une sorte de léger boîtier qui laissait apparaître une sorte de poignée. Elle l’accrocha derrière-elle. Se promener avec une lance déployer serait un peux trop suspect.

    Fin Chapitre 10
    J'espère que ça vous a plut. N'hésitez pas a me dire ce que vous en pensez.Et encore merci de me lire.
  17. Tonner

    Tonner changeforme schizophrène

    Chapitre 11

    Les soldats qui étaient de garde étaient assez étonner de voir une elfe, couverte de brûlure, se balader en pyjama dans l'Arédia. Certain reconnu Jaina et en profitèrent pour prendre, le plus discrètement possible, quelque photo quand elle eut le dos tourner. Ces dernières, je ne sais pas pourquoi, pouvaient se vendre très chère parmi les rares fans de la jeune elfe.

    Jaina arriva très vite près des turbolifts menant au quartier des officiers. La jeune elfe s'approcha du turbolift. Un soldat l'arrêta et dit, machinalement.
    -Stop vous ne pouvez pas passer. C’est les quartier des officiers. Il vous faut une autorisation !
    La jeune elfe chercha d’une mains rapidement dans son sac. Elle se rappelait que le commandant lui avait bien donné une carte, elle devait sûrement se trouver a l’intérieur mais elle ne trouva rien. Elle posa son sac par terre et fouilla mieux, sortant deux ou trois choses, mais ne trouva absolument rien. Elle venait de se souvenir. Elle l’avait laisser sur sa table de nuit. Qu’elle idiote ! pensa-t-elle. Il faut vite que je trouve un moyen de passer…

    La jeune elfe venait de remarquer une chose. Elle n’était pas en joug alors que normalement elle devrait l’être. C’était assez bizarre, surtout pour un soldat. Ils connaissaient parfaitement les dangers du non respect des règles. C’était bien plus qu’une simple procédure, c’était une règle de sécurité.

    Un non respect de la procédure ? Pensa-t-elle. Non, il me quitte pas des yeux... Soit il est idiot et pense qu’il peut relever son arme et me tirer dessus avant que je sorte la mienne et que je le tue pensa la jeune elfe, soit il sait vaguement qui je suit et applique juste la procédure car il le faut.

    Elle fit semblant de chercher un peux plus et la jeune elfe remarqua que le soldat la fixait au mauvais endroit. Enfin, mauvais endroit, tous dépendais du point de vue.

    -Je peux vous aider a chercher… Si vous voulez ! Proposa-t-il, un peux nerveux. Je sais qui vous êtes, mais vous comprenez, les procédures…

    Un flash suivit d’un click puis d’une lumière continu, comme celle d’une lampe-torche éclaira le sac et Jaina. La jeune elfe se releva, un regard faussement réprobateur mais qui semblait si vrais pour le soldat qui dit rapidement :

    -Si on a des yeux, c’est bien pour voir !
    La jeune elfe lui sourit et lui répondit.
    -Oh, ne vous inquiétez pas, ça me dérange pas ! J’ai l’habitude…
    Le soldat pensa « Je suis sauvé. Heureusement, elle m’a pas vu la prendre en photo…Si je suit bon, elle peut rapporter gros».
    -Mais par contre, vous prenez de me prendre en photo, non ?
    Le visage du soldat deviens livide et répondit maladroitement
    -Oui, enfin non. J’aimerais bien, mais non, je n’ai rien fait !

    La jeune elfe posa sa main sur l’armure du soldat qui semblait un peux tendu et lui dit toute souriante, sans une once de colère dans le voix
    -Être maté, j’ai l’habitude. C’est un peux ce qui arrive quand on est belle. Ça ne m’énerve pas !
    Puis elle fit un léger mouvement de la main et le soldat fut propulser contre le mur.
    -Mais être prise pour une idiote ! Gueula-t-elle, énervé. Ça, Je NE supporte PAS !

    Elle refit plusieurs autre mouvement, répétant encore et encore l'opération jusqu’à que le soldat soit complètement encastre dans le mur.
    Elle s'arrêta pour demander, toujours aussi souriante mais bien plus énervé et aussi, réprobatrice.
    -Encore en vie ?
    Le soldat hocha la tête en signe d'affirmation
    -On a retenu la leçon ? Demanda-t-elle, l’air un peux plus sérieuse.
    Le soldat hocha a nouveau la tête en signe d’affirmation.
    -Bien !
    Elle fit un dernier léger mouvement, et encastra définitivement le soldat dans le mur. Il était encore en vie, mais totalement hors-combat. Le casque du soldat se brisa. Comme broyée par une force invisible.

    Elle arracha rapidement la carte présente a la ceinture du soldat et activa le turbolift. Elle se dirigea vers la chambre d'Apanayug.

    Plusieurs soldats se ruèrent vers Jaina tout en ordonnant son arrestation. Tous les officiers sortirent de leur chambre, l’air sérieux, prêt a en découdre. Jaina, elle, avait le sourire jusqu'au lèvre, et cette air d’enfant qui s’apprêtait a s’amuser a son jeu préférer. Elle s'étira rapidement les mains, toute aussi souriante.

    L'Amiral sorti de sa chambre, la tête dans le cul, arme a la main et vit que les soldats avaient Jaina en joug et que ses officiers, eux aussi, avait mis la jeune elfe en joug et était près à la tuer.

    L'Amiral ordonna d’une voix puissante.
    -Calmez vous !
    Jaina fit un signe de la main a Apanayug. Ce dernier dit simplement, agacer et fatigué.
    -Elle est avec moi ! Juste, posez vos armes. Vous posez pas de question…
    Il regarda attentivement le visage de Jaina et vis son air d’enfant et son sourire. Elle n’avait pas besoin d’en faire plus, il savait qu’elle venait de se battre mais qu’elle en voulait encore. Elle ne lui avait encore rien dit, mais cela avait quelque chose a voir avec son enquête. Cela se voyait avec le sourire qu'elle avait jusqu'au lèvre et qu'elle avait encore oublier de ce changer. Il lui fit signe de venir. Elle hésita une petite seconde. Elle avait vraiment envie de se battre. Elle finit par rejoindre Apanayug dans sa chambre.

    Jaina raconta a Apanayug ce qui c'était passer mais omis volontairement les caméras. Pendant tous son récit, elle avait l'air du gamine excité le soir de Noël. Elle avait envie de le tuer, mais le commandant sentait bien qu'elle ne voulait pas que se battre. Elle voulait aussi « s'amuser » avec lui, et le commandant savait ce que « s’amuser » signifiait pour l’elfe. Le jeune Amiral n'était pas aussi excité que Jaina. Il avait peur pour elle. Quelqu'un avait essayer de la tuer. Dans son propre vaisseau. Sur sons propre terrain. Sous sons propre toit ! Cela ne saurais rester impunie ! Dès que Jaina eut fini de raconter son histoire, Apanayug prit la parole.

    -Et merde fit-il, énerver. Ils savent déjà que tu mène une enquête sur eux ! Je n’ai parlé a personne de ça ! Ils doivent avoir deviner tous seuls… Ils essayent de te décourager !
    -Mais tu me connais Apa fit la jeune elfe, toute excité ça m’encourage encore plus a découvrir qui c’est ! Je vais les trouver ! finit-t-elle totalement enjoué, le sourire au lèvres et le regard pétillant de malice et de vice.
    -Peut être qu’ils essayent de t’encourager a continuer leur enquête alors ! répondit-il, sarcastique. Une pratique très courante chez les criminels ! Ils veulent être arrêter !
    -Oui, c’est vrais ajouta la jeune elfe un peux amusé. D’ailleurs, ils adorent faire tomber la savonnette dans les douches !
    -Une pratique très courante ! Ajouta l’amiral, lui aussi un peux amusé. Mais c’est quand même dommage que tu n’ai pas accepter de d’installer prêt d’un carrefour commença l’Amiral, a nouveau sérieux. On aurais facilement put voir qui a put entrer dans ta chambre sans problème ! La, en plein milieu d’un couloir très peux fréquenté, il n’y a que très peux de caméra, et pas les meilleurs !

    Jaina venait de tiqué sur cette dernière phrase. Il ne devrait y avoir que quelques caméra éco+ dans son couloir, pas le dernier cri. Cela confirmer bien sa théorie. Mais si ils avaient accès a ce genre d’appareil très coûteux, il fallait se méfier de tout… Jaina dit, en feignant parfaitement la surprise.
    -Quoi ! Il y a des caméras dans les couloirs ?! Je ne les ait jamais vus ! J’imagine que vous utilisez des fils et que vous enregistrer tout sur des supports externe ?
    -Bien sûr !
    -Tant mieux ! J’avais pas envie de me cassez le cul a les chercher et a prendre manuellement leur mémoire intégrer. Trop chiant.

    Le commandant sourit. Elle n’avait vraiment pas changer, toujours aussi fainéante ! Pensa-t-il. L’Amiral se leva et se dirigea vers son bureau. Il attrapa le communicateur et fit venir une escouade de soldat. Il ordonna aux soldats de raccompagner la jeune elfe dans son vaisseau, non sans mentionner que, je cite « si elle se fait blesser, je vous jure que je vous balance a poil dans l'espace ». Pour Apanayug, cela devenait personnelle. Il s’occuperait de cette affaire demain, après son rendez-vous avez Eryu. Il avait deux mots a lui dire sur son comportement a la cérémonie. Il dit aussi a Jaina de revenir demain, après le rendez-vous avec le Noble Eryu. Ce rendez-vous n’était pas tomber dans l’oreille d’une sourde. Les nobles était assez lié aux généraux, maréchaux et Hauts amiraux, les surveillant de près, en plus de souvent prêter de l’argent au peuple tous en s’assurant que le gouvernement n’ai pas trop de dettes, en plus de faire respecter les valeurs Arédienne dans la société, en plus de devoir protéger leur clans. En gros, ils croulaient sous le travail mais aussi sous les informations. Si l’ancien gouvernement arédien avait des preuves ou des indices de la présence de traître de personne qui pourrait l’être, c’était les Nobles qui faut aller voir.

    Jaina put rentrer jusqu’à son vaisseau sans encombre avec la troupe de soldats. Ces derniers devaient rester a l’extérieur, ordre de Jaina, sinon elle se débarrasserait d’eux. Bizarrement, Ils n’eurent aucun mal a la croire. A peine a l’intérieur, elle réveilla tous ses membre d’équipage. Tous sortirent de leur chambre, épuisé, la tête dans le cul.
    -Bon, on change notre programme pour demain ! Annonça la jeune elfe.
    Wolfture émit quelques grognement
    -Sérieux ! Tu nous a réveiller pour ça ?! Il est 3h00 du mat’ T’aurais put attendre !
    Jaina fit quelques signes anodins tout en lui répondant
    -Désolez, j’ai pas put attendre…

    Pour quelqu’un qui n’était pas habituer au groupe, ces signes n’était que de gestes anodins, sans aucune signification. Mais pour le groupe, de véritable message codé.

    Le nain se concentra quelques instants et dit, avec son patois si distinctif
    -C’est bon ! Personne nous observe ou nous enregistre ! Mes nanites ont tout scannés et déconnecter dans un rayon d’500Mètres et aucun dispositif d’écoute dans cet pièce. D’toute façon, j’ai activé l’système d’lévitation interne d’la salle et vidé tout l’air entre notre salle et la parois. Bonne chance a celui qu’il veux nous écouter !
    -On aurais put faire ça demain ! s’énerva rapidement Wolfture. Si t’a rien a me dire, je retourne me coucher. Bonne nuit !
    Snigna vit Wolfture repartir dans chambre et dit aussitôt
    -Du même avis que lui ! Bonne nuit !
    La jeune femme repartit dans sa chambre. Ragnar, Bastinka et Bofur regardèrent la jeune elfe et lui demandèrent
    -On est concerné par le changement de demain ?
    -Seulement toi Bofur, et toi aussi Ragnar. Je veux que vous alliez près ma chambre dans l’Arédia. Du moins, ce qu’il en reste. Il y a une caméra SP-5000. Prenez quand même quelques affaires, pour pas que ça fasse trop suspect !
    -Ca marche ! Dit Ragnar
    -Ouais, ouais, j’ai compris… fit le nain.

    Le géant et le nain rentrèrent dans leur chambre et Jaina se dirigea dans la sienne. Ça en serait bientôt fini des traîtres. Pour le moment, elle devait juste reprendre quelques forces. Le combat allait s’annoncer rudes.

    Fin Chapitre 11
    J'espère que ça vous a plut. N'hésitez pas a me dire ce que vous en pensez.
    Et encore merci de me lire.
  18. Tonner

    Tonner changeforme schizophrène

    Chapitre 12

    Jaina se réveilla en même temps que le reste de son équipage. Elle était requinquer de sa nuit agiter de hier soir. Pendant qu’elle était en train de manger, elle chercher des informations sur Eryu. Un sourire se dessina. C’était celui qui était a la cérémonie. Il n’avait peut être jamais quitté le hangar… D’après les informations qu’elle avait, Eryu adorait regarder les résultats de ce qu’il semait, et il n’allait pas être déçu ! Tout ce qu’elle devrait faire, c’est garder le rôle qu’elle avait jouer dans le hangar et en profiter pour l’énerver un peux.

    Jaina alla dans la chambre de Snigna. Avant que cette dernière ne parte chercher des provisions avec Wolfture, elle lui avait demander si elle pouvait lui emprunter quelques vêtements. Tous était rester dans l’Arédia. A peine eut-elle ouvrit la porte qu’elle ne fut pas étonner de voir toutes les armes suspendu, ou dans des racks. Il y en avait de toute sorte. Ça allait du fusil mitrailleurs au lances-grenades en passant par les gatling portable. La seule arme qui n’était pas dans un casier était l’arme dans le lit. Un fusil de sniper coloré en violet, avec juste a côté une peluche qui avait l’air très vieil, et sale. Juste a côté, il y avait un bureau avec toute sorte d’outil et une arme démonté dessus ainsi que plusieurs autres appareils. Snigna aimée modifier et améliorer elle-même ses armes. L’elfe se dirigea vers ce qui devait être une armoire. Elle attrapa quelques vêtements au hasards et les enfila. Elle se baissa et déplaça quelques caisse remplis de grenades et autres appareils et prit une paire de rangers. Elle s’ajustèrent automatiquement a la taille de l’elfe. Elle remit les caisses en places et sortie de la chambre.

    On entendu un homme hurler dehors. Jaina et le reste de l’équipe sortirent et virent tous les gardes, étaler dans leur propres sang, leur manquant des membres. Wolfture se tenait près de Snigna, toujours dans sa forme humaine, mais avec ses griffes sortis, pleine de sang. Il allait les finir quand Snigna arrêta son bras. La jeune elfe se rua vers les soldat et analysa rapidement leur états.

    Elle se tourna vers Wolfture et lui dit, soulager.
    -Ils sont encore en vie.
    Elle regarda un peux mieux et vit que l’armure qu’il portait avait très bien arrêter les coups de griffes. Sans elle, il serait déjà mort. C’était aussi le cas pour les autres soldat. De grosses marques de griffures était présente sur la partie supérieur, très proche du cœur. Le soldat était en vie, mais l’armure était laminé. Il n'y était pas aller de main morte. Il avait griffer pour tuer. Aucune hésitation.

    -Tu pense pas que tu y aller un peux fort ? La retenu, tu connait ? Fit Bastinka, réprobateur.
    -Non répondit simplement l’homme loup, un peux énervé.
    Bastinka s’approcha de Jaina et lui dit
    -Je vais prévenir l’hôpital…
    -Ouais, et moi je vais aller voir Apa. Il ne va pas aimer que Wolfture les ait abîmer comme ça…
    -Ils ont du faire un trucks déplacer envers Snigna pour que Wolfture les massacre autant fit Bastinka. J’ai juste vu les deux soldat s’approcher, et ensuite, il les a massacrer.

    Jaina se dirigea vers les téléporteurs. Elle devrait trouver très vite quelques mensonges convaincant, parce que là, soit elle désamorçais la situation, soit Apanayug voudrait corriger Wolfture et elle aimerait vraiment éviter que ces deux là ce battent. Elle ne connaissait que trop bien la force des deux hommes. Si un combat venait a éclater entre ces deux là, il y aurait un mort. C’était sûr. Et c’était la dernière chose au monde qu’elle voulait, surtout a ce moment là. Elle avait déjà perdu ses parents et sa sœur. Elle ne pouvait pas perdre une personne de plus. Elle ne le permettrait pas.


    Fin Chapitre 12
    J'espère que ça vous a plut. N'hésitez pas a me dire ce que vous en pensez.
    Et encore merci de me lire.
  19. Tonner

    Tonner changeforme schizophrène

    Chapitre 13

    Apanayug attendait Eryu dans son bureau. Il avait eut du mal a dormir la nuit dernière. Il était bien trop inquiet pour trouver le sommeil. Un type avait attaqué et blesser sa plus vielle amie dans son propre vaisseau. Il n’avait pas fait preuve d’assez de vigilance, et ça il ne pourrait jamais se le pardonner.

    Eryu entra, vêtu de son habituel costard-cravate. Son fils Liosor attendait dehors. Il le suivait partout comme un chien.
    -Ce que vous avez fait hier est inacceptable fit Apanayug, écrasé par la fatigue, mais aussi énervé en se rappelant du comportement du Noble.
    La pièce s'emplit rapidement d'une odeur de livre neuf. Seul Eryu pouvait la sentir. Le jeune Amiral, lui, ne remarqua rien. La fatigue se faisait bien trop ressentir. Le vieil humain avait un air faussement ignorant quand Apanayug lui posât sa question.

    -De quoi vous voulez parler ? Demanda innocemment le Noble.
    -De votre comportement ! Vous avez essayez de saper mon autorité ?! Bon sang ! Avant-hier, vous me souteniez, et maintenant vous remettez en doute mon autorité ! Il se passe quoi dans votre tête ?!
    -Je n'essayez pas de saper votre autorité répondit calmement Eryu. Je ne faisait qu’émettre quelques proposition, voila tous.
    -émettre des propositions ?! s’énerva rapidement l’Amiral. Non, vous êtes clairement positionné contre moi, contre mon autorité ! Alors, dite moi, êtes vous avec ou contre moi ?

    Le Noble regarda l’Amiral droit dans les yeux et dit, honnêtement.

    -Je suis avec vous, Amiral. Je ne faisait juste que vous tester ! Je voudrais savoir comment vous alliez géré une foule en colère. Pas beaucoup de succès…
    -Attendez, fit l’amiral ne sachant plus trop ou il en était. Vous m’avez tester ? Vous avez risquer que les personnes demandes une attaque pour un test ?
    -Oui répondit le Noble, du tac au tac. Vous avez vraiment les compétence pour diriger cette flotte, mais il vous manque une chose avoua le Noble. De l'expérience en politique ! Je voulais vous faire voire deux chose, la première, que c'est facile de remettre en question votre autorité suite a une bataille, et que les gens sont près a suivre, que vous soyez victorieux ou perdants du temps qu'il y a des pertes, et ensuite que je ferais un meilleur commandant que vous.
    -Ah oui ? Et pourquoi ça ?

    Eryu répondit tout aussi calmement.

    -Parce que je suis bon en politique. Les membres des autres espèces essayeront de prendre le commandement, et n'oubliez pas que vous n’êtes plus sur Arédos. Ce ne sont plus les mêmes règles qui s'applique ! Les Arédiens vous seront toujours fidèle, du tant que vous êtes le plus fort, mais pour ce qui est des autres espèces, c'est a celui qui parle le mieux ou a celui qui est le plus riche, tous dépends.

    Le jeune commandant demanda sérieusement
    -Et alors ? Que proposez vous ?
    -Un marché. Fit simplement le Noble. On coupe le commandement en deux. Je gérerais la politique et vous l'armée. Vous ne pouvez pas gérer les deux en même temps.
    Le Noble pointa son propre œil tous en disant
    -Et ça se voit que vous êtes a deux doigts de vous effondrer de fatigue, Amiral.

    Il reçu un appel sur son communicateur avec qu’il n’ait put répondre. Il regarda vite fait. C'était l'infirmerie. Il fit signe d'attendre. Il activa le visuel tout en demandant

    -Il se passe quoi ?
    Le docteur était couvert de sang. Il enleva ses gants tout en disant
    -Certain de vos soldats ont été gravement blesser.
    -QUOI ?! Cria Apanayug, n’en croyant pas ses oreilles.
    Le docteur tourna la caméra tout en disant
    -Voyez par vous même !
    C'était les soldats qui devait garder un œil sur Jaina. Ils étaient dans un état critique. Un perfusion dans le bras, en train de se faire rafistoler dans un tube en verre. Le docteur avança la caméra vers celui qui avait déjà était soignez.. Si on le comparé aux autres, il était en relativement bon état. Il lui manquait juste un bras, qu'on était en train de lui remettre. Ou du moins, ils essayaient.
    -Que c'est-il passer ?! demanda l'Amiral, inquiet.
    -Un monstre ! répondit le soldat. Le petit brun, c’est un malade ! On était en train de monter la garde devant le vaisseau et puis, il y avait cette humaine, une brune, très mignonne, qui est sorti du vaisseau avec ce cinglé. Alfred a voulut l’aborder, lui faire une petite blague quoi. Il c’est approcher d’elle et lui a dit « Vous êtes en état d’arrestation pour délit de beauté ». Il a sorti ces menottes et a dit « Voudrez-vous m’accompagnez au poste ? » La fille avait l’air effrayer, elle s'est mis derrière ce malade, mais avant qu’il puisse dire que c’était une blague, ce cinglé lui avait trancher les deux bras et a essayé de détruire son cœur. On a essayer de l’arrêter mais il nous a tous massacrer. En moins quelques secondes. On a pas compris ce qui c’était passé. Si l'humaine avait pas retenu son bras, je serais mort ! Je suis sûr que c’était un loup-garou. Il a juste sorti ses griffes et nous a massacrer sans pitié !

    Apanayug n'en croyait pas ses oreilles. Il savait déjà de qui il s'agissait. Il allait lui mettre la raclé de sa vie, juste pour la forme.
    Le docteur s'approcha d'un autre patient. Une doctoresse prit la caméra et la pointa sur un lit vide tout en disant.
    -Cette elfe s'en est aussi sorti, mais il y a des points chez elle qui ma frustrer. Je ne sais plus ce que c'est, j'arrive pas a m'en rappeler. Ça aussi c'est frustrant !
    Apanayug était a la fois en colère pour ses soldat, et soulager pour cette elfe. Un mélange des deux faisait apparaître une expression assez bizarre sur son visage. Il n'avait pas voulu le dire a Jaina. Il ne savait pas si elle allait s'en sortir et ne voulait pas donner de faux espoir son amie.

    Il dit simplement a la doctoresse, soulager.
    -Ne vous inquiétez pas, c'est normal. Je m'occupe du reste.
    -Il se passe quoi ? Demanda Eryu
    Apanayug lui expliqua tout. Il considérais qu'il pouvait lui faire totalement confiance. Après tout, aucun Noble n'a trahi Arédos. Il n'y avait aucune chance pour qu'il soit un traître. Il en veut pour preuve, que quand un des Nobles fut capturé au début de la guerre, l'IDH le tortura. Ils diffusèrent en directe une scène. Le Noble, pour arrêter la torture devait juste dire au Arédiens de se rendre. Il n'était pas dupe, et au lieu de demander l'arrêt du combat, il encouragea ses compatriotes a le continuer. Plusieurs jours plus tard, l'IDH diffusa une vidéo ou ce même Noble se faisait brûler vivant pour hérésie. Et cet homme était le grand-père de Eryu.


    Fin Chapitre 13
    J'espère que ça vous a plut. N'hésitez pas a me dire ce que vous en pensez.
    Et encore merci de me lire.
  20. Tonner

    Tonner changeforme schizophrène

    Chapitre 14

    Liosor attendait toujours dehors. Une jeune femme, une elfe, vêtu d'une robe qui couvrait une bonne partie de son corps, avec des manches plus courtes que l'autre. Elle était assez jolie, bien qu'elle affichait quelques rides, bien visible.
    -Éloignez vous… commença Liosor
    La vielle femme dit juste un mot, et Liosor ne pouvait s'empêcher de lui obéir. Il la suivit, s’éloignant du bureau, sans opposé la moindre résistance.
    Jaina, en même temps marchait en direction du bureau de Apanayug. Quand elle vit la vielle elfe, elle n'en croyait pas ses yeux. Elle a survécu se dit-elle. Sa sœur avait survécu ! Elle ne put s'empêcher de courir vers elle et de l'enlacer de toute ses forces a la seconde ou leurs regards se croisèrent. Elle ne laissa pas une seule chance a sa sœur de ce libérer de son étreinte, y mettant toute sa force. Jaina en avait les larmes au yeux. A ce moment, elle était la plus heureuse du monde. Byhé, sa sœur, ne dit rien. Elle se contenta elle aussi d'enlacer sa petite sœur, avec un petit sourire très affectueux et un regards plein de compassion mais qui semblait aussi demander le pardon de la jeune elfe.
    Eryu et Apanayug sortirent du bureau, côte à côte.
    -Liosor peut sûrement vous aider commença le Noble. Il en connaît un rayon sur les runes ! C’est celui qui les a le plus étudiez… Vous devrez aussi fouiller l’intégralité du vaisseau a la recherche d'explosif.
    -Déjà fait répondit l’Amiral. On a rien trouver.
    Eryu dit, tout en souriant
    -Vous avez vérifier dans les murs ?
    -Partout répondit l’Amiral. Jusque dans les moindres recoins. Même les poussière ont été examiné ! plaisant-t-il.

    Eryu remarqua que Liosor était en train de regarder les deux elfes s'enlacer. Il était comme perdu dans le vide, regardant béatement les deux elfes, ou plutôt la vielle elfe, sans dire mot. Son père s'approcha et lui mit une grosse calbote tout en disant, avec un ton moqueur mais un peux autoritaire.
    -Arrête de baver !
    Liosor sembla sortir d’un profond sommeil, et failli tomber par terre. Il ne savait plus trop ou il était, il regarda autour de lui, un peux apeuré. Il essaya d’articuler des mots, mais seul des sons incompréhensible sorti de sa bouche. Jaina se retourna, brusquement, entendants les étranges bruits.
    -Gamine tu… commença Eryu
    Jaina ne fit pas attention a lui.
    -Ah Salut Apa fit-elle en direction de l’Amiral, ignorant complètement le Noble juste devant elle. Désolé ! Wolfture a abîmé un peux ta chair a canon… Il part un peux au quart de tour fini-t-elle par avouer, a peine désolé.
    -Il a massacrer une troupe entière de soldats a cause d’une mauvaise blague ! Répondit l’Amiral, bien plus agacer qu’énerver. Une tentative de drague, bon, ok minable, sans imagination ni tact, mais c’était juste de la drague ! Ça mérite pas la mort ! s’emporta-t-il.
    -Au moins on peux dire que le ridicule peux tuer ! plaisant-t-elle
    -Je vais devoir m'expliquer en face a face avec lui… déclara l’Amiral, bien plus froidement. Et toi tu devrais aussi le contrôler un peux, ou encore mieux, le virer ! Il est bien trop dangereux !
    -Il hors de question que je vire Wolfture rétorqua-t-elle, plus sérieuse que jamais. Je le connais depuis bien trop longtemps ! Et puis, c’est pas de ma faute si tes soldats l’ont énerver ! Et si je dois virer tous ceux qui sont dangereux dans mon équipe, alors autant virer tous le monde !
    -C’est pas ce que je voulais dire… commença l’Amiral. Ce type, il a aucun contrôle ! La, il l’a fait pour de la drague minable ! Imagine si, je ne sais pas, c’était toi qui l’avait énerver pour une quelconques raison !

    Eryu était vraiment énerver. D’habitude, tous le monde le remarquait dès le premier coups d’oeil. Même les peux de personne irrespectueuse envers lui faisaient l’effort de le regarder. Mais là, cette elfe se disputait avec son ami, en l’ignorant complètement. Une odeur de livre neuf commença a occuper toute la pièce. Byhé commença a la sentir. Les autres ne remarquèrent rien.
    -hey, gamine ! Fit-il, énervé en direction de la jeune elfe.
    Jaina n'écoutais toujours rien. L'odeur de livre se faisait de plus en plus présente. Apanayug commença lui aussi a remarquer cette odeur. Liosor était maintenant effrayer. Il ressentait toute la puissance de son père. Il n'avait qu'une envie, c'était de fuir. Les autres ne ressentirent rien. C’est a peine si ils remarquaient sa présence. Eryu avait le visage déformer par la frustration. Il s'approcha de Jaina, tout en criant
    -Hey Gamine, tu m'écoute !
    Jaina arrêta de s’engueuler avec Apanayug. Elle tourna sa tête vers Eryu qui était en train de se dire « Maintenant, elle va me reconnaître et m'écouter ! Les gosses de nos jours, je vous jures ! ». Mais l’elfe ne le reconnut pas. Son visage déformé par la colère était méconnaissable. Même son fils ne reconnaissait pas son père. On aurait dit un démon, avec ce même regards qui te promet une éternité de souffrance et de violence.
    -Tu ne vois pas que je discute ? Répondit l’elfe, agacer et assez dédaigneuse.
    Eryu s'approcha vraiment énerver. Le visage encore plus déformer par la colère, mais se contrôlant parfaitement. Jaina lui dit avec le même ton agacer
    -Bouge, tu vois pas que tu me gêne ! Bon, alors je te disais…
    L'odeur de livre s'amplifia. Tous le monde pouvait la sentir. L'aura écrasante qu’émettait Eryu effraya plus que jamais son fils, et Apanayug commença a ressentir quelque picotement dans sa main mais aussi dans tous son être sans le déranger outre mesure. Mais cela ne fit rien a Jaina ou Byhé. Elles ne sourcillèrent même pas. Eryu serra les dents. Il serra ses poings. Son corps émit une légère lumière blanche, s'échappant comme des panache de vapeur. L'odeur de livre était maintenant encore plus présente. Liosor recula, de peur. Son père était décidément un monstre, tout comme ces elfes ou cet Amiral. Comment faisaient-ils pour résister a ça ?

    Jaina fit cette remarque
    -Il brille…
    Eryu émit un sourire « Ça commence a faire effet ».
    Jaina pouffa de rire avant de dire
    -C'est ça ton pouvoir ? Pouvoir faire briller ton corps. Tu a vraiment pas eut de chance a la naissance toi !
    Eryu était vraiment énerver là. Ses poings se relâchèrent, mais son visage avait une tous autre expression, mais son regards restait le même.
    Byhé enlaça Jaina par derrière, tout en souriant a Eryu.
    Une légère odeur de vieux livre s'éleva dans les airs. Elle était encore plus écrasante que la première. L'odeur du livre neuf s'estompa peux a peux et fut remplacer par celle du vieux. Une légère lumière marron enveloppa les deux femmes, a peine perceptible. Seul Eryu l'avait remarquer. Jaina, elle ne vit rien. Byhé déposa un baiser sur la joue de Jaina tout en levant la main, laissant s’échapper de la fumée formant la phrase
    -Tu n'a pas intérêt a toucher a ma petite sœur !
    Liosor était impressionner par Byhé. Il ne savait pas pourquoi, mais a ce moment, il éprouvait la même fascination et peur que son père arrivait parfois a faire ressentir. L'odeur du livre neuf rempli un peux plus la pièce. Jaina dit, un peux amuser
    -Tu n’a pas besoin de me protéger. En plus, il en est vraiment fière de sa petite lumière !
    Eryu et Byhé se regardèrent droit dans les yeux. Eryu arrêta au bout de quelques secondes. Ce n’était pas vraiment une menace pour lui. Elle inspirait plutôt le respect et l'humilité. Il regarda a nouveau Jaina envelopper par cette aura marron. Elle continuait a agir normalement.
    Eryu desserra ses poings et les dents. Il tendit sa main vers Jaina
    -Désolé de mettre emporté. Je suis Eryu Dedieus, ravis de faire votre connaissance, gamine.
    Jaina lui serra la main.
    Elle avait l'air de réfléchir.
    -Eryu dit-elle a voix haute, surprise. Vous êtes le type qui a supporter Snigna y'a longtemps ! Je vous ait déjà vu vite fait lors de votre conférence pour la défendre ! Vous avez beaucoup changé ! Elle chercher a vous remercier. En ce moment, elle est dans l’Asylium.
    -C'était il y a 400ans répondit le Noble. Je suis devenu le chef des Nobles Humains depuis…
    -Ha désolé répondit l’elfe un peux gêner. j'en avais jamais entendu parler… Mais j'aurais quelques questions a vous poser !
    Il fit un large sourire tout en disant, pour essayer de changer de sujet
    -L'Amiral m'a dit qu'on a essayer de vous tuer et que vous avez retrouvez des écritures étranges. Sûrement des runes avancé ! Je ne vois que ça ! Liosor peut certainement vous aider. Je répondrais a vos questions plus tard. Puis Il s’approcha de la tête de la jeune elfe tout en lui disant
    -arrête de jouer la sotte. Ce rôle ne te vas pas du tout.

    Eryu se tourna ensuite vers Liosor. Ce dernier était encore un peux secouer par les chose étrange qui venait de se passer. Son père avait renoncer a se battre contre cette elfe. Pourtant, cela se voyait que Byhé n'était clairement pas une guerrière.
    -Suit ces elfes ordonna le Noble a son fils. Tes connaissances leur seront utiles !
    Il se tourna ensuite vers Apanayug. Il se mit au garde a vous et quitta ensuite le couloir. L'amiral, reçut un appel de son premier officier. Il devait se rendre immédiatement sur la passerelle ; laissant les deux elfes avec le jeune humain en costard-cravate.

    Liosor suivit les deux elfes jusqu’à la chambre de Jaina. Le jeune homme n'en croyait pas ses yeux. Le métal était complètement fondu. Il fallait monter la température a plus de 5000 degrés pour faire fondre ces plaques. Et encore, il aurait fallu plusieurs heures ! Des runes avaient été utilisé, c’était sûr. Même pas besoin d’inspecter méticuleusement la chambre. Le jeune humain et Byhé s'approchèrent des plaques de métal et ils les examinèrent attentivement, cherchant pour la moindre traces. Il ne fallut que quelques minutes au jeunes hommes pour trouver les premiers indices. Les runes étiaent encore parfaitement lisible. Il les examina attentivement. Byhé, lui tira la manche puis elle tendit sa main. De la fumée en sorti pour former une phrase « Rune Erthrienne » (Pour faire plus simple, maintenant, on va dire « elle dit ».)
    -Vous étudiez les runes ! Dit le jeune homme, étonné, en direction de la vielle elfe.
    Elle fit un oui de la tête.
    Liosor était a la limite de sauté de joie. Les personnes s'intéressant aux runes étaient rares ! Il dit a Byhé
    -Il faudra qu'on en parle après !
    Byhé répondit par un léger oui de la tête.

    Liosor posa sa main sur la rune. De petite gerbe de flammes bleu foncé sortirent de sa main et embrassèrent la rune. Elle commençait a prendre une couleur rougeâtre avant de virer au magenta. Le métal commençait a fondre avant de se solidifier. Après quelques instant d'instabilité, la rune vira du magenta a un bleu claire. D'autres flammes sortirent de la main de Liosor modifiant la rune.
    -Ça devrait suffire… fit le jeune homme.
    Il se concentra et enflamma complètement la rune. Elle disparut. On entendu crier dans le couloir.
    Byhé et Liosor n'eurent même pas le temps d'agir que Jaina était déjà parti a une vitesse prodigieuse. Il ne fallut pas beaucoup de temps pour que les cris de douleurs cessent. Malheureusement pour notre homme, il avait déjà été attraper par Jaina. Il était au sol, en train de se faire aider par un soldat a se relevé. La jeune elfe était déjà en position de combat. Un autre soldat tenta d'éloigner Jaina, ne sachant pas pourquoi elle faisait tous ça. L'homme qui avait crier, était quand a lui vêtu d'un uniforme de technicien, reconnaissable par sa couleur orange et tous les équipements sur lui. Dès qu'il se releva, il croisa le regard de Jaina et il ne put s'empêcher de dire, un peux essouffler.
    -Tu est vraiment balèze toi ! Tu échappe a ma tentative d'assassinat puis tu retourne ma rune contre moi ! Ou t'a appris tous ça ?
    Les soldats commencèrent mirent en joug le technicien, près a tirer. Ils ne savaient pas ce qu'il se passait, ni qui c'était, mais leur devoir de soldat leur disait de l'arrêter.
    -Le coup de la rune, c'est pas moi répondit l'elfe. Je t'ai juste entendu crier ! Et crois moi, ce n'est que le début fini-t-elle, souriante, l'air d'une folle.
    La moitié des soldats changèrent de cible et ils braquèrent maintenant Jaina.
    -On bute qui ? Demanda l'un des soldat a ses coéquipiers, ne sachant pas sur qui tirer. D'un côté le premier avait tenté de tuer le second, mais de l'autre côté, le second voulait torturer le premier. Ses confrère haussèrent lui répondirent par un haussement d'épaule, ne sachant vraiment pas comment réagir. Tuer les deux ou jouer a pile ou face ?
    -C'est plutôt toi qui va crier… fit le technicien en enlevant ses gants. Prépare toi a souffrir !
    -Et si on les laissait se démerder ? Proposa un soldat. Les autres réfléchirent une seconde et rejoignirent l'avis de leur frère d'arme et s'éloignèrent des deux combattant qui était près a en découdre.

    Jaina souriait. Elle avait sentit la puissance de cette homme a travers ses runes. Il devait être encore plus puissant. Une personne capable de la mettre dans une telle situation, il y en avait pas un million. Elle avait l'habitude d'affronter les personnes plus puissantes qu'elle.Mais c'est ce qu'elle aimait, le défi mais aussi ce sentiment de puissance qui l’envahissait quand elle mettait a terre et tuer de puissantes personnes. C'était sa drogue.

    Jaina prit un court bâton accrocher a son boîtier et appuya sur un bouton. L’objet se déploya pour former une lance. Jaina se mit en garde, près a saisir la moindre occasion de frapper, mais aussi pour bloquer chaque tentative d'assaut. L'homme fit de même mais avec ses mains. Il mit ses paume en avant. Tout se passa en un éclair. L'homme amorça deux long mouvement horizontale avec ses bras. Jaina en profita pour se propulser et donner un violent coup de lance, coupant directement le bras de son adversaire. Ce dernier était surpris. La chaleur augmenta brusquement. Jaina recula d'un coup avant de se faire réduire en cendre par cette chaleur infernale. Elle ne pourrait pas le combattre au corps a corps. Qu'a cela ne tienne. Elle allait le combattre a distance ! 5 autres court bâton sortirent de son boîtier et se déployèrent pour former d’autre lance. Jaina fit un léger mouvement de la main et les 5 lances foncèrent sur son ennemi. L'homme toucha le mur et fit un large mouvement du bras. Le métal fondu se déplaça comme pour former un bouclier puis le métal se re-solidifia avant que que les lances ne purent l'atteindre. Je dois faire attention pensa Jaina. il n’émet pas simplement de la chaleur, il peut aussi contrôler tous ce qui fonds. Jaina observa longuement son adversaire, tentant d'analyser un peux tout. Elle était en très mauvaise posture. Ce couloir, c'était un terrain de combat parfait pour son pouvoir.
    -Si je ne fait pas attention, pensa-t-elle je suis morte. Je dois trouver un moyen pour pouvoir le toucher… Mes lances ne peuvent pas l'atteindre et il peux se former des boucliers en acier…

    La jeune elfe observa un peux autour d'elle. Elle ressentait la chaleur jusqu’à elle, suant a grosse goûte alors qu'elle n'avait quasiment rien fait. Elle commençait déjà a être essouffler. Son corps donnait tous pour la garder un peux au frais malgré son bouclier qui l'entourait et qui, en ce moment, était réglé pour la protéger un maximum de la chaleur. Mais même avec ça, elle crevait de chaud. Les elfes n'était pas des créatures habitué a vivre dans des chaleurs suffocantes.
    -On dirais qu’il ne peut exercer son contrôle que sur quelques mètres constata très rapidement l'elfe sinon il m’aurais déjà attaqué par surprise d'absolument partout. Si je m’approche trop, il pourra facilement n’empaler de tous les côtés et si je n’agis pas vite, je vais cuire sur place…
    La jeune elfe fit quelques mouvements de doigts très discrets.
    Le technicien observa pendant quelques secondes le visage de Jaina. Il remarqua qu’elle était en train de réfléchir. Il fit un grand sourire et attaqua de front. Les parois du couloir fondirent tout autour de lui pendant sa course effréné. Jaina fit un léger mouvement de la main. Plusieurs objets semblèrent heurter le technicien, le repoussant et l’éraflant. L’humain se recouvrit d’un bulle de métal en fusion avant de la refroidir.

    Jaina était un peux dérouter. Il avait survécu a plusieurs mini-lances. On dirais que son pouvoir lui donne aussi une certaine résistance physique pensa l'elfe qui jeta de rapide coup d’œil aux parois. Le plafond était bien solide, ainsi que les murs et la température commençait a diminuer. Elle regarda ensuite le sol. De léger volute de vapeur rouge en émanait, quasiment imperceptible. La jeune elfe remarqua aussi un légère odeur de souffre. Elle se mit en garde par précaution, observant attentivement le sol et la bulle de fer. Au bout de quelques secondes, le sol commençait a devenir liquide. Jaina se propulsa près de la bulle de fer puis la toucha avant de se repropulser a bonne distance. L’opération n’avait durer qu’une seule seconde, mais c'était suffisant. La bulle de fer commençait a fondre. Le technicien passa au travers comme si de rien n’était. Il tendit la main vers Jaina et tout le métal fondu fondirent sur la jeune elfe. Un bouclier faisant la largeur et la hauteur du couloir arrêta tout le métal a moins de 1 mètres de Jaina, non sans subir quelques petit craquelures, qui arrachèrent difficilement quelques ralement a l'elfe. L'homme s'approcha pas a pas. L'elfe se repropusla plus en arrières, par sécurité. Elle tendit sa main droite puis refermât son poing. Le métal fondu commençait a se courber et fut pris au piège dans une sphère parfaite. Jaina rouvrit son poing. Elle déplia violemment son autre bras et la boule fondit sur le technicien l’emprisonnant complètement sans qu'il puisse réagir. La jeune elfe referma lentement sa main. Elle rencontrait une certaine résistance. La taille du bouclier varia, tantôt menaçant de céder, tantôt sembla solide comme un roc . Tout a coup, la bulle de métal en fusion se solidifia en une fraction de seconde, dégageant encore plus de chaleur. Jaina ne désactiva pas son bouclier. Il était dans un cocon de fer, mais il n’était pas mort. Il faisait encore une chaleur infernale. La jeune elfe avait la tête qui tournait. Elle commençait a la fois a ressentir les effets de la déshydratation mais aussi du manque d'énergie magique. Elle devait rapidement finir ce combat quand elle avait encore un léger avantage. Si elle se relâchait maintenant, c'était la mort assurer. Elle aurait bien voulu le faire parler, par elle même, « s'amuser » un peux avec lui mais elle n'avait pas ce luxe. Elle n'aurait droit qu'a un seul essais avec l'énergie qui lui restait. Elle recula un peux sa main droite et visa avec sa gauche et dit
    -Final…

    De légère rune blanche apparurent sur son corps. Une lueur commençait a se former dans le creux de la main de la jeune elfe. Au bout de quelques secondes, de légère sphères quasi-transparente se formèrent autour de la lueur qui s’intensifiant tandis que les sphères diminuait en taille et augmenter en fréquence jusqu’à qu’il n’y en ait plus. La lumière brûlait presque la peau de la jeune elfe. Elle déplia d'un coup son bras droit d'un coup tout en finissant sa phrase
    -Shot !

    La lueur parti comme une balle détruisant le cocon de fer et propulsant le technicien contre le mur, l’encastrant au fur et a mesure que la lumière diminuait en intensité et brûler le technicien. Au bout de quelques secondes, le technicien fut encastrer de plusieurs mètres dans le mur. Il était entouré de câble en tout genre, ses habits ainsi que sa peau en lambeau et brûler. Il avait beaucoup de mal a respirer mais parvient a ce relever.
    -TOI. Tu est vraiment balèze…Rien qu'avec de la force brute ! Déclara-t-il avec un regard de fou étonné. Je dois te buter, a tout prix…Te tuer.. TUER !TUER !
    L’odeur de souffre gagnait en intensité, envahissant encore plus le couloir. La jeune elfe se remit en position de combat. Elle y était aller a fond. Très peux de personne avait survécu a ce coup final et elle ne lui restait que très peux d’énergie, juste de quoi contrôler ses lance et maintenir son bouclier anti-chaleur. Si elle faisait apparaître un autre bouclier, elle se viderait immédiatement de ses restes d'énergie.

    Le technicien tenta de marcher jusqu’à Jaina, se traînant comme un zombie, de léger panache de vapeur rouge enveloppant son corps. La chaleur était vraiment devenu insupportable, surtout pour la jeune elfe. Elle avait la tête qui tournait, le manque d'eau se faisait déjà ressentir. Elle pouvait a peine marcher droit, et menaçait de s'évanouir a tous moment. Le couloir était une véritable fournaise. On aurais put faire un bœuf entier en moins de 10 secondes. Elle devait le tuer au plus vite ! Jaina fit de léger mouvement de la main. Les lances se ruèrent sur le technicien le tailladant de partout mais cela avait l’air de ne rien lui faire. Elle avait trouver quelqu’un d’aussi résistant de Bastinka, si ce n’était plus. Tout a coup, le technicien s’écroula au sol comme une merde comme si on lui avait tirer une balle dans la tête. Jaina fit quelques mouvements avec deux doigts et les lances sectionnèrent les articulation du malheureux. Elle s’arrêta quand elle vit le sang couler abondamment. Il avait du arriver a cours d’énergie. Elle se retenu de rire. Elle avait été sauver par la chance ! La jeune elfe vacilla un peux et tenta de s’accrocher a la rambarde. Elle aussi elle allait arriver a cours d’énergie. Elle replia ses lances et les rangea avant de se laisser glisser le long de la parois, essouffler et épuiser. Elle devait vraiment trouver une autre technique que son Final Shot comme coup ultime. Cela lui pomper trop d’énergie.

    Byhé et Liosor arrivèrent quelques minutes après le combat. Ils constatèrent le carnage qu'avait provoquer le combat de deux là. Le couloir était a moitié détruit, troué de partout comme du gruyère. On sentait encore la chaleur infernale, bien qu'elle était bien plus supportable a ce moment. Jaina était allonger contre un mur encore intact, a moitié endormis. Du liquide argenté l'enveloppait a certain endroit, recouvrant ses brûlures. Byhé s'approcha de sa jeune sœur, épuisé et déshydrater. La vielle elfe sorti une bouteille dont Jaina se saisit rapidement et en vida le contenu d'une traite. La jeune elfe se releva difficilement avec l'aide de sa grande sœur. Elle pouvait a peine tenir debout toute seule.

    Liosor se tourna vers le soldat qui avait l'air le plus haut gradé et demanda
    -Vous n'avez rien fait ?
    -La flemme. C'est la 4ième fois que notre troupe se fait embarquer dans des combats qui ne sont pas les leurs. Pas envie de risquer la vie de mes soldats.
    -Vous allez pas arrêtez ma sœur fit Byhé avec sa voix inquiète. Je me trompe pas ?
    -On n'a rien vu, pas vrais les gars ! Déclara le soldat comme un zombie, le regard perdu dans le vide.
    Les autres acquiescèrent machinalement.
    -Vous voyez ? On n'a rien vu. Nous n'allons pas l'arrêter déclara le soldat a la vielle elfe.
    -Donc il n'y auras aucune conséquence ? Demanda Liosor, assez étonné.
    -Aucune répondit le soldat machinalement. On a rien vu, donc il n'y a pas de prolbème.
    Byhé avait l'air soulager, mais Liosor lui était un peux agacer. On lui avait apprit a respecter la loi, qu'il y avait toujours des sanctions quand on la briser, et làcette elfe qui avait détruit une partie d'un couloir et avait failli blesser des innocents s’en sortait sans problème. Ça n'avait clairement aucun sens ! Jaina fit signe a Liosor d'approcher le technicien.
    -J'ai vu que tu contrôlais le feu, tu peux cautériser ses plaies s'il te plaît ? J'ai quelques questions a lui poser…
    Liosor s'approcha du technicien et s’exécuta. Il devait les aider, ordre de son père, mais il trouvait cela assez cruel, même si c'était un ennemi.
    Byhé s'approcha des soldat et elle leur susurrèrent quelques mots. Juste après, ils se mirent au garde pendant une seconde devant la vielle elfe.
    -Prends le et suis nous ordonna Jaina a Liosor. On va lui faire cracher ce qu'il sait !
    -ça va pas être un peux suspect de se trimballer avec un homme a moitié en mort et brûlée dans des couloirs ?
    Byhé pointa le technicien. Les soldats s'approchèrent et lui mirent les menottes. Liosor se demandait se qu'il se passait. Ils disaient, tout en menottant le technicien.
    -Nous devons obéir a Dame Byhé et Dame Jaina.
    Les soldats prirent le technicien par le col et le traînèrent au sol comme un sac poubelle jusqu’au vaisseau de Jaina. Arrivée las bas, ils disposèrent le technicien dans une salle insonorisé et quittèrent le vaisseau, accompagnés de Liosor. A peine sorti, les soldat eurent mal au crâne et s'écroulèrent par terre sous les yeux ébahi du jeune homme. Quelques secondes plus tard, les soldat se relevèrent, amnésique, ne sachant même pas comment ils étaient arriver là. C'était vraiment impressionnant pour le jeune homme.
    -Qui je viens d'aider ? se demanda le jeune homme a la vu de se spectacle.

    Fin Chapitre 14
    J'espère que ça vous a plut. N'hésitez pas a me dire ce que vous en pensez.
    Et encore merci de me lire.

Partager cette page